AccueilChiffreLionel Canesi en appelle au « collectif » pour la relance et l'emploi

Lionel Canesi en appelle au « collectif » pour la relance et l'emploi

Lionel Canesi, Président du Conseil supérieur de l'Ordre des experts-comptables (OEC) a organisé le 3 juin dernier une visioconférence de presse pour annoncer le lancement de l'initiative "Tous pour la relance et l'emploi" et présenter les principaux résultats des TPE-PME par secteur et par région au terme du premier trimestre 2021.
Lionel Canesi en appelle au « collectif » pour la relance et l'emploi

EntrepriseChiffre Publié le ,

A cette occasion, il a réuni Christine Lê, présidente de l'Apec, Pierre Goguet, président de la CCI France, Frédéric Lavenir, président de l'ADIE, Patrick Chamboredon, président du Clio et de l'Ordre national des infirmiers, Eric Algoud, président du Syndicat des activités évènementielles, et Muriel Chauvel, secrétaire général du CJD, pour appeler à une relance de l'économie par l'emploi. Lors de cette conférence de presse, un état des lieux de la situation des TPE/PME françaises a été présenté, de même que les résultats du Baromètre Image PME de l'économie de l'année 2020, établi par l'Observatoire de la profession comptable. Celui-ci révèle notamment que les TPE/PME ont fait plus de bénéfices en 2020, un phénomène qui s'explique par les aides gouvernementales massivement déployées dans ces dernières lors de la crise sanitaire.

En introduction, le président du CSOEC a rappelé que les experts-comptables continuent leurs investissements dans les enjeux de relance et sociétaux et comptent, pour les mener à bien, la jouer « collectif ». « L'enjeu de la relance et de l'emploi est capital pour notre pays et nous souhaitons collectivement y prendre notre part », a-t-il-rappelé.

C'est ainsi que, ces derniers jours, la profession s'est engagée pour l'emploi des jeunes en signant, avec Elisabeth Borne, ministre du Travail, un partenariat dans le cadre du dispositif 1 jeune 1 solution, ainsi qu'un manifeste pour l'inclusion des personnes handicapées dans la vie économie, conjointement avec Sophie Cluzel, secrétaire d'État auprès du Premier ministre chargée des Personnes handicapées. Les experts-comptables participent aussi à l'élaboration du plan d'accompagnement des entreprises dans la sortie de crise, récemment présenté par Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, et Eric Dupond-Moretti, ministre de la Justice.

Enfin, lors de ce point presse, Lionel Canesi a annoncé le lancement d'un premier dispositif de diagnostic des difficultés des entreprises, dans un objectif d'information et de prévention, qui formalisera le rôle de prévention des experts-comptables, et d'un second, le Business Story Prévention, qui vise à offrir gratuitement, aux entreprises ne disposant pas d'expert-comptable, un diagnostic de leurs difficultés.

TPE/PME : une santé financière « plutôt bonne »

S'appuyant sur l'analyse des déclarations fiscales 2020 d'un échantillon de 265 000 d'entreprises existant depuis 2018, le baromètre a mis en avant un chiffre d'affaires (CA) global en baisse de 6,6 % en 2020 par rapport à 2019 mais un bénéfice en hausse de 2 %, « preuve que le « quoi qu'il en coûte » a porté ses fruits », a indiqué Lionel Canesi. Quant à l'endettement, point de vigilance accrue des experts-comptables, il a augmenté de 9,2 % dans les TPE/PME entre 2019 et 2020. Le président du CSOEC a insisté sur l'importance de permettre à ces dernières d'étaler sur une plus large période le remboursement de leurs dettes, qui se sont accumulée avec celles dues à la crise, et rappelé le travail fait par la profession avec les ministères de l'Economie et de la Justice sur le dispositif de procédure collective simplifiée devant le tribunal administratif votée il y a quelques jours à l'Assemblée.

Les TPE-PME de tous les secteurs analysés ont été impactées de façon disparate par la crise. Celles de l'hôtellerie-restauration-restauration rapide, toujours soumises aux mesures de restriction, affichent une baisse de CA de 29,2 %, un endettement de +16 % mais un résultat en hausse de 10 %, preuve de l'impact des aides massives accordées par l'Etat aux entreprises. Selon Lionel Canesi, pour sauver le maximum d'entreprises, il sera ensuite nécessaire de traiter chacune d'entre elles, dans ces trois secteurs, au cas par cas. Autre secteur emblématique, celui du commerce a subi une baisse de CA en 2020 de 3 %, une hausse du bénéfice de 15,8 % et un endettement de +16 %. Très sinistré par la crise, le secteur de l'évènementiel et de l'organisation de salons a, quant à lui, subi une baisse de CA de 49 % en 2020, -37,5 % de bénéfices et +8,9 % d'endettement.

Relance : les chantiers prioritaires

Le temps de la relance étant désormais arrivé, il implique une organisation de la fin des aides aux entreprises. Pour le président du CSOEC, celle-ci doit être temporelle, sectorielle et territorialisée, afin d'aider, dans le détail, les entreprises qui en ont besoin et qui sont viables. Pour ce dernier, les prochains mois devront être employés au déclenchement d'un choc de consommation, à la mise en place d'une campagne sur le patriotisme économique, afin de sauver les emplois en France, et d'une fiscalité incitative afin de pousser les entreprises françaises à se diriger vers des secteurs d'avenir comme l'écologie et le numérique. Lionel Canesi a également alerté sur la particulière difficulté à rebondir qui touchent certains secteurs d'activité en raison de pénuries d'emploi, comme dans l'hôtellerie-restauration, ou de matières premières. Résoudre ce frein à la relance sera également un des enjeux à court terme.

Résultats du Baromètre Apec

Faisant suite à cette présentation chiffrée, Christine Lê, présidente de l'Apec est intervenue afin de faire un état des lieux de l'emploi des cadres qui reste encourageant, bien que certaines entreprises gardent une attitude frileuse face aux recrutements. Pour autant, le bilan 2020 de l'emploi des cadres n'est pas si dramatique puisque l'Apec