Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Logements insalubres : l'Ile-de-France, première région touchée

le - - Immobilier

Regroupant 30 % à 45 % des logements "indignes" sur son territoire, l'Île-de-France est la première région touchée par l'insalubrité, selon l'Agence régionale de santé d'Ile-de-France (ARS-IDF).

La notion d'habitat "indigne", reconnue par la loi de mobilisation pour le logement et la lutte contre les exclusions de 2009, recouvre l'ensemble des solutions d'habitat représentant "un déni au droit au logement et portent atteinte à la dignité humaine", et notamment les logements "insalubres", qui entraînent un risque pour la santé. En Île-de-France, près de 177 445 logements du parc privé étaient en 2010 considérés comme potentiellement indignes (PPPI)", souligne l'ARS-IDF.

En moyenne, l'ARS-IDF reçoit 4 500 signalements et plaintes par an. Quelque 2 283 logements et parties communes d'Île-de-France ont fait l'objet d'une procédure en 2010 alors que sur l'ensemble du territoire, 400 000 à 600 000 logements sont considérés comme indignes. La petite couronne, et en particulier la Seine-Saint-Denis, sont les plus touchées, les locataires représentant selon les départements 70 % à 80 % des occupants, d'après une étude de l'Institut d'aménagement et d'urbanisme d'Île-de-France (IAU) publiée en 2011.

Sur les 887 arrêtés préfectoraux d'insalubrité prononcés par l'ARS-IDF en 2010, la majorité concernait la Seine-Saint-Denis (199 arrêtés). En grande couronne, c'est le Val-d'Oise qui est le plus significativement concerné, avec 4,4 % de résidences privées potentiellement indignes. "L'habitat indigne est composé d'un habitat individuel rural et agricole difficile à repérer, car il accueille une population souvent vieillissante de propriétaires occupants qui ne se plaint pas et garde d'autres normes culturelles vis-à-vis du logement", selon l'étude de l'IAU.

"Beaucoup d'arrêtés d'insalubrité restent sans suite (...) Les services de l'État hésitent parfois sur les procédures à engager par peur des contentieux portés, et parfois gagnés, par les propriétaires", souligne Anne-Claire Davy, chargée d'étude à l'IAU. D'où un "sentiment d'impunité parmi les propriétaires", ajoute-t-elle. Un autre frein est le coût engendré par la lutte contre l'habitat indigne. La procédure "induit souvent un relogement définitif difficile à mettre en œuvre (...), le manque de solutions d'hébergements relais (hôtels, résidence sociales) générant d'importants retards et des surcoûts", précise Anne-Claire Davy.




Jean-Paul VIART
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer