AccueilEntrepriseVie des entreprisesMeyon : une nouvelle application pour réconcilier les Français avec la gestion de patrimoine

Meyon : une nouvelle application pour réconcilier les Français avec la gestion de patrimoine

La fintech française Meyon, créée l’année dernière par Ludovic Farnault, vient d’annoncer le déploiement de son application et de ses conseillers. L’objectif ? Faciliter pour les Français la gestion de leur épargne et de leur patrimoine.
L'équipe Meyon
© Meyon - L'équipe Meyon

EntrepriseVie des entreprises Publié le ,

Depuis la crise de 2008, les banques classiques souffrent d’un désintérêt croissant d’une partie de leur clientèle, mais aussi des plus jeunes qui n’y ouvrent plus de compte et ne leur confient plus leur épargne. En résulte en France 33% de la population qui avouent ne plus se sentir du tout investis dans la relation avec leur banque[1]. Ce désintérêt croissant est à la base de la naissance de Meyon. La complexité dans la relation avec son conseiller ou encore la multiplicité des nouveaux acteurs sont autant d’éléments auxquelles la société propose une solution simple et accessible. Pour répondre à ces problématiques, Meyon déploie un service nouveau pour réconcilier les Français avec la gestion de leur épargne et de leur patrimoine.

Le désintérêt des Français pour l’investissement…

Alors que la crise de 2008 a entaché la réputation des banques, la confiance historique et l’intérêt qu’avaient leurs clients envers l’Institution s’estompent. Aujourd’hui, 45% des Français restent par habitude[2] dans leur banque. Ce désintérêt croissant s’explique en partie par des conseillers peu accessibles qui pour un Français sur deux font passer leurs intérêts commerciaux avant ceux de leurs clients[3]. À cela s’ajoute le vieillissement des banques et de leurs services, accentuant l’idée que les institutions bancaires ne servent plus qu’à fournir un moyen de paiement, à sécuriser l’épargne et à avoir accès aux prêts. Ainsi les particuliers sont réticents à se tourner vers ces organismes pour la gestion de leur patrimoine et de leurs investissements.

…Dû à une multiplicité de nouveaux acteurs sur le marché

Pour répondre à ce désamour des Français pour leur banque traditionnelle, une myriade d’acteurs s’est implantée sur le marché : les banques en ligne et les néo-banques. Certaines sont rattachées à une banque traditionnelle mais d’autres sont des établissements 100 % mobiles avec licence bancaire. Bien que ces nouveaux acteurs se soient formés sur une promesse d’accessibilité, le tout digital n’est pas adapté à tous. Pour certains, le manque d’un service client accessible ou d’une agence physique pour échanger directement avec un conseiller sont des freins. De ce passage au tout digital en résulte des clients versatiles : au cours de trois dernières années, ce sont les moins de 35 ans qui ont le plus changé de banque[4].

En réponse à cette problématique d’accès aux conseils, les réseaux sociaux sont devenus une source d’information parallèle. Si la possibilité de partage d’expertise semblait être une solution, les réseaux sont aussi devenus une source importante de désinformation.

Meyon réconcilie les Français avec la gestion de leur patrimoine et de leur épargne

Ainsi, alors que les mentalités des consommateurs évoluent en faveur de plus d’engagement des acteurs de la finance, Meyon repense entièrement la façon de gérer son patrimoine et rend enfin l’investissement accessible à tous. La société donne aux particuliers le pouvoir sur leur épargne via une application intuitive, digitale et en remettant l’humain au cœur de son projet. L’application propose du conseil et des services d’investissement, accessibles et entièrement digitaux : une solution d’assurance vie libre d’accès, sans frais de dépôts, entièrement pilotée par Meyon et permettant d’accéder à des supports jusqu’ici réservés aux plus fortunés (comme le private equity ou les produits structurés). La société rend accessible l’investissement dans l’immobilier professionnel via une SCPI sans frais d’entrée et permet également d’avoir accès à la défiscalisation via la loi Girardin pour atteindre jusqu’à 40 000 euros de réduction d’impôt. Selon l’abonnement choisi, un algorithme agrémenté de vidéos pédagogiques accompagne les clients dans leur stratégie d’investissement.

Il est surtout possible d’être suivi par un conseiller en gestion de patrimoine dédié pour atteindre plus facilement ses objectifs et enfin aller plus loin en investissant dans des solutions de placement exclusives.



[1] Etude menée par Happydemics en novembre 2021, publié en janvier 2022

[2] Etude menée par Happydemics en novembre 2021, publié en janvier 2022

[3] Sondage MoneyVox avec l'institut YouGov

[4] Etude menée par Happydemics en novembre 2021, publié en janvier 2022

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 02 décembre 2022

Journal du02 décembre 2022

Journal du 25 novembre 2022

Journal du25 novembre 2022

Journal du 18 novembre 2022

Journal du18 novembre 2022

Journal du 11 novembre 2022

Journal du11 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?