Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Métiers d'art : les territoires font dans la dentelle

le - - Actualité - Europe

Métiers d'art :  les territoires font dans la dentelle
© DR

La 13e édition des Journées européennes des métiers d'art s'est tenue du 1er au 7 avril dernier dans toute la France. À travers une nouvelle formule, le cru 2019 a mis en lumière les savoir-faire et la créativité des professionnels du milieu. Au total, 5 600 événements sélectionnés pour leur engagement au service de la création ont rassemblé plus d'un million de visiteurs.

Créées et fédérées par l'Institut national des métiers d'art et placées sous le haut patronage du président de la République, ces journées sont devenues, au fil des ans, la plus grande manifestation internationale dédiée aux métiers d'art.

Placées cette année sous le thème “Métiers d'art, Signatures des territoires”, les Français ont été très nombreux à aller à la rencontre de ces professionnels, véritables acteurs de richesse culturelle et économique de la France et de ses régions. Ateliers, musées, monuments historiques, centres de formation…

Au total, 67 rendez-vous d'exception et 1 060 événements jeune public ont permis à chaque visiteur de trouver chaussure à son pied. Cette 13e édition a mobilisé 18 pays européens.

Un secteur économique essentiel

Sur le plan économique comme sur le plan culturel, le secteur des métiers d'art joue un rôle indispensable. À lui seul, il génère environ 50 000 emplois made in France et met en lumière l'ensemble des capacités créatrices de notre pays. Ces professions permettent également de revitaliser le secteur du tourisme (déjà bien portant) par l'attractivité de nos territoires.

En effet, les visiteurs du monde entier viennent en France pour admirer notre patrimoine et les artisans (tailleurs de pierre, vitraillistes, ardoisiers, restaurateurs, ébénistes) en assurent sereinement la pérennité. Le rôle de l'État est d'accompagner les métiers d'art pour les aider à atteindre leur équilibre économique. Les professionnels du secteur, au-delà de leurs spécificités propres et de leurs besoins particuliers, rencontrent tous les mêmes problèmes : des marchés trop restreints et un système de formation qui a la particularité, intrinsèquement contradictoire, d'apparaître à la fois comme élitiste et peu attractif.

Dans la mise en œuvre de sa politique culturelle en direction du secteur, l'État pourrait développer des outils permettant d'agir sur ce marché et d'accroître ainsi le nombre de ses acteurs professionnels.

Des domaines variés

Héritage d'un savoir-faire précieusement élaboré au fil des siècles, les métiers d'art sont omniprésents dans notre quotidien et, ironie du sort, nous passons parfois à côté sans nous en rendre compte. Ces professions s'étendent de la décoration (canneur-rempailleur, cirier, doreur, ébéniste) au textile (brodeur, dentellier) en passant par le jeu (fabricant de figurines et de jouets) et le spectacle (costumier, fabricant de masques et d'accessoires). Mais une question légitime vient à l'esprit.

Les progrès techniques et notre futur orienté toujours plus vers le tout numérique détruiront-ils, un jour, ce savoir-faire millénaire ? Tout dépendra de notre intelligence collective et de notre capacité à sauvegarder ce riche patrimoine, fruit de notre histoire ancestrale.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer