AccueilRégion Île-de-France & Grand ParisMariage gay : débat sociétal

Mariage gay : débat sociétal

On observe dans le monde occidental une tendance à modifier la vision traditionnelle du mariage en gommant l'altérité sexuelle. Cette transformation suscite un peu partout des débats animés.

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

Dix pays ont déjà légalisé le mariage entre deux personnes de même sexe, ainsi que plusieurs États des États-Unis. Le gouvernement français a adopté le projet de loi sur le mariage et l’adoption pour les couples homosexuels. Les partisans du mariage et du droit à l’adoption pour les couples homosexuels mettent surtout en avant le principe de non discrimination des personnes homosexuelles. Ils estiment que le développement de l’enfant s’effectue aussi bien avec des personnes de même sexe. Sur ce point, les spécialistes sont divisés, certains considérants, au contraire, que la construction de l’enfant nécessite un jeu d’identification et de différentiation avec le père et la mère.

La question centrale est celle du rôle assigné au mariage, qui ne se résume pas à un banal contrat entre deux personnes. Étant donné son importance dans la structuration sociétale, il a été soigneusement codifié par la loi. Le mariage permet en effet de donner à l’enfant un cadre indispensable à son épanouissement. Historiquement, il a été sacralisé par l’Eglise. Aujourd’hui, il a perdu de son aura. La vie commune en dehors du mariage est de plus en plus fréquente, ainsi que le divorce. Le Pacs permet à des personnes de même sexe de vivre ensemble avec un cadre législatif assez voisin de celui du mariage. Le mariage reste cependant une institution conçue pour l’enfant. Sa conception nécessitant l’union de deux personnes de même sexe, il n’y a rien d’anormal à garder un cadre pour les couples hétérosexuels et un autre pour les couples homosexuels.

Derrière la problématique du mariage apparaît celle de l’adoption. Qu’elle devienne possible pour les couples homosexuels entraînerait certes davantage de familles pour des orphelins. Mais le nombre d’enfants adoptables est déjà inférieur à celui des parents qui souhaitent adopter. On peut condamner sans réserve l’homophobie et, pour autant, vouloir réserver le mariage aux seules unions hétérosexuelles. Si discrimination il y a, elle résulte de la nature qui a institué la dualité sexuelle.

Partage
Articles similaires
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?