Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

MIF Expo 2018 : le Made in France connecté et technologique

le - - Actualité - Région Île-de-France & Grand Paris

MIF Expo 2018 : le Made in France connecté et technologique
© A.P.

Le salon du Made in France s'est tenu dernièrement à la Porte de Versailles, à Paris, avec pour seul objectif de promouvoir les savoir-faire des entreprises ayant fait le choix de la fabrication française. Fort de son succès, cette sixième édition a rassemblé près de 70 000 consommateurs venus rencontrer 500 producteurs français.

Le salon MIF Expo est le plus grand rassemblement des consommateurs et des producteurs ayant fait le choix du Made in France. Pour l'édition 2018, des centaines d'entreprises allant des PME, aux entreprises industrielles en passant par les start-up étaient, présentes, dans des domaines aussi variés que la mode, l'enfance, l'art de vive, la gastronomie ou encore la mobilité.

Un visitorat en hausse

« Chaque année, il y a toujours plus de visiteurs, toujours plus de conférences et la présence d'entreprises qui ne venaient pas auparavant, c'est le cas notamment de Nissan », constate Fabienne Delahaye, fondatrice du salon.

Avec 10 000 visiteurs supplémentaires par rapport à l'édition précédente, le salon 2018 a eu un succès retentissant auprès des consommateurs, mais également auprès des exposants. Guillaume Gautier, cofondateur de DreaminzZz, spécialisé en réalité virtuelle, en témoigne : « mon équipe a largement atteint ses objectifs ».

Lancé en 2012, le salon Made in France constitue désormais le rendez-vous incontournable du patriotisme économique. MIF Expo et Tudigo ont d'ailleurs mené une enquête auprès des entrepreneurs engagés dans le Made in France pour connaître leurs ressentis. D'après les entreprises sondées, 75 % des entrepreneurs savent que les consommateurs sont motivés par la question du Made in France.

Un salon connecté

Pour 2018, le MIF Expo était connecté. Les visiteurs ont pu découvrir des innovations surprenantes et intelligentes. Vêtements sur-mesure, robots, boîtes aux lettres connectées, lave-vaisselles innovants, lampadaires sans fil... Les entrepreneurs français ne manquent pas d'imagination au grand plaisir des consommateurs.

C'est le cas notamment de Guillaume Gautier, formateur et praticien en hypnose, et Kevin Kastelnik, ingénieur des Arts et Métiers, cofondateurs de la start-up française DreaminzZz. « Nous sommes présents sur le salon Made in France pour proposer le masque Hypnos. C'est un masque d'hypnose connecté à une application mobile dans laquelle vous allez retrouver une bibliothèque de programmes hypnotiques. Ce sont des cessions adaptées au plus grand nombre dans lesquelles les utilisateurs peuvent travailler sur la gestion du stress, la motivation, la concentration ou les addictions », explique son créateur.
« De l'électronique à la couture, on fabrique avec des composants et des sous-ensembles français. On assemble le tout dans nos locaux à Avignon. Le masque nécessite un savoir-faire et un toucher particulier. On a audité des entreprises qui ne nous permettaient pas d'avoir ce type de résultat, c'est pourquoi on a privilégié des couturières françaises », ajoute-t-il. Guillaume Gautier confie que produire le masque hypnos en France était « une évidence » et souhaite le valoriser davantage par l'acquisition du label Origine France Garantie.

L'objectif de ce label, créé par l'ancien ministre Yves Jégo, est de donner aux consommateurs une information claire sur l'origine d'un produit et, d'autre part, de permettre aux entreprises qui font cette démarche de certification de valoriser leur production.

L'entrepreneur déplore toutefois « le manque d'accompagnement et de subventions en France » pour le lancement d'une activité. En revanche, selon lui, les belles initiatives comme le salon Made in France prouve
« que les choses peuvent se faire », avec de la volonté.

Nissan Micra citadine : technologie de pointe au savoir-faire 100 % français

« La question du Made in France est vraiment importante pour nos clients. Nous en avons de plus en plus qui sont attachés à cette démarche et pour nous, la mettre en avant est une réponse à cette attente »,
explique Guillaume Boisseau, directeur général de Nissan France. « Nous avons un atout dans notre gamme Nissan. C'est notre Micra Citadine high tech. Depuis deux ans, elle est fabriquée à Flins, dans les Yvelines. Nous constatons que d'avoir mis en avant cela dans notre stratégie marketing et communication a été reconnu comme un atout par nos clients. Participer au salon Made in France était alors une conséquence naturelle qui nous permet de continuer de mettre en avant cet argument »,
poursuit-il. La Nissan Micra Citadine high tech est un véritable concentré de technologie dont le savoir-faire est 100 % français, réalisé par les 1 200 salariés de l'usine de Flins.

La marque Nissan France possède un réseau de distribution « qui représente 5 000 personnes impliquées » sur le territoire français. « Emmanuel Macron et Carlos Ghosn ont annoncé un investissement supplémentaire de 400 millions d'euros à l'usine de Maubeuge qui va fabriquer un troisième véhicule utilitaire », ajoute Guillaume Boisseau. À l'image de la Nissan Micra Citadine high tech, cet utilitaire serait un nouveau produit “Made in France”.

Lors de la conférence inaugurale précédent le salon, Fabienne Delahaye s'est réjouie de pouvoir compter parmi ses exposants Nissan France. « Je suis contente de les accueillir parce qu'ils ne sont pas allés chez mes confrères du salon de l'auto. Ils viennent chez moi sur le salon du Made in France. Je crois qu'ils ont envie de mettre en avant les collaborateurs qu'ils font travailler dans leur usine de Flins », confie-t-elle avec le sourire.

Fabienne Delahaye, créatrice et organisatrice du Salon MIF Expo

« Je m'intéresse de plus en plus à l'industrie ou plutôt à la désindustrialisation, et à ses conséquences sur l'aménagement du territoire, la perte de savoir-faire et des emplois. Je m'interroge sur notre futur en tant que puissance industrielle. Quand une entreprise ferme ses portes ou délocalise, je pense immédiatement aux conséquences.

Quand on consomme un produit fabriqué en France, on participe à créer de l'emploi sur le territoire. Par exemple, concernant l'entreprise de chaussette Labonal : 0,8 % des chaussettes vendues en France parmi les 240 millions qui sont créées, permettent de faire vivre 100 foyers en Alsace ».

Ce que les entreprises du Made in France réclament

Selon l'enquête mené pour la MIF Expo par Tudigo, une large majorité des entrepreneurs interrogés réclament d'abord une baisse de la TVA sur les produits Made in France (65 %) et 64 % d'entre eux demandent une baisse des charges et de l'impôt sur la production. Ils sont ainsi favorables à la taxation des produits qui arrivent en France qui ne respectent pas les normes européennes (53 %). Normes que les entreprises sondées doivent évidemment respecter. Enfin, près d'une entreprise sur deux souhaite réserver les aides d'Etat aux entreprises qui produisent en France.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer