Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Même en confinement, les avocats continuent de travailler

le - - Droit - Actualité du droit

Même en confinement, les avocats continuent de travailler
@ DR

La défense des intérêts de leurs clients passe avant toute autre chose pour les robes noires et leurs instances représentatives, mobilisées pour assurer la continuité de leurs missions.

Sauvegarder l'Etat de droit et faire en sorte que les justiciables aient accès à l'information juridique et à la Justice était certainement l'une des missions des avocats la moins présentes dans leur esprit il y a quelques semaines. Plongés dans leurs dossiers et leurs tâches quotidiennes, ils étaient loin de penser que leur expertise serait bientôt un bien précieux, en temps de confinement pour cause de crise sanitaire planétaire. En effet, les avocats comptent aujourd'hui, après les soignants bien sûr, parmi les professionnels les plus à même de soutenir l'activité économique et de répondre à nos nombreuses interrogations liées à la situation actuelle, notamment en droit du travail ou en fiscalité des entreprises.

Maintien de l'activité

Le maintien de l'activité n'est pas aisé pour tous les cabinets d'avocats. L'ampleur de la tâche n'est pas du tout la même selon leur taille et leur secteur. De fait, les spécialistes en droit social ou encore les fiscalistes et les affairistes vont certainement avoir une hausse d'activité au contraire des civilistes et des pénalistes. En outre, les grandes structures sont souvent rompues aux outils de travail à distance, ce qui n'est pas le cas des petits cabinets. Afin de pouvoir mieux organiser le télétravail, le Conseil national des barreaux (CNB) a donc mis en place une cellule de crise pour délivrer aux avocats des informations sur les outils numériques et la réglementation en vigueur. Ce qui est certain, c'est que la profession est déterminée à continuer à exercer.

Des instances sur le pont

Le dynamisme de ses instances représentatives en témoigne. Après avoir mobilisé toutes leurs forces depuis des mois pour la lutte contre les réformes de la Justice puis celle du régime des Retraites, elles ont très vite su mettre leurs savoir-faire au service de l'intérêt général, notamment à travers une hotline. Le Conseil national des barreaux (CNB) a en effet lancé l'opération « Avocats solidaires » dès le 24 mars, proposant des consultations téléphoniques gratuites pour répondre aux questions des justiciables liées à la crise du Covid-19.

En plus de cet effort de solidarité en ces temps de crise sanitaire sans précédent, le CNB s'est organisé pour accompagner les avocats dans cette
« période décisive pour notre pays » afin qu'ils soient « parfaitement informés ». L'objectif étant, d'une part, que les avocats aient connaissance des décisions qui les concernent dans les plus brefs délais, ce pourquoi « le CNB assure un contact régulier avec la Chancellerie ». Il a en outre interpellé le Premier ministre dans une lettre du 20 mars pour l'alerter sur les difficultés rencontrées par la profession et souhaite qu'elle soit éligible au fonds de solidarité. Et, d'autre part, que les avocats soient au fait de tous les mécanismes exceptionnels mis en place pour pallier les effets de la crise afin de conseiller au mieux leurs clients. Une page « point d'information Covid-19 » du site du CNB, contenant « les dernières actualités en temps réel », allant d'une synthèse des lois d'urgence sanitaires au décryptage des mesures de chômage partiel ou encore à la suspension des délais de jugement de la CEDH, est ainsi régulièrement mise à jour. De quoi tenir l'ensemble du barreau bien informé et tout à fait opérationnel.

Trois questions à Maître Leblic

Avocat membre du barreau de Paris, Maître Leblic fait partie des nombreux professionnels du droit qui n'ont pas raccroché la robe, et compte plus que jamais accompagner et soutenir ses clients en cette période de crise inédite.

Affiches Parisiennes : Quelle est votre matière juridique de prédilection ou votre spécialité ?

Maximilien Leblic  : Droit fiscal et par extension tout ce qui touche aux difficultés économiques des entreprises (procédures collectives, négociation refinancement/délais de paiement, etc.).

A.P. : Votre clientèle manifeste-t-elle des craintes ou préoccupations particulières en cette période exceptionnelle ?

M. L. : A de rares exceptions, la quasi-totalité de ma clientèle a vu son activité s'interrompre intégralement du jour au lendemain, dans un contexte où leur trésorerie a déjà été sérieusement dégradée à cause des grèves de la fin d'année 2019, début 2020.

Face à cette perte de chiffre d'affaires, les premières questions concernent le paiement des salaires et des charges courantes.

Sur ce point, les annonces présidentielles et gouvernementales ont été rassurantes et ont permis d'éviter des prises de décisions irrationnelles, engendrées par la panique et l'incertitude.

Le report des charges fiscales et sociales, la prise en charge du chômage partiel et le gel des loyers devraient permettre à la majorité de mes clients de traverser la période de confinement sans trop de difficultés.

Donc à très court terme, la confiance est encore là.

En revanche, l'après-confinement pose question car tant qu'un traitement ou un vaccin n'est pas trouvé, des mesures de distanciation sociale devraient rester en vigueur. Par exemple, les réunions de plus de 100 personnes pourraient être durablement interdites. Ce qui poserait à moyen terme la question de la viabilité de certains pans de l'industrie culturelle, du divertissement ou sportive. Certains secteurs de l'activité économique risquent donc d'être durablement impactés par cette crise, indépendamment des mesures de soutien développées par le Gouvernement.

A.P. : Pensez-vous que l'activité de votre cabinet va considérablement baisser durant cette période ?

M.L. : Pour le moment non, mais une fois que le confinement et ses conséquences seront intégrés par mes clients, oui, je m'attends à une baisse substantielle de l'activité de mon cabinet.

Mais elle sera temporaire. Les liquidités sont encore là et j'ai déjà été contacté par des clients investisseurs à la recherche d'opportunités d'acquisition.




Anne MOREAUX
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer