AccueilEntrepriseVie des entreprisesPartenariats et économie circulaire, une “alternative au modèle actuel”

Partenariats et économie circulaire, une “alternative au modèle actuel”

Florent Menegaux, président du groupe Michelin et plusieurs acteurs de l'économie circulaire ont tenu une conférence à l'ESCP Business School pour y détailler leurs projets d'économie circulaire et les différents partenariats qu'ils ont mis en place.
Partenariats et économie circulaire, une “alternative au modèle actuel”
DR

EntrepriseVie des entreprises Publié le ,

L'économie circulaire est en pleine expansion, beaucoup de grands groupes s'y mettent, souhaitant avoir un modèle plus durable. C'est le cas du groupe Michelin, de Veolia, Vinci ou encore Séché Environnement. Ces entreprises étaient toutes représentées lors du colloque consacré à l'économie circulaire et aux partenariats à l'ESCP Business School de Paris, organisé pour présenter une publication répertoriant les projets de ces entreprises pour l'économie circulaire. Cette publication regroupe 27 démarches concrètes et insiste sur l'importance des partenariats. Elle est à l'initiative de l'organisation Entreprises pour l'environnement (EPE) et de l'école qui accueillait la conférence.

La publication se divise en trois grands chapitres illustrés par des exemples mis en place par des entreprises françaises telles qu'Airbus, Michelin, Paprec ou encore Suez. L'économie circulaire est un système qui se veut plus durable et respectueux de l'environnement. Cela consiste à produire des biens et des services de manière durable en limitant la consommation, le gaspillage des ressources et la production des déchets.

Lors de la conférence, Florent Menegaux, président du groupe Michelin, a passé en revue quelques projets d'économie circulaire mis en place par son entreprise. Parmi eux, le consortium Biospeed. Fondé en 2017, il s'agit d'un projet en partenariat avec d'autres très grandes entreprises telles que Bic, Danone, Lego, L'Oréal ou encore Faurencia, toutes convaincues que les consommateurs sont en attente de produits plus durables. Le consortium a pour objectif d'accélérer l'adoption par le marché de produits bio sourcés. Le fait que ces six grandes entreprises s'allient et travaillent ensemble à cet objectif donne plus de poids à cette démarche et multiplie ainsi ses chances d'aboutir. Le fait de travailler ensemble permet également de développer une intelligence collective entre les développeurs de chaque groupe. La recherche est ainsi plus efficace et plus rapide.

Le groupe a également lancé en 2012 le programme BioButterfly qui a pour objectif de produire du butadiène à partir de bioéthanol pour remplacer à terme le butadiène fossile et pouvoir fabriquer des pneus issus de produits plus respectueux de l'environnement. L'objectif de Florent Menegaux et du groupe Michelin est d'utiliser, d'ici 2050, 80 % de matériaux durables dans la fabrication de ses pneus. Le projet est soutenu par l'agence de la transition écologique ADEME à hauteur de 14,7 millions d'euros.

Selon le président du groupe Renault, « Il va y avoir une très grande concurrence dans les années à venir dans l'accès au feedstock pour en faire des nouvelles matières premières. La meilleure chose à faire est de produire avec beaucoup moins de matière. D'où l'importance du recyclage des matières premières, l'enjeu est d'avoir un maximum de performances pour un minimum de matières premières. » Il a poursuivi avec un constat très optimiste sur la lutte contre le réchauffement climatique : « Nous avons une vision extrêmement optimiste, nous sommes convaincus qu'avec le génie humain, nous allons trouver des technologies qui vont permettre d'avoir de la croissance tout en protégeant l'environnement. ». A la suite de l'intervention de Florent Menegaux, des représentants de Vinci, Séché Environnement, Veolia et InVivo ont débattu sur les stratégies d'économie circulaire et de partenariats dans ce domaine avant de répondre aux questions des étudiants présents.

« L'approche circulaire est une approche plus éco-systémique, avec les partenariats, on peut mettre en place des solutions ce qu'un seul acteur n'est pas en capacité de faire. », a déclaré Rachel Kolbe Sehmoun, responsable développement durable chez InVivo.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 13 mai 2022

Journal du13 mai 2022

Journal du 06 mai 2022

Journal du06 mai 2022

Journal du 30 avril 2022

Journal du30 avril 2022

Journal du 22 avril 2022

Journal du22 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?