AccueilActualitéLogement : L'Ile-de-France franchit la barre des 75 000 permis de construire

Logement : L'Ile-de-France franchit la barre des 75 000 permis de construire

Selon Jean-François Carenco, préfet d'Île-de-France et de Paris, la construction de près de 75 000 logements a été autorisée entre février 2015 et février 2016, confirmant ainsi la bonne santé du secteur. Mais des progrès restent à faire sur l'attribution des logements aux plus démunis.
Logement : L'Ile-de-France franchit la barre des 75 000 permis de construire
© C. Grangean - PRIF - Préfet de région d'Île-de-France, préfet de Paris

Actualité Publié le ,

«Le retour des grues me procure un plaisir physique », se satisfait le préfet. « On a tellement pris de coups. Les gens nous disaient : ça ne marchera pas. Et bien qui l'eut cru. Nous avons finalement réussi en signant 75 000 permis de construire ces 12 derniers mois. » La construction en Île-de-France va donc beaucoup mieux.

Ces 75 000 permis de construire sont le résultat d'un « travail collectif », selon Jean-François Carenco. Les banques, les collectivités locales, la Caisse des dépôts, l'État et le bailleur ont participé à la réussite de ce projet. « Construire du logement, c'est un vaste puzzle dans lequel s'il manque une pièce, ça ne marche pas », précise le préfet.

« Les mesures du gouvernement commencent à porter leurs fruits »

Selon le préfet, cette prouesse s'explique aussi grâce à la reprise économique dans la région parisienne. « C'est dû à la conjoncture et à l'alignement des planètes internationales, générées par le bas coût du pétrole et des taux d'intérêt faibles. De plus, les mesures du gouvernement commencent également à porter leurs fruits. Ça va mieux. » Même l'annonce de Valérie Pécresse, présidente de la région, concernant la fin du financement des logements dits « très sociaux » dans les communes qui en ont déjà 30 %, n'inquiète pas le préfet.

En effet, cette mesure ne concerne pas tous les logements sociaux. L'homme se félicite plutôt de l'augmentation du nombre de logements sociaux construits par les communes de plus de 1 500 habitants. Celles-ci ont l'obligation d'avoir 25 % de logements sociaux selon la loi SRU (loi relative à la solidarité et au renouvellement urbains).

D'après les chiffres, entre 2014 et 2015, 257 communes étaient soumises à cette obligation et 193 communes étaient en situation de rattrapage car elles ne possédaient pas ces 25 % de logements sociaux. Par conséquent, en 2016, 86 communes ont atteint les 30 % de logements sociaux, mais 29 communes « n'ont pas fait le job ».

6 000 bénéficiaires du Daloen plus chaque année

L'attribution de ces logements pose encore problème. Les personnes qui sont éligibles au droit au logement opposable (Dalo) n'en profitent pas toujours. Selon Jean-François Carenco, chaque année, 6 000 personnes supplémentaires bénéficient du « Dalo » alors qu'il y en a déjà 23 000 en attentes d'un logement.

Et Paris ne compte que 1 200 logements disponibles par an. En 2015, la préfecture a relogé 11 300 « ménages Dalo », en Île-de-France, dont 3 800 « sortaient de centres d'hébergement ». Le préfet souligne qu' « il faut réformer les procédures d'attribution qui ne sont pas exceptionnelles ».

Les réformes sont donc en marche. Jean-François Carenco compte récupérer son pouvoir exclusif dans l'attribution des logements aux personnes bénéficiaires du « Dalo ». En effet, il avait délégué ce pouvoir de réservation des logements sociaux, aux maires des communes, qui n'ont pas distribué suffisamment de logements selon lui.

Le préfet a également signé des conventions avec « de gros bailleurs » comme Action Logement, ou le SNI (filiale immobilière d'intérêt général de la Caisse des dépôts) pour faciliter l'attribution de logements et pour « changer ce système ».

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?