AccueilActualitéInterviewMyEntrepreneurBox, « pour transformer les cabinets avec confiance et succès »

MyEntrepreneurBox, « pour transformer les cabinets avec confiance et succès »

Avocate, membre de l'ACE et du CNB, Séverine Audoubert vient de lancer MyEntrepreneurBox, un site dédié à ses confrères, de France entière, qui souhaitent développer l'un des « nouveaux métiers » ouverts à la profession. Elle en détaille la vocation et le fonctionnement.
MyEntrepreneurBox, « pour transformer les cabinets avec confiance et succès »
@ DR

ActualitéInterview Publié le ,

Affiches Parisiennes : Pouvez-vous nous parler de vos activités et du lancement de votre site MyEntrepreneurBox ?

Séverine Audoubert : Je suis avocate au barreau de Paris. J'ai prêté serment en 2013, après une première carrière en entreprise où j'ai été directeur des ressources humaines, puis responsable juridique dans des structures anglo-américaines. J'ai donc une double approche et perspective des problématiques juridiques. Je suis en effet membre de l'ACE Paris et également de l'ACE-JA Paris, la branche jeunes avocats, où je suis responsable des partenariats. Je suis également présidente de la Commission ouverte “Nouveaux métiers du droit” au barreau de Paris depuis quatre ans, think tank qui promeut les nouveaux modes d'exercice et des nouveaux champs d'activité de notre profession, avec un important focus sur les opportunités créées pour les confrères sur les dix dernières années.

Plus récemment, j'ai été élue au Conseil national des barreaux (CNB) où j'ai débuté mon mandat au 1er janvier dernier, pour trois années. J'y suis membre de la commission prospective et innovation, qui s'intéresse à l'avenir de l'avocat, et vice-présidente de la commission communication institutionnelle.

Concernant Myentrepreneurbox.com, il s'agit d'une offre de services créée par des avocats pour des avocats qui sont autorisés depuis plus de 10 ans à exercer des activités de mandataires avec activité commerciale accessoire et, depuis 2015, à proposer à leurs clients, présents ou futurs, ou à leurs confrères, des biens et des services connexes – depuis la loi Croissance Macron et ses décrets d'application du 29 juin 2016 qui sont nos textes de référence.

Chez Myentrepreneurbox.com, nous accompagnons les confrères dans la diversification de leurs activités au sein de leur cabinet, soit en investissant les “nouveaux métiers”, soit en développant une activité commerciale dérogatoire au sein de leur cabinet, déjà existant, ou soit en filialisant cette activité dans une structure dédiée. Ce peut être avocat mandataire en transactions immobilières, par exemple, avocat mandataire sportif, avocat enquêteur interne ou délégué à la protection des données. Ce sont des métiers d'actualité, qui ont besoin d'avocats parce qu'il y existe des problématiques juridiques cruciales. Dans ma conception, dès qu'il y a du droit, il doit y avoir un avocat. J'ai une approche juridico-économique de ces métiers et de ces marchés. Je suis avocat en mobilité internationale et, à titre accessoire, mandataire en transactions immobilières et mandataire d'artistes. Très rapidement lorsque je me suis lancée, je me suis rendu compte qu'il était compliqué de se former, d'être rassurée quant aux obligations déontologiques, de prendre en main des premiers dossiers sans avoir de confrère pour vous accompagner, vous conseiller, voire vous coacher.

J'ai donc décidé de créer une box, une boîte à outils qui servirait cet objectif avec plusieurs compartiments, ou tiroirs, afin d'aider les confrères à se lancer sans trop trébucher et hésiter.

La première offre propose des packages, ou “box”, de 5 heures de coaching individuel avec un confrère exerçant le nouveau métier qui vous intéresse, afin de d'y faire vos premiers pas et de vos accompagner sur votre premier dossier – avocat mandataire en transactions immobilière, avocat mandataire sportif, avocat enquêteur interne, DPD.
La seconde offre concerne le confrère qui souhaite se lancer dans le développement d'une activité commerciale dérogatoire.

Audit des compétences de l'avocat qui vient nous voir parce qu'il a envie de se diversifier, de se renouveler, mais ne sait pas dans quelle direction et comment faire ? Nous étudions dans quelle branche du droit il pratique, de quelle façon, quelle est sa structure, ses motivations, dans quelle activité connexe il aimerait bien se projeter, ses disponibilités, son timing pour arriver à la diversification de son cabinet, par exemple.

Étape fondamentale également, l'accompagnement déontologiquement, parce que, de façon générale, sur ces dix dernières années, dans ces nouveaux métiers au sens très générique, la problématique a été la déontologie qui parfois était trébuchante, avec des points et des textes qui restaient à clarifier et entraînaient des incertitudes pour les confrères, freinant leur créativité et leur audace. Nos instances ont en effet encadré certains métiers relativement rapidement et d'autres très tardivement. Les textes sont parfois nombreux, mais il faut savoir les lire, les déchiffrer et savoir quoi faire si l'on se déclare auprès de son Ordre exerçant dans tel métier.

Il y a un vrai accompagnement pas à pas dans myentrepreneurbox et je pense que c'était réellement nécessaire. De toutes les formations que j'ai pu donner aux quasi-confrères, c'est-à-dire en école d'avocats ou aux confrères en exercice, jeunes ou moins jeunes, mais qui ont cet état d'esprit innovant, j'ai perçu un besoin de repères pour être accompagnés sereinement et pour transformer l'essai. C'est la vocation de cette boîte à outils de faire évoluer nos exercices, nos cabinets, avec succès.

La deuxième partie propose un accompagnement juridique, par exemple pour transformer la structure dans laquelle le confrère exerce, et enfin une dernière partie sur la communication conçue comme un kit. Ce peut être la création d'un site internet, a minima.

Du fait de ma position dans certaines instances, j'ai une certaine clarté, une lecture des textes ou des pratiques qui existent et qui aident à orienter rapidement et à comprendre ce à quoi sont autorisés les avocats aussi en termes de communication, sujet qui a beaucoup évolué pour nos profession ces dix dernières années, notamment depuis 2011, 2014 et 2020.

A noter que ces packages peuvent être bien sûr étoffés selon le souhait et les besoins du confrère, qui aura un besoin plus important en coaching personnel ou en heures d'accompagnement déontologique ou dont le projet présente une complexité particulière sur la structure qu'il souhaite monter. Toutes les étapes – ou briques – sont adaptables et ajustables. Voici le principe de la box en toute simplicité et pragmatisme.

A.- P. : Pourquoi cette orientation vers les confrères ?

S. A. : Parce que je suis en relation avec eux au quotidien, je donne de nombreuses formations à leur attention, je les vois ou les rencontre souvent et leurs problématiques, leurs doutes et leurs hésitations remontent de façon récurrente. Je perçois aussi beaucoup de créativité, chez les confrères en général et chez les jeunes confrères en particulier, qui n'arrive pas à être concrétisée et mise en pratique.

Ensuite, j'ai une vision à 360 degrés du métier d'avocat. Depuis 2010 déjà, dans le RIN, les avocats sont autorisés à exercer comme mandataires mais très peu ont réellement réussi à se lancer correctement et avec succès. Il y a moins de 2 500 confrères déclarés exerçant dans les nouveaux métiers d'avocat en France sur quasiment 72 000 confrères. Pourquoi ? Il y a une réelle place à prendre, dès lors que les confrères sont informés de l'existence de ces métiers, ce qui n'est pas le cas partout. Avec cette commission des nouveaux métiers que je préside depuis quatre ans, je fais toutes les six à huit semaines des réunions plénières, des focus sur un nouveau métier ciblé, en faisant intervenir des confrères qui le pratiquent et en insistant sur l'aspect déontologique. Cela n'existe pas dans toute la France, certains confrères découvrent ces opportunités lorsque je viens les rencontrer dans leur Barreau à titre personnel. Il faut leur donner cette visibilité et expliquer que d'autres confrères s'y sont investis et que cela fonctionne. Avant la création de myentrepreneurbox.com, j'avais le sentiment qu'il y avait une carence sur le marché juridique à l'attention de ces confrères qui ont un état d'esprit conquérant, audacieux, carence dans l'accompagnement, la prise en main et l'investissement de ces nouveaux métiers. De surcroît, l'article 111 du décret du 29 juin 2016 nous autorise à commercialiser vis-à-vis des confrères des activités de coaching, de formation et d'accompagnement. En tant qu'avocate entrepreneur, moi-même de la nouvelle génération, j'ai trouvé que cela faisait triple sens de lancer cette box à l'attention de confrères.

A.- P. : Comment voyez-vous le développement de cet outil ? Êtes-vous prête à travailler avec tous les avocats de France, pas seulement ceux du barreau de Paris ?

S. A. : Cette solution de services n'a pas vocation à intéresser les seuls avocats parisiens, bien au contraire, mais tous les confrères de France. Nous sommes dans une proposition de service très actuelle, utilisant les nouvelles technologies, la visio, le téléphone, les paiements en ligne. Souplesse, flexibilité, agilité et sont de mise, avec respect de la déontologie.

Depuis un an et particulièrement le début de la crise Covid-19, un vrai virage a été pris dans l'accélération des consultations en ligne, téléphonique par exemple, ou des moyens de continuer à travailler et myentrepreneurbox.com est absolument dans cette logique-là, dématérialisée : pouvoir se connecter, être coaché tout en n'étant pas dans des villes différentes ou dans des arrondissements différents, accompagner des confrères partout en France autant que ceux basés à Paris et en IDF.

C'est avec grand plaisir d'ailleurs. L'idée est de servir les confrères, les aider à faire aboutir leur projet entrepreneurial, où qu'ils soient. Cela requiert également d'intégrer les paramètres de marché économique local du confrère concerné, pour savoir si son projet est réalisable dépendamment de sa zone géographique, que nous abordons lors de la phase coaching.

A.- P. : Un dernier mot sur cette boîte à outils ?

S. A. : Avec cette box, il convient d'avoir à l'esprit que le confrère ira vers de plus en plus d'agilité. Il fonctionne en modèle hybride avec une partie coaching, très humanisée, et d'autres briques où il évoluera avec un kit, semi-automatisé qu'il pourra tout à fait améliorer s'il le souhaite. Il faut la concevoir comme une boîte à outils et donc avoir cette envie et cette autonomie d'adapter l'outil proposé. L'offre peut être aussi personnalisée mais ça ne sera pas les mêmes prix. Nous sommes ici sur des prix d'appel qui sont extrêmement intéressants car l'enjeu et l'objectif, sont de faire connaitre, faire savoir et d'attirer les confrères vers cette opportunité de développement de leur cabinet.

Ce sont réellement des parts de marché où les avocats ont toute leur légitimité, ce sont aussi des revenus potentiels supplémentaires pour les confrères. Il convient de comprendre que notre profession se paupérise, alors que nous avons des possibilités innombrables de développement et l'accord de nos instances et l'encadrement des textes. Si vous avez cet esprit audacieux en vous, soyez créatifs, transformez votre cabinet avec confiance et succès. Myentrepreneurbox.com vous y aidera.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?