Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Métropole du Grand Paris, trois ans déjà

le - - Actualité - Grand Paris

Métropole du Grand Paris, trois ans déjà

À l'occasion du troisième anniversaire de la Métropole du Grand Paris (MGP), Patrick Ollier, son président, s'en est fait le porte-parole au cours de la cérémonie des voeux 2019 organisée au Dernier étage, salle événementielle du 18e arrondissement.

Entouré des membres du bureau métropolitain, le président de la première intercommunalité d'Île-de-France, organisation des collectivités territoriales de la zone dense initié en janvier 2016, a rappelé le succès rencontré par « le concept de gouvernance partagée, à l'initiative d'une dynamique d'intelligence collective ».

Une gouvernance au-delà des différences

« 98 % de nos délibérations sont votées à l'unanimité. S'il faut saluer quelque chose aujourd'hui, c'est cette capacité à accepter les différences, à travailler avec ceux qui sont vos adversaires politiques et à faire en sorte de retenir ce qui peut nous unir pour travailler pour les 7,5 millions d'habitants que nous réunissons », s'est félicité Patrick Ollier.

La totalité des communes des départements de la petite couronne (Haut-de-Seine, SeineSaint-Denis et Val-de-Marne), ainsi que sept communes de la grande couronne, que rassemble La Métropole du Grand Paris, ont ainsi réussi à outrepasser leurs divergences politiques, au profit de l'objectif commun d'améliorer le cadre de vie de ses quelque 7 millions d'habitants.

« Quoi qu'il advienne, nous sommes en charge de l'avenir de la métropole. Nous sommes en train de la structurer, et de la rendre irréversible. La métropole existe et ne pourra être ignorée par celles et ceux qui spéculent sur son avenir. Merci de votre engagement à toutes et à tous », explique son président, « car c'est une garantie d'avenir pour la métropole que nous aimons, c'est-à-dire la métropole des maires, qui s'installe dans le temps », a conclu Patrick Ollier.

Le président Ollier a tenu à remercier chaque président des groupes politiques de l'institution : Catherine Barrati-Elbaz représentante du groupe socialiste, Pascal Beaudet du Front de gauche, Eric Cesari pour Les Républicains, Yves Contassot à la tête des Écologistes et Ivan Itzkovitch pour les centristes.

À l'initiative de projets nombreux et diversifiés

Emmanuel Grégoire, premier vice-président de la MGP et représentant d'Anne Hidalgo, a tenu à rappeler le caractère pluridisciplinaire de cette « aventure collective de la métropole » engagée dans la concrétisation de projets réunis autour de cinq pôles, que sont l'aménagement de l'espace, le développement social, économique et culturel, la politique locale de l'habitat, la mise en valeur de l'environnement et du cadre de vie, ainsi que la gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations.

Après les succès rencontrés par le concours “Inventons la Métropole du Grand Paris”, appel à projets urbains et économiques innovants, ayant suscité une immense mobilisation, et dont les lauréats seront connus en mai prochain, Patrick Ollier a fait état des nouvelles initiatives prévues par l'institution, dans la continuité du développement urbain participatif initialement recherché.

Le schéma de cohérence territoriale (SCoT), axé sur les domaines de l'habitat, de l'aménagement commercial, de l'environnement et du paysage, doit ainsi servir de cadre de référence aux diverses planifications métropolitaines évoquées : le plan métropolitain de l'habitat et de l'hébergement (PMHH), le plan climat air énergie métropolitain (PCAET) et le schéma d'aménagement numérique (SMAN) : « J'espère qu'avant 2020, nous serons en capacité de présenter un schéma de cohérence territoriale, alors que d'autres ont mis dix ans à le réaliser », déclare le président de la MGP. Par ce dispositif, ce dernier entend créer « de la valeur ajoutée dans les communes ».

Une écologie de premier plan

« Au-delà de la création de richesses, nous nous occupons aussi du quotidien des Métropolitains. Les maires ne peuvent ignorer les 6 000 morts prématurées liées à la pollution atmosphérique », a poursuivi Patrick Ollier. Il a ainsi rappelé son projet de faire de la MGP, une zone à faible émission de CO2, comme il en existe aujourd'hui 227 en Europe.

Pas d'inquiétudes cependant concernant les contrôles liés à l'usage de véhicules propres, qui ne seront effectifs qu'à partir de 2021, comme tient à le rappeler l'homme d'État, laissant ainsi le temps aux habitants de s'adapter à la mesure. Sur ce modèle écologique constructif, d'autres projets vont également voir le jour, tels que la signature d'une convention stratégique de coopération avec la Chambre d'agriculture régionale, qui servira de support au programme “La métropole mange sain”, prochainement initié dans les écoles, favorisant les circuits courts et la connaissance de l'origine des produits consommés par les jeunes métropolitains. L'initiative Velib' remportant un franc succès depuis son inauguration en 2007, elle se verra également offrir 150 stations supplémentaires d'ici l'été 2019.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer