AccueilDroitActualité du droitMichel-Edouard Leclerc : « On a décidé de bloquer des prix marqueurs car tout le mur du fond rayon va augmenter. »

Michel-Edouard Leclerc : « On a décidé de bloquer des prix marqueurs car tout le mur du fond rayon va augmenter. »

L’homme d’affaires et patron du groupe E.Leclerc a récemment été auditionné par la commission des affaires économiques du Sénat. Il est notamment revenu sur l’inflation.
Michel-Edouard Leclerc : « On a décidé de bloquer des prix marqueurs car tout le mur du fond rayon va augmenter. »
© Sénat

DroitActualité du droit Publié le ,

Alors que la hausse des prix sur les produits de première nécessité ne devrait pas ralentir dans les prochaines semaines, le président du Comité stratégique des centres E.Leclerc a été auditionné par la commission des affaires économiques du Sénat. Il a donné sa vision de l’actualité économique et a proposé des solutions pour lutter contre l’inflation que subit la France aujourd’hui. Il a avant tout rappelé que celle-ci allait durer et serait plutôt forte : « Nous allons vers une inflation de 4 % » a-t-il affirmé aux sénateurs présents pour l’auditionner.

Retour sur la polémique de la baguette

Pour contrer ce phénomène qui touche notamment les produits alimentaires de première nécessité tels que le pain ou encore les pâtes, Michel-Edouard Leclerc avait fait parler de lui il y a quelques semaines en proposant des baguettes à 29 centimes d’euro provoquant par la même occasion la colère des boulangers qui ne pouvaient s’aligner sur ce prix et avaient jugé cette pratique déloyale. A propos de cette polémique, Michel Edouard Leclerc a affirmé que les retours de clients qu’il avait eu étaient tous positifs : « Sur les réactions de notre clientèle, nous n’avons que du positif alors qu’à la télévision, les corporations, les élus, les ministres me disent que ce n’est pas bien. Je me dis qu’il y a une déconnexion. Ces gens ne savent pas le prix des choses. » De cette manière, Michel-Edouard Leclerc se place du côté des consommateurs et s’oppose aux professionnels de la boulangerie, aux céréaliers et au principal syndicat agricole la FNSEA. Une fois encore, le discours de Michel-Edouard Leclerc au Sénat était très politique, affirmant pouvoir sonder l’état d’esprit de la population française à travers ses clients : « Il y a eu des élections primaires organisées avec 120 000 électeurs, nous avons 18,5 millions de clients, c’est une source d’information importante. » Selon lui, une hausse trop forte des prix viendrait ralentir voire stopper la reprise économique en cours.

« Le quoi qu’il en coûte a fonctionné »

Le président du groupe E. Leclerc a également affiché son soutien au Gouvernement lors de cette audition, rappelant notamment sur la croissance et l’aide aux entreprises : « La croissance est là, il n’y a pas eu beaucoup de faillites d’entreprises, l’unique menace qui pèse c’est le retour de l’inflation mais globalement, la politique du quoi qu’il en coûte a fonctionné. » Cette déclaration a immédiatement fait réagir des sénateurs de l’opposition et en particulier Sophie Primas, sénatrice Les Républicains des Yvelines, qui a rappelé au dirigeant que le début d’année 2022 avait enregistré un nombre de faillites record.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 20 mai 2022

Journal du20 mai 2022

Journal du 13 mai 2022

Journal du13 mai 2022

Journal du 06 mai 2022

Journal du06 mai 2022

Journal du 30 avril 2022

Journal du30 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?