Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Patrick Ollier : « il faut que la métropole aille plus loin »

le - - Actualité - Région Île-de-France & Grand Paris

Patrick Ollier : « il faut que la métropole aille plus loin »
@ AP - Au premier plan, de gauche à droite: Méka Brunel, présidente du comité de développement de la MGP, Anne Hidalgo, maire d

Le mois de janvier est celui de toutes les cérémonies de vœux et la Métropole du Grand Paris ne fait pas exception à la règle. Dans son discours, le président Patrick Ollier est revenu sur le bilan d'un organisme intercommunal célébrant ses quatre années d'existence, mais a aussi pu faire des annonces pour “l'acte 2” de la MGP.

Le 22 janvier, la MGP célébrait ses quatre ans d'existence, de retour pour l'occasion dans le lieu où avait commencé le concours Inventons la Métropole, au pavillon de l'arsenal. Qui dit anniversaire dit bilan et perspectives d'avenir. Qui dit mois de janvier dit aussi cérémonie et vœux de bonne année. Qui dit Métropole du Grand Paris dit bilan à défendre face aux critiques, incertitudes et envies d'avancer. Et qui dit Patrick Ollier dit un « je ne vais pas être trop long » suivi de vingt minutes de discours dans lequel tout cela transparait. Patrick Ollier, président de la Métropole du Grand Paris et également maire de Rueil-Malmaison où il est candidat à sa propre succession. « A Rueil je m'étais rendu compte qu'il y avait un désert complet d'intercommunalités et de partenariat en dehors de Plaine-Commune, de GPSEO, de Est-Ensemble et de Val-de-Bièvre si on veut. Si nous avions manqué la première marche de la création de la métropole du Grand Paris, si on avait laissé nos réticences dominer l'intérêt général, où serions-nous aujourd'hui ? Qui pourrait recréer une métropole ? »

« Au-dessus de ce qui aurait pu être des querelles partisanes »

Bienséance traditionnelle oblige, le discours du président de la Métropole du Grand Paris s'est ouvert sur toute une série de remerciements, alors que se trouvait derrière lui tous les vice-présidents de la métropole et les présidents de groupe. « Je voudrais tout d'abord vous remercier toutes et tous, car nous avons un bureau extraordinaire dans le cadre de la gouvernance partagée. Sans toutes ces personnes, nous n'aurions pas pu faire ce que l'on a fait. Je ne suis que la petite main qui coordonne les choses, ce sont eux qui font le travail, chacun dans sa délégation ». Ses remerciements vont aussi en direction de Didier Kling et de la CCI Paris Île-de-France, de Marianne Louradour de la Caisse des dépôts (« j'aurais dû commencer par elle, car c'est elle qui me fait les chèques », précise-t-il d'ailleurs), Thierry Dallard, président de la Société du Grand Paris (car Inventons la Métropole du Grand Paris s'est aussi saisi des gares du Grand Paris Express), Thierry Lajoie, président de Grand Paris Aménagement, « un complice plus qu'un outil de la Métropole », Benoît Quignon, DG de SNCF Immobilier. Le président de la MGP a même eu un mot particulier pour Roland Castro : « Roland est devenu un ami et un complice. Son rapport sur la métropole est riche en solutions » ainsi que pour Anne Hidalgo, dont l'attitude vis-à-vis de la Métropole est pourtant critiquée par ses rivaux dans la course à la Mairie de Paris : « Tu es socialiste non ? C'est ce que l'on m'a dit. Moi je suis Républicain, je ne renie rien. Je dois dire que, au-dessus de ce qui aurait pu être des querelles partisanes, la ville de Paris nous a tendu la main ». « C'est de l'humain, des gens qui avaient tout pour être opposés et qui ont accepté de travailler ensemble pour construire la Métropole. », dit-il prenant à témoin Daniel Guiraud, socialiste, vice-président délégué à la mise en œuvre de la stratégie environnementale.

« Ce que nous avons fait restera dans l'Histoire du Grand Paris »

Patrick Ollier n'a pas peur des mots lorsqu'il s'agit de relire les quatre premières années d'existence de la MGP. Quatre années marquées par les deux concours Inventons la Métropole, les financements privés qu'ils ont soulevés, les emplois pérennes qu'ils ont créés, la transformation du paysage urbain qu'ils ont induite. « Je me réjouis qu'en deux ans, nous ayons réussi à créer le plus grand concours d'urbanisme d'Europe ». Un concours qualifié de « fédérateur » pour la MGP : « il l'a rendue lisible et crédible ».

