Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Palmarès 2017 des déposants de brevets en France

le - - Entreprise

Palmarès 2017 des déposants de brevets en France
D.R.

L'édition 2017 du palmarès des déposants de brevets confirme, selon l'INPI, « la nécessité toujours plus forte pour les grands groupes d'aligner politique d'innovation et stratégie de propriété industrielle ». Elle montre, par ailleurs, une volonté de protection accrue de la part des organismes publics et des entreprises.

En 2017, les quatre premières places du palmarès restent inchangées par rapport à 2016. Valeo et PSA, les deux premiers du palmarès, repassent la barre des 1 000 demandes publiées sur une année. Le Groupe Valeo (lire encadré page 11) reste à la première place avec 1 110 demandes de brevets publiées (contre 994 en 2016). Le Groupe PSA (consolidé incluant Faurecia) est au deuxième rang, passant de 930 demandes publiées en 2016 à
1 021 en 2017. La troisième place est occupée par Safran avec 795 demandes publiées (758 demandes publiées en 2016). Le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA) conserve la quatrième place avec 684 demandes publiées.

Pour la toute première fois, deux entreprises de taille intermédiaire (ETI) figurent simultanément parmi les 50 premiers déposants de brevets à l'INPI : il s'agit de Parrot SA à la 38e place, et du Groupe Soitec, à la 46e place.

Parrot SA, lauréat des Trophées de l'innovation INPI dans la catégorie “Brevets” en 2007, est présent dans le palmarès avec 36 demandes publiées. Soitec, avec 31 demandes publiées, revient dans le Top 50 après six années d'absence.

Les évolutions importantes

Des changements de stratégies de propriété industrielle semblent se dessiner avec des hausses et des baisses de demandes de brevets significatives parmi les 20 premiers déposants.

Les plus fortes progressions sont Alstom, qui passe de la 30e à la 20e place (101 demandes publiées en 2017 contre 48 en 2016, +110 %), le Groupe STMicroelectronics de la 16e à la 14e place (+19 %), Michelin de la 11e à la 8e place (+15 %), le Groupe Valeo qui reste en 1re place, mais avec un nombre de demandes de brevets qui augmente de
+12 %, et le Groupe Saint-Gobain qui passe de la 18e à la 17e place (+11 %).

Toujours parmi les 20 premiers déposants, les baisses les plus importantes en 2017 concernent Orange (-26 %) qui passe de la 10e à la 12e place, L'Oréal (-26 %) de la 8e à la 9e, le Groupe Renault
(-21 %) de la 5e à la 6e et Thales (-15 %) de la 9e à la 10e.

Les secteurs les plus importants

Tous les secteurs industriels français d'importance, comme l'automobile, la cosmétique, l'aéronautique, les télécommunications, l'électronique, la chimie et l'énergie, sont présents dans ce palmarès. La mécanique est le principal domaine technologique d'innovation des entreprises françaises du palmarès 2017. Elle représente 45 % des demandes de brevets.

Le domaine de l'électronique/électricité est le 2e secteur dans lequel la France a déposé le plus de demandes de brevets en 2017 (26 %). Troisième secteur dans lequel les entreprises françaises sont les plus dynamiques : la chimie avec
19 % des demandes de brevets, en légère progression (0,4 %).

Les organismes publics sont de plus en plus présents dans le palmarès des grands déposants. Au nombre de 10 en 2015, ils sont 13 cette année, comme en 2016. Parmi les 20 premiers déposants, le Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives conserve son 4e rang (avec toujours 684 demandes publiées), le CNRS gagne une place, en se classant 5e (405 demandes publiées en 2017 contre 373 en 2016) et IFP Energies nouvelles conserve sa 13e place (175 demandes publiées). Les nouveaux entrants (Université de Montpellier, SNCF, Sorbonne Université et le Groupe Nexter) se classent respectivement aux rangs 35, 44, 45 et 46.

Concernant la concentration du nombre de demandes de brevets publiées, la tendance de ces dernières années se confirme, elle est de plus en plus forte. Alors qu'en 2007, ils représentaient
42 % des demandes publiées, les 50 premiers déposants représentent 48,8 % des demandes publiées en 2017. Cette progression est portée uniquement par les 20 premiers déposants. En 2017, les 20 premiers déposants représentent 41 % des demandes de brevets publiées, contre un tiers (33,4 %) en 2007. Ce phénomène s'explique en partie par une concentration de plus en plus importante des entreprises elles-mêmes, accentuée ces dernières années par des rachats et des fusions.

« Les grands acteurs de l'industrie et de la recherche protègent leur capital immatériel »

Pour Romain Soubeyran, directeur général de l'INPI, « le palmarès 2017 le confirme : les grands acteurs de l'industrie et de la recherche française sont convaincus de la nécessité de protéger leur capital immatériel, élément essentiel de la valeur de l'entreprise. Et je me réjouis de voir pour la première fois dans ce palmarès deux entreprises de taille intermédiaire, dont l'une a été lauréate des Trophées INPI il y a 10 ans - un prix qui récompense les entreprises innovantes ayant une solide stratégie de propriété industrielle. (...) La propriété intellectuelle est stratégique, vitale dans certains cas ; elle représente un accélérateur et une sécurisation de la croissance. La présence de ces deux ETI est un signe que les entrepreneurs français intègrent de plus en plus cette dimension stratégique de la propriété industrielle dans leur développement. Je suis également frappé par la présence croissante des organismes publics dans ce palmarès, ce qui montre que la sécurisation des activités d'innovation est déterminante dans tous les secteurs, dans un environnement mondialisé qui se réinvente de plus en plus vite. »

Valeo, premier déposant de brevets en France

Pour la deuxième année consécutive, Valeo arrive en tête du palmarès 2017 de l'Institut national de la propriété industrielle (INPI), confortant sa place d'entreprise la plus innovante de France.

Pour le Groupe, « cette arrivée en tête du classement de l'INPI illustre l'importance de l'innovation dans la stratégie du Groupe, en particulier dans le domaine de la réduction des émissions de CO2 et de la conduite intuitive.

Pour Jacques Aschenbroich, président-directeur général de Valeo, « cette première place est une belle reconnaissance de la formidable capacité de nos équipes à innover et à concevoir les nouvelles technologies essentielles au développement de la voiture électrique, autonome et connectée. »

Pour la deuxième année consécutive, Valeo s'est également classée comme la première entreprise française déposante de brevets à l'Office européen des brevets (OEB), avec 770 brevets déposés en 2017, classement dont elle intègre pour la première fois le Top 20.

Valeo compte 38 centres de R&D à travers le monde et quelque
20 000 ingénieurs R&D parmi ses 111 000 collaborateurs.

La stratégie de Valeo, fondée sur l'innovation, est reconnue par ses clients puisque les produits innovants, c'est-à-dire qui n'existaient pas trois ans auparavant, représentent 50 % des prises de commandes en 2017. En 2017, l'effort de R&D de Valeo s'est élevé près de
12 % de son chiffre d'affaires.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide