AccueilSociétéParité, jeunesse et cumul des mandats, qui sont les nouveaux élus franciliens ?

Parité, jeunesse et cumul des mandats, qui sont les nouveaux élus franciliens ?

Entre 2020 et 2022, la quasi-totalité des strates politiques a été renouvelée en Île-de-France. Une première en vertu des nouvelles règles concernant le cumul des mandats.
Parité, jeunesse et cumul des mandats, qui sont les nouveaux élus franciliens ?
© Adobe Stock

Société Publié le ,

L’Institut Paris Région s’est servi des nouvelles règles concernant le cumul des mandats de parlementaires avec les fonctions de maires et de présidents de collectivités pour constituer une occasion de mieux connaître les élus franciliens et la manière dont ils représentent leur territoire.

Une région plus paritaire

Les taux de féminisation des élus en Île-de-France sont globalement meilleurs qu’en province, bien que chaque type de mandat réponde à des exigences en termes de parité qui leur sont propres.

Les listes municipales doivent être paritaires avec alternance entre femmes et hommes pour les communes de 1 000 habitants et plus. Le facteur démographique pourrait expliquer partiellement la meilleure féminisation de l’Île-de-France. Les membres des instances spécifiques à l’Île-de-France (Métropole du Grand Paris-MGP et établissements publics territoriaux-EPT) sont élus sur le même mode. Malgré le principe d’alternance, une liste impaire de candidats rendra possible une majorité d’un sexe ou de l’autre. Quant à la parité presque parfaite des assemblées départementales, elle est une conséquence directe du scrutin binominal mixte et de l’élection de l’exécutif sur liste avec alternance, ce qui n’empêche pas une majorité écrasante d’hommes au poste de président.

Des élus plus jeunes

Le personnel politique francilien se caractérise par un âge moyen plutôt inférieur à celui des élus de province et par une représentation plus forte des moins de 30 ans. Certaines tendances sont néanmoins communes à tout le territoire français. Les élues sont, par exemple, toujours un petit peu plus jeunes en moyenne que leurs homologues masculins.

Les élus des instances métropolitaines sont relativement bien répartis parmi les classes d’âge. Au contraire, les mandats départementaux et régionaux sont marqués par de fortes dissemblances. Les élus départementaux franciliens ont tous plus de 30 ans, bien que leur âge médian soit inférieur à celui des autres régions.

© DR

Deux fois plus d’élus cadres et étudiants

Du point de vue des catégories socioprofessionnelles des élus, on observe un taux de cadres et de chefs d’entreprise particulièrement élevé en Île-de-France. La seconde catégorie francilienne concernée par un rapport du simple au double par rapport à la province est celle des étudiants, une donnée étroitement liée à la jeunesse des élus. À l’inverse, bien que l’Île-de-France reste une région agricole (50 % de l’occupation des sols), les agriculteurs y sont trois fois moins représentés que dans le reste de la France.

Effectifs franciliens et cumuls de mandats

Parmi les élus franciliens, tous mandats confondus, on ne trouve qu’environ 200 individus sans attache municipale. A l’inverse, 122 conseillers régionaux et 268 conseillers départementaux exercent un mandat dans leur commune.

Le cumul avec d’autres mandats est pratiqué par près de la moitié des parlementaires franciliens. Au cours du mandat précédant la loi de 2014, près de 70 % des députés franciliens étaient également élus municipaux. Après les élections de 2017, ce chiffre a été divisé par deux et a continué à baisser parmi les députés élus en juin 2022 (26 %). Trois députés siègent dans un département et dix à la Région ; un seul exerce deux autres mandats (municipal et départemental).

Chez les 29 sénateurs franciliens qui cumulent plusieurs mandats, 22 sont élus municipaux ou intercommunaux, cinq sont élus dans un département et trois à la Région. Là aussi, un seul sénateur occupe deux sièges (Région et commune) en plus de celui au Palais du Luxembourg. Contrairement à ce que l’on observe chez les députés, le taux de sénateurs cumulant un mandat local ne semble pas avoir été affecté par les dernières restrictions législatives.

À noter que, bien que la loi ne l’interdise pas, aucun élu francilien ne siège à la fois à la Région et dans son département.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 03 février 2023

Journal du03 février 2023

Journal du 27 janvier 2023

Journal du27 janvier 2023

Journal du 20 janvier 2023

Journal du20 janvier 2023

Journal du 13 janvier 2023

Journal du13 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?