AccueilEntrepriseParcours de l'export : un soutien à l'internationalisation des entreprises

Parcours de l'export : un soutien à l'internationalisation des entreprises

Récemment, Matthias Fekl, secrétaire d'État chargé du Commerce extérieur, de la Promotion du tourisme et des Français de l'étranger, a présenté, lors du 1er forum des PME à l'international à Paris, une série de décisions et de mesures destinées à doper les PME à l'export.
Parcours de l'export : un soutien à l'internationalisation des entreprises
© www.diplomatie.gouv.fr

Entreprise Publié le ,

"Le potentiel est là, il est gigantesque et ne demande qu’une seule chose, c’est de se projeter toujours plus en Europe et dans le monde », affirme MatthiasFelk. Fort de ce constat, les acteurs de l’État ont mis en place des solutions pour aider les petites et moyennes entreprises à se développer à l’international. « Souvent, pour une PME, aller à l’international, ça peut être d’abord des appréhensions parce qu’on ne connaît pas la langue, les opportunités qui existent et que l’on peut avoir peur des systèmes juridiques qui sont différents », constate le secrétaire d’État. Avant d’ajouter : « Nous avons donc à cœur de bâtir un dispositif d’export qui soit simple, lisible et accessible aux PME. »

3 000 entreprises bénéficiaires du parcours

Pour ce faire, l’agence Business France (fusion entre Ubi France et l’Agence française pour les investissements internationaux, AFII), créée le 1er janvier, est chargée, au nom et pour le compte de l’État, de mettre en œuvre les politiques publiques favorisant l’exportation des PME implantées en France et les investissements étrangers en France.

À l’occasion de ce premier forum des PME, qui a rassemblé 400 PME, Business France, CCI France et CCI France international ont signé un partenariat afin d’accompagner au mieux les entreprises qui souhaitent se lancer dans l’aventure. D’ici à 2017, cette convention fera bénéficier 3 000 entreprises du parcours simplifié d’accompagnement à l’export, en vue de développer au moins 1 000 courants d’affaires.

Les étapes de l’export

Pour donner des portes d’entrée efficaces à chacun, les étapes de l’export se présentent en trois composantes : conquérir les marchés étrangers, réussir son développement commercial, sécuriser et financier sa démarche.

Les chambres de commerce et d’industrie interviennent en amont et seront les interlocuteurs naturels des PME pour les préparer, valider et structurer leurs projets.

« D’abord, il faut connaître ses atouts, explique Pierre-Antoine Gailly, vice-président de la CCI internationale. Il faut être capable de s’auto-diagnostiquer et si l’on n’arrive pas à la faire en tant que patron, par le fait de l’isolement, on peut trouver un précieux soutien pour vérifier que les produits ou les services sont bien adéquats par rapport aux besoins d’un marché mais aussi que les ressources financières de l’entreprise permettront de voir l’avenir. Il faut aussi, poursuit Pierre-Antoine Gailly, s’assurer qu’il y aura la ressource humaine nécessaire que ce soit le patron lui-même qui dispose d’un peu de temps pour y aller ou qu’il dispose d’un ou de plusieurs cadres pour le faire. Si jamais le patron n’est pas en mesure de déléguer, la chambre de commerce pourra proposer les services d’un VIE (volontaires internationaux en entreprise, ndlr) qui permet de répondre aux besoins de l’entreprise. »

Des relations d’affaires sur mesure

À ce niveau du processus, l’opérateur public Business France, dirigé par MurielPénicaud, interviendra pour prospecter les marchés étrangers et développer des courants d’affaires. « On peut vous aider à vous projeter à l’international, propose la directrice générale. Nous faisons du développement commercial à l’aide de quatre outils. Dans un premier temps, on vous emmène sur les pavillons labellisés France qui vous permettent dans les grands salons internationaux (au nombre de 200, ndlr) d’être visible. Deuxièmement, on joue sur les relations d’affaires sur mesure. Le patron de PME pourra rencontrer des importateurs, des distributeurs, des partenaires commerciaux… Avec qui signer des contrats.

Le troisième outil consiste à faire connaître notre partenariat avec bpifrance et Coface (pour des solutions de financements, ndlr) ce qui permet d’avoir à la fois le conseiller marché de Business France, le banquier et l’assureur qui vont confectionner un programme ambitieux à l’international. Et dans un quatrième temps, notre organisme met à disposition, tout comme la CCI, des VIE, qui vont vous aider à faire du développement commercial ou technique dans le monde. »

Plan régional d’internationalisation des entreprises d’Île-de-France (PRIE)


Pour accompagner les entreprises dans leur développement international, le gouvernement a confié aux Conseils régionaux la mise en œuvre de Plans régionaux d’internationalisation des entreprises (PRIE), l’action à l’échelon régional permettant une proximité avec les entreprises et le développement de stratégies de filières.

Le PRIE s’adresse à l’ensemble des entreprises franciliennes, en priorité les PME/PMI et ETI. La Région Île-de-France et l’Agence régionale de développement (ARD) en assurent la coordination. L’objectif de ce plan est d’accompagner 1 500 entreprises par an pour accélérer et sécuriser leur développement à l’international.

Le plan en quatre axes :

• Informer et orienter

- Outils numériques (www.iledefrance-international.fr) pour informer les entreprises et les orienter vers les interlocuteurs pertinents ;

- Réseau social des exportateurs en vue de mutualiser les expériences.

• Accompagner les entreprises à l’international.

- Accompagnement individualisé dans la durée, s’appuyant sur un référent et des partenaires ;

- Parcours types à l’international ;

- Plans d’actions : missions à l’étranger, conseils en stratégie, contacts avec les clusters locaux, etc. ;

- 4 thématiques prioritaires de développement à l’international : éco-activités, industries, santé et Technologies de l’information et de la communication.

• Clarifier des actions des opérateurs de l’internationalisation des entreprises ;

Pour améliorer leur lisibilité:

- Identifier et qualifier les relais existants à l’étranger ;

- Travailler à la création ou au rapprochement de points d’appui.

• Suivi et évaluation du PRIE

- Création d’un espace de dialogue organisé entre les différents opérateurs du développement - Respect des objectifs à partir d’indicateurs de performance ;

- Élaboration d’un baromètre annuel de satisfaction auprès des entreprises franciliennes accompagnées.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?