Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Medadom, une offre globale de téléconsultation au service des patients

le - - Actualité - Interview

Medadom, une offre globale de téléconsultation au service des patients
© D.R.

Elie Dan Mimouni est l'un des co-fondateurs de Medadom qui vient de lever 40 millions d'euros. Avec ce financement, Medadom souhaite devenir le leader de la télémédecine. Son objectif est de développer son offre sur le territoire national pour lutter contre les déserts médicaux et l'engorgement des urgences.

Affiches Parisiennes : Vous êtes l'un des co-fondateurs de Medadom. Est-ce toujours une start-up ou avez-vous dépassé ce stade avec votre récente levée de fonds

Elie Dan Mimouni : Depuis 2017, nous avons élaboré notre service et amorcé son déploiement. Avec notre récente levée de fonds de 40 millions d'euros, notre objectif est de rendre notre offre accessible au plus grand nombre en la déployant sur le territoire national. Nous voulons ainsi lutter contre les déserts médicaux et l'engorgement des urgences.

A.-P. : Pouvez-vous rappeler le concept de Medadom ?

Nous proposons une offre globale de téléconsultation au service des patients et au service des professionnels de santé. D'abord, à travers une application mobile et web, nous donnons la possibilité aux patients d'avoir accès, chez eux, à un médecin en moins de dix minutes. Ensuite, Medadom a créé une borne interactive, équipée de six objets connectés : un thermomètre, un tensiomètre, un oxymètre – pour contrôler le pouls et de la quantité d'oxygène dans le sang, NDLR – un otoscope – instrument utilisé pour effectuer des observations du conduit auditif NDLR –, un dermatoscope – pour une observation précise de la peau, NDLR – et un stéthoscope. Les bornes sont actuellement déployées dans 600 officines de pharmacie en France.

A.-P. : A ce jour, combien avez-vous réalisé de téléconsultations depuis la création de votre service ?

E. D. M. : Nous avons déjà réalisé plus de 150 000 téléconsultations par des médecins partenaires. La téléconsultation est aujourd'hui une nouvelle pratique dans la prise en charge des patients, surtout en période de crise sanitaire. Medadom collabore avec les médecins sur tout le territoire pour répondre aux besoins grandissants des français dans le cadre de leur parcours de soins non-programmés. La solution technique apportée par la téléconsultation bénéficie aux patients et aux professionnels de santé en limitant la propagation du virus et en démocratisant l'accès aux soins.

A.-P. : En termes d'activité, avez-vous constaté un “avant Covid” et un “après Covid” ?

E. D. M. : La Covid a été un réel catalyseur de notre activité. La téléconsultation a été mise en évidence comme la solution importante dans le cadre de la pandémie, avec un changement de mentalité du côté des patients et du côté des médecins. Ces derniers ont été de plus en plus nombreux à rejoindre la plateforme Medadom. Du côté des Pouvoirs publics, depuis 2018, la téléconsultation est entrée dans le droit commun. Néanmoins, la Covid a largement accéléré cet usage de prise en charge des patients.

A.-P. : Avez-vous actuellement des médecins-partenaires sur tout le territoire national ?

E. D. M. : Oui, nous couvrons toute la France. Les professionnels de santé sont disponibles sur des plages horaires parfaitement définies, pour assurer une permanence de soins.

Alors que le nombre de médecins baisse fortement, l'accès aux soins pour tous et partout sur le territoire est plus que jamais au coeur des préoccupations des Français. Beaucoup de praticiens arrivent aujourd'hui à l'âge de la retraite et les nouvelles générations ne sont pas assez nombreuses pour compenser ces départs.

Pour les patients, ceci se traduit par des difficultés croissantes à trouver un médecin traitant. Ceux qui en disposent obtiennent difficilement des consultations sans rendez-vous et voient dans tous les cas les délais d'attente s'allonger.

Medadom propose une offre globale de télémédecine pour répondre à cette problématique majeure. Avec les bornes et les cabines de téléconsultation, c'est de plus une offre de consultation rapide et facile d'accès.

A.-P. : Les téléconsultations se font à la fois avec des médecins généralistes et des spécialistes ?

E. D. M. : Pour l'instant, ce sont uniquement des médecins généralistes et urgentistes. Medadom est une alternative aux urgences en permettant au patient d'obtenir une réponse quasi immédiate à sa demande de consultation, peu importe sa localisation, tout en bénéficiant du tiers payant.

A.-P. : Comment allez-vous utiliser la très importante levée de fonds que vous venez de faire ?

E. D. M. : L'objectif de cette levée de fonds est dans un premier temps de déployer les bornes et la cabine Medadom sur l'ensemble du territoire national, dans les pharmacies, au sein de grandes entreprises, dans des mairies et dans des collectivités locales. Le tout avec la vocation première de rendre les soins accessibles au plus grand nombre de personnes, sur l'ensemble du territoire français.
Medadom a un double ADN, à la fois médical et digital, puisque ce service médical est digitalisé, à travers la téléconsultation. Cette levée de fonds va nous permettre une croissance très importante sur le territoire national, en nous déployant sur les différents segments de notre offre de services.
Nous allons recruter plus de 250 collaborateurs sur différentes entités et différents secteurs, notamment commercial. Ils vont notamment aller sur le terrain pour proposer les bornes et les cabines médicales connectées. Nous avons aussi pour ambition de recruter des formateurs, account managers et téléopérateurs, sur la partie “support patients”, et de développer une entité technique et développement.

A.-P. : Avez-vous déjà des bornes installées dans des mairies ?

`E. D. M. : Nous avons actuellement une équipe dédiée au déploiement en mairie. Certaines ont déjà signé un partenariat avec Medadom. Ce déploiement d'une offre de soins digitalisée et territorialisée est unique en France. Il permettra de répondre au plus près aux demandes de soins des patients, dans les territoires, et ce conformément à la règlementation et aux souhaits des pouvoirs publics. Ainsi, les patients seront pris en charge dans le respect des différents avenants aux conventions médicales, et pourront être réintégrés au sein du parcours de soins.

A.-P. : Pour une mairie, quel est le coût de l'installation de ce dispositif ?

E. D. M. : La borne est louée sur 36 ou 48 mois. A la borne, il convient d'ajouter les objets connectés, le software, le matériel et le service médical associé. Pour une mairie le coût global est de 190 euros par mois, avec un contrat de location de 36 mois. L'accès au service médical est possible de 9h à 22h, 7 jours sur 7.
La démarche est simple. Il suffit d'adresser un mail à nos services. L'installation est effective, cinq à six semaines plus tard, au grand maximum.

A.-P. : Votre plateforme de téléconsultation permet-elle aux patients de trouver une réelle réponse à leur problème de santé ?

E. D. M. : Nous parvenons à résoudre de 80 à 85 % des cas pour les consultations via l'application internet et smartphone. Si vous ajoutez les objets connectés et la borne médicalisée, avec l'environnement de l'officine, plus propice, nous parvenons à résoudre 90 à 95 % des soins non programmés. Les 5 ou 10 % des cas non résolus vont entraîner la prise en charge en milieu hospitalier du patient en téléconsultation.

A.-P. : Medadom constitue aujourd'hui l'avenir de la consultation médicale ?

E. D. M. : Nous l'espérons. Pour l'instant, nos services constituent un complément à la consultation physique. Bien sûr, la téléconsultation ne résoudra pas tout. Elle n'aura pas les réponses à toutes les pathologies. Néanmoins, sur des soins non programmés et une urgence ressentie, nous parvenons à un diagnostic sur 90 à 95 % des cas.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer