AccueilActualitéRégion Île-de-France & Grand ParisNeuilly poursuit la transformation de son autoroute urbaine

Neuilly poursuit la transformation de son autoroute urbaine

Concept Store, galeries d'art ou expositions… Entre la porte Maillot à Paris et La Défense, la Mairie de Neuilly-sur-Seine lance un concours pour créer 19 “folies”, des pavillons dédiés à la culture, le long d'une portion d'autoroute urbaine en cours de transformation..
Neuilly poursuit la transformation de son autoroute urbaine
© DR

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

Symbole de l'époque du “tout voiture”, cette artère partiellement enfouie de deux kilomètres en deux fois quatre voies plus contre-allées traverse Neuilly et est devenue dans la seconde moitié du XXe siècle l'un des axes les plus fréquentés d'Europe. « Il fallait marquer cet axe », explique le maire, Jean-Christophe Fromantin, à l'initiative de ce concours international d'architecture, qui accepte les candidatures. Les "folies" font référence à ces maisons de villégiature, à l'imaginaire champêtre, construites jusqu'à la fin du XIXe siècle et déjà déclinées en version contemporaine à La Villette.

Ce mot « fait un clin d'œil à l'urbanisme de la Belle Époque », précise Guillaume Poitrinal, cofondateur de la société Woodeum et membre du jury, pour lequel la période des folies rappelle celle « des promenades où on aimait sortir, déambuler (...) sans le trafic routier qu'on a connu par la suite ». Polyvalents mais permanents, ces 19 pavillons conçus comme des « concepts modulaires » seront loués dès 2023 à des entreprises par la municipalité pour accueillir des événements à dominante culturelle, sur une surface au sol comprise entre de 26 et 39 m2. « Ça peut être une galerie d'art puis demain un pavillon immersif et au printemps un café avec une terrasse », affirme Jean-Christophe Fromantin, souhaitant que les usages de cette forme architecturale « souple et avant-gardiste » ne restent pas figés dans le temps.

« Une cicatrice »

Avec ce concours, la municipalité poursuit la reconversion de l'avenue Charles de Gaulle, située sur l'axe historique reliant le carrousel du Louvre à l'arche de La Défense, initié au XVIIe siècle par le jardinier du roi Louis XIV André Le Nôtre. « Aujourd'hui, quand on est riverain de l'avenue Charles de Gaulle, on n'ouvre pas les fenêtres (...) c'est clairement une cicatrice qui coupe cette ville en deux », déplore Guillaume Poitrinal.

« Une autoroute urbaine dans une ville dense, c'est une contradiction », juge le maire de Neuilly, n'hésitant pas à qualifier l'avenue « d'espèce de verrue, (...) source de pollution extrêmement forte ». Pour inverser la tendance, la Municipalité a déjà lancé le projet des « allées de Neuilly » avec pour objectif de transformer « l'autoroute urbaine » en « promenade royale ».

En gestation depuis une dizaine d'années, le projet fait la part belle aux piétons et aux espaces verts via la réduction des contre-allées de l'avenue Charles de Gaulle, libérant par la même occasion 10 hectares d'espaces publics. « L'idée (des folies) a été de récréer du patrimoine pour occuper cet espace », répond Jean-Christophe Fromantin, dont la ville possède déjà deux folies traditionnelles : la folie Saint-James et l'hôtel Arturo Lopez.

Pour ce concours, « le jury va regarder l'insertion urbaine, les matériaux, les couleurs, les transparences », explique Guillaume Poitrinal, membre du jury. « Il aura aussi un œil sur la place dans la ville (...) il faut qu'il y ait une initiative pour faire vivre ces folies », ajoute-t-il.

Les agences d'architecture poeuvent déposer leurs projets jusqu'au 30 septembre et les lauréats du concours seront connus à la fin du mois d'avril 2022.

Partager :
Articles similaires
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?