AccueilActualitéRégion Île-de-France & Grand ParisParis-2024 : la justice donne son feu vert au projet autoroutier contesté de Saint-Denis

Paris-2024 : la justice donne son feu vert au projet autoroutier contesté de Saint-Denis

La Cour administrative d'appel de Paris vient de valider le projet d'aménagement d'échangeurs autoroutiers à Saint-Denis, dont l'un des objectifs est de desservir le village des athlètes des JO de Paris-2024, jugeant que ses « inconvénients n'apparaissaient pas excessifs ».
Paris-2024 : la justice donne son feu vert au projet autoroutier contesté de Saint-Denis
© Adobe Stock

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

Eu égard notamment aux avantages socio-économiques du projet et aux mesures prises pour les éviter et les réduire, les inconvénients relevés par les requérants (...) ne peuvent être regardés comme excessifs par rapport à l'intérêt que l'opération présente » a estimé la Cour administrative d'appel dans son arrêt, consulté par l'AFP.

Cette juridiction, compétente pour statuer sur les litiges touchant les opérations d'urbanisme liées aux Jeux olympiques, a considéré que le recours contre l'arrêté préfectoral paru en novembre 2019 et déclarant les travaux « d'intérêt général », n'était donc pas fondé. Cette décision donne le feu vert au démarrage du chantier, au niveau des quartiers Pleyel (A86) et Porte de Paris (A1), notamment pour fluidifier l'accès au village olympique, qui se déploiera en partie à Saint-Denis.

« Il y a deux enjeux pour le comité d'organisation, un enjeu d'efficacité, il faut que l'athlète arrive à l'heure (...) et un enjeu de sécurité pour les délégations très exposées (Américains, Israéliens, etc.) et donc il ne s'agit pas qu'on ait un convoi qui soit arrêté à un feu rouge », avait expliqué le 15 octobre Nicolas Ferrand, directeur général de la société de livraison des ouvrages olympiques.

La procédure avait été lancée par des parents d'élèves et riverains, qui estiment que la reconfiguration de ces nœuds routiers met en péril leur santé et celle de quelque 700 enfants scolarisés dans une école primaire du quartier Pleyel. Ils avaient obtenu la suspension des travaux en mai lors de l'audience en référé, mais le dossier devait encore être jugé au fond.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 30 septembre 2022

Journal du30 septembre 2022

Journal du 23 septembre 2022

Journal du23 septembre 2022

Journal du 16 septembre 2022

Journal du16 septembre 2022

Journal du 09 septembre 2022

Journal du09 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?