Dans ces quatre années, il y a aussi les ZAC prises en charge par la métropole, notamment Plaine-Saulnier où se trouvera le Centre Aquatique Olympique dont la MGP est maître d'ouvrage, le lancement récent de la fédération des Alec, suite à la signature de la convention Sare, avec Emmanuelle Wargon. Sur l'écologie à laquelle il redit son attachement, il évoque aussi la transhumance des moutons et surtout le Plan climat air-énergie qui permet de faire la Zone faible émission. Face aux quelques maires qui ne sont pas dedans (52/131), il a ces quelques paroles : « qu'il y ait quelques trous dans la raquette, ça n'est pas gênant. Car lorsque l'on aura mis les scans, les radars etc., quand on passera d'une commune à l'autre les PV tomberont et seront conséquents, ce à partir de 2021, car on veut qu'il y ait de la pédagogie d'ici là et que l'Etat nous réponde sur l'aide aux plus défavorisés pour leur permettre d'acheter des véhicules propres et ceci évolue très vite. »

Il évoque aussi le schéma métropolitain d'aménagement numérique, revient sur le Scot et le PMHH, prêts, mais pas votés pour des raisons démocratiques.
(« Prendre ces décisions qui sont valables pour plus d'une décennie à quelques mois des municipales aurait été un pied de nez à la démocratie locale » nous avait-il confié en marge du dernier conseil métropolitain). Il laisse le soin de les voter à ceux qui seront élus dans trois mois (précisant que « cela ne changera rien, car ce seront quasiment les mêmes qui seront là (je l'espère pour moi en tout cas) et ils voteront unanimement le Scot qui est un instrument extraordinaire de développement pour 15 ans pour la MGP », une parenthèse ambiguë ici simplement retranscrite). Et face aux critiques il a ces mots : « Certaines métropoles ont mis jusque 10 ans pour préparer leur Scot. Nous, on a mis un an et demi ».


Cédric Villani, présent aux voeux.

Un message pour le Gouvernement

Patrick Ollier poursuit : « J'espère que le gouvernement comprendra qu'il ne faudra pas faire comme avec le vase de Soissons de tout ce qui a été fait pendant ces quatre ans, que quelqu'un pour des ambitions d'ordre politicien vienne donner un grand coup de marteau pour le casser. Faites attention. Le message que nous avons passé à la population, cette volonté d'avancer et de travailler ensemble est un message qui a été reçu, par les élus en premier, mais aussi par les aménageurs, par ceux qui ont fait confiance à la métropole. Cela serait terrible qu'ils puissent être déçus demain. J'ai confiance dans les plus hautes instances de l'Etat qui ont regardé toutes ces évolutions de manière vigilante et constructive », dit-il en s'adressant au préfet Julien Charles. Une confiance, certes, mais un appel certain : « Oui, il faut rester sur la zone dense ; oui, il faut nous donner plus de compétences parce que nous avons un appétit de travail, une envie d'en faire plus ; oui il faut nous donner plus de budget »

Des annonces au-delà des municipales

Patrick Ollier ne souhaite toutefois pas arrêter maintenant le bilan et projette déjà la métropole après les municipales. Il annonce notamment trois décisions qui seront prises au prochain bureau de la métropole. Il s'agira tout d'abord de « créer un open data métropolitain qui soit le plus important d'Europe de sorte que toutes les communes et tous les territoires puissent avoir un instrument de travail très utile pour leur développement et leur avenir ». Est aussi envisagée la mise en place de puits de carbone dans les endroits les plus pollués de la Métropole, « un plan massif que nous avons l'intention de lancer ». Il parle également d'un plan de développement du photovoltaïque : « la transition énergétique ne va pas assez vite et les communes n'ont pas toujours les moyens d'accélérer les processus : il faut qu'on les aide ». Cela devrait se faire par le biais d'un AIP (appel à initiatives privées). Pour son équipe, il s'agit de « s'engager dans ces trois voies pour que, à l'issue de notre mandat, nous ayons véritablement le sentiment du devoir accompli ». « Quelques idées qui représentent plusieurs années de travail… », reconnaît-il volontiers.

Avant de souhaiter une bonne année à l'assistance, dans laquelle se trouvaient d'éminentes personnalités publiques, Patrick Ollier est revenu sur les interactions entre la Métropole et ses voisins. « Un mot sur les territoires limitrophes de la métropole : qu'est-ce que je n'entends pas dire sur les querelles de périmètre ? Je les trouve tout à fait stupide car il y a une réponse à cela qui s'appelle l'aménagement du territoire. En tant que gaulliste, j'y suis très attaché. On a cassé la boussole il y a quelques années, il n'y a plus de politique d'aménagement du territoire dans notre pays. (…) J'ai proposé à mes collègues des EPCI limitrophes de la Métropole qu'on se dise tous ensemble, non pas “qu'est-ce que la métropole va nous prendre ?” mais “qu'est-ce que la métropole peut vous donner et vous apporter”. Avec des conventions stratégiques, on va pouvoir déterminer des programmes qui permettront à la Métropole d'aller dans des territoires périphériques. Je suis heureux que François Durovray, président du conseil départemental de l'Essonne, ait accepté dans le cadre de Val de Yerres Val de Seine, de travailler avec nous, de même pour Paris Sud avec Michel Bisson, Val Parisis avec Yannick Boëdec. Tout ceci avance. J'ai par ailleurs proposé à une quinzaine de nos collègues la création d'un pôle métropolitain Vallée de la Seine, car il faut aussi que la Métropole regarde plus loin et voit comment l'intelligence collective peut lui permettre de tendre le bras pour travailler avec ceux qui sont en aval du fleuve ». Des annonces de conventions qui elles aussi sont animées, vraisemblablement, de l'envie deprojeter la jeune MGP dans l'avenir.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer