Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Maddy Keynote 2018 : embarquement vers la cité du futur

le - - Entreprise - Innovation

Maddy Keynote 2018 : embarquement vers la cité du futur
© Maddyness - Intervention en duplex depuis Londres de Julian Assange, fondateur de Wikileaks.

Plus de 4 500 membres de l'écosystème innovant français se sont réunis au 104 à Paris, le 1er février dernier, pour ouvrir la réflexion sur la cité de demain. Un voyage proposé par la troisième édition de la Maddy Keynote axée sur quatre problématiques : la mobilité, l'habitat, le bien-être et l'agora. De Julian Assange à Fleur Pellerin en passant par les avocates Corinne Lepage et Christiane Féral-Schuhl, des conférenciers de haut vol se sont succédé.

Vincent Puren, directeur de Maddyness Studio, l'hôte de la journée, a invité les smart voyageurs à partir à la découverte de la cité du futur en écoutant et en échangeant avec « les visionnaires venus explorer quatre thématiques indissociables et complémentaires : la mobilité, l'habitat, le bien-être et l'agora ».

Si l'édition 2017 s'était focalisée sur la santé, l'éducation, le divertissement et l'alimentation, ce sont toujours des grands thèmes qui impactent directement la vie des Français qui ont été étudiés à la loupe lors de cette édition 2018.
« Le progrès n'est que l'accomplissement des utopies » ont pu lire les participants. Cette citation d'Oscar Wilde résume parfaitement l'état d'esprit des organisateurs de cette journée particulière.

En effet, la Maddy Keynote est en quelque sorte un sommet de l'innovation et de la réflexion pour les startuppers. Pensé et produit par le magazine Maddyness, spécialisé dans l'innovation, les start-up et l'entrepreneuriat, cet événement réunis entrepreneurs, chercheurs, décideurs, politiques, et même artistes et médias pour découvrir de quoi seront faites les transformations de demain.

Fleur Pellerin, ex ministre de l'Économie numérique, et Vincent Puren, directeur de Madyness Studio. © Maddyness

Introduite par Fleur Pellerin, ancienne ministre de l'Économie numérique, qui s'est félicitée que l'entrepreneuriat soit devenu en quelques années si attractif, ce voyage particulier s'est poursuivi par une douzaine de conférences et de discours inédits, notamment l'intervention en duplex depuis Londres du fondateur de Wikileaks, Julian Assange.

« Alors que 6 milliards d'êtres humains vivront en ville d'ici 2050, il semble indispensable de remodeler le paysage urbain pour le rendre plus efficace et plus agréable à vivre », selon Hugues Deschaux, cofondateur et directeur de la Maddy Keynote, dans le programme remis aux participants.

Plus de 90 intervenants se sont relayés pour mettre leur expertise au service du public et brosser les contours d'une ville plus verte, lieu central du vivre ensemble, dans laquelle les citoyens pourront tout à la fois exprimer librement leur volonté et se ressourcer.

Un vivier d'opportunités

Vincent Puren a évoqué l'essor de l'intermédiation, le développement de l'intelligence artificielle (IA), du Big data et des blockchains qui bouleversent notre système économique et notre vie quotidienne. N'adoptant pas la position pessimiste classique actuellement, le directeur de Maddyness Studio estime par exemple que « la blockchain est une opportunité formidable de redistribution économique ».

Un vent d'optimisme a aussi soufflé avec l'intervention de Fleur Pellerin qui est revenue sur les évolutions ayant façonné la French Tech ces dernières années.

À l'origine du mouvement et du label French Tech, l'ex-ministre du Numérique a pu témoigner de l'évolution de cette « marque »
qui accompagne les entrepreneurs français.

Désormais à la tête du fonds d'investissement Korelya capital, Fleur Pellerin a ainsi contribué à la levée de fonds de la start-up Ledger, spécialiste de la sécurisation des transactions de cryptomonnaies. « Tout à fait le type de start-up qu'on doit développer en France », estime celle qui souhaite faire rayonner l'entrepreneuriat hexagonal à l'étranger.

Cette dernière s'est aussi réjouie de l'implication des Pouvoirs publics qui a structurellement changé le rapport des Français au travail. « Le rapport au risque et à l'échec a changé ces dernières années, c'est un vrai signe positif », a déclaré l'ex-ministre.

Le discours tenu ensuite par la députée européenne, Karima Delli, sur la mobilité du futur était tout aussi vivifiant. La présidente de la commission transport au Parlement européen a ainsi envisagé l'Europe comme un hub de la mobilité durable et le leader de la lutte contre « la pollution, maladie du XXIe siècle ».

La mise en garde de Julian Assange

Reclus depuis juin 2012 dans l'ambassade d'Equateur à Londres, Julian Assange a fait forte impression avec une mise en garde un tantinet effrayante .

Durant presque une heure, le fondateur de WikiLeaks a égrainé tous ses sujets de prédilection et brossé le portrait d'une société gangrenée par ses névroses digitales, prête à brader ses libertés.

Soucieux de l'équilibre entre le développement des technologies et leur utilisation de façon déontologique, l'expert a alerté l'audience sur de nombreux points : IA, blockchain, big data, cryptographie, cryptomonnaies, cyberrisques, fake news…

Il faudrait ainsi se méfier du développement de systèmes d'IA massifs qui fonctionnent dans notre économie globalisée sur le partage des données par les usagers trop naïfs.

Selon lui, tous ceux qui laissent les acteurs du numérique comme Facebook, Google, Amazon ou encore WhatsApp recueillir toutes leurs données personnelles n'ont aucune conscience des risques qu'ils encourent ! « Le pouvoir n'est plus aujourd'hui entre les mains des politiques mais de la technologie », a-t-il souligné.

Pire, pour Julian Assange, nous ne vivons plus en démocratie aujourd'hui mais dans la dictature des GAFA qui se font de l'argent sur notre dos et utilisent le prétexte des fake news pour réguler l'information sur les réseaux sociaux… à méditer.

Connexion et collaboration

Dans les 1500 m2 de la zone d'exposition, quelque 75 projets reproduisant une maison connectée laissaient entrevoir le meilleur des technologies développées en France et ailleurs : thermostat et canapé intelligents, enceintes connectées, miroir dernier cri présentant la météo, voiture autonome… permettaient au public d'imaginer ce que serait son quotidien d'ici quelques années.

Les différentes conférences qui se sont tenues sur la scène innovation de la Maddy Keynote ont aussi insufflé un parfum innovant et positif à ce voyage.

© Maddyness

Côté transport, les tables rondes intitulées « Le grand mouvement du siècle » et « Ensemble, c'est tout » ont montré qu'il faut replacer l'homme au centre de la ville, être visionnaire et collaboratif. Sur ce dernier point, Uber a révolutionné le transport et transformé les usages.

Etonamment, les points de vue de différents acteurs du transport, publics et privés, comme la RATP, Renault, Waze ou encore Heetch ne sont pas si éloignés sur des questions variées.

Quid du développement des modes « doux » comme le vélo, des enjeux de santé, lutte contre la pollution, et développement du collaboratif…

La SNCF travaille ainsi à l'élaboration de partenariats avec des start-up, des constructeurs automobiles et des entreprises, de services pour proposer une offre « door to door ».

Revival de 1984 avec Christiane Féral-Schuhl

© Maddyness

Récemment élue à la tête du Conseil national des barreaux (CNB), l'avocate des avocats Christiane Féral-Schuhl a fait un exposé habile sur l'éthique de la ville du futur.

A travers une dystopie critiquant les risques de dérives de la digitalisation au fil de la visite de la smart city "Futura", l'avocate a mis en garde contre un mode de vie portant atteinte aux droits fondamentaux.

Surveillance, vidéoprotection, drones équipés de capteurs qui collectent l'ensemble des données des habitants, robots-oiseaux qui notent les citoyens et leur donne le droit de voter aux élections et de jouir de leurs autres libertés fondamentales, etc.

Ce discours fortement teinté de 1984 de George Orwell, célèbre figure métaphorique du régime policier et totalitaire, a fait étrangement écho à la keynote de Julian Assange.

En plus de leur incroyable capacité, c'est l'impact des intelligences artificielles (IA) dans nos vies qui inquiète la juriste. Cette dernière a conclu son propos en citant le film Her de Spike Jonze, où un homme malheureux tombe amoureux d'une IA qui « fini par devenir tellement humaine qu'elle le quitte ! »

Il apparaît aujourd'hui nécessaire de développer la mobilité électrique et autonome, et de faire du temps de transport un moment utile.

David Leborgne, chief digital officer de la SNCF a rappelé que d'ici 2025, 30 % des véhicules vendus seront électriques, grâce à Tesla « qui a été un énorme coup d'accélérateur dans ce domaine ». Il faut aussi permettre aux personnes de marcher avec davantage de surface au sol et d'air pur.

Côté agora, il faut développer les jardins partagés, l'agriculture biologique et urbaine, les plantes dépolluantes, les toits végétalisés et changer notre rapport à l'eau, selon l'ex-ministre Corinne Lepage qui milite pour qu'on laisse « une plus grande place à la nature dans la ville ».

La permaculture, l'agro-écologie et l'agro-foresterie ont aussi été mises en avant. Les « problématiques citoyennes et sociétales » comme l'habitat, le devenir des bâtiments, la pollution à l'intérieur et à l'extérieur des logements, le traitement des déchets, l'éloignement avec le lieu de travail et l'insolvabilité pour les rénovations ont ainsi été passées en revue.

Des solutions intéressantes ont d'ailleurs été proposées afin que « tout le monde soit acteur du développement durable ». En espérant que certaines initiatives voient le jour après l'atterrissage de cette Maddy Keynote.

Poietis grand gagnant du projet Moonshot

© Maddyness

En octobre dernier, Maddyness et Google lançaient le projet Moonshot, un concours de start-up dans le but de récompenser les projets à fort potentiel dans cinq villes : Nantes, Bordeaux, Montpellier, Lyon et Lille. Après trois mois de compétition, le lauréat vient finalement d'être dévoilé : c'est la jeune pousse bordelaise Poietis spécialisée en bio-impression. Cette dernière s'envolera aux côtés de Google pour deux semaines au cœur de l'accélérateur américain BlackBox Connect afin de développer son projet de fabrication de tissus biologiques personnalisés par impression 3D, permettant notamment de réduire les coûts associés au développement de nouveau médicament, mais aussi de réduire le nombre d'animaux sacrifiés chaque année dans le cadre de tests cosmétiques.




Anne MOREAUX
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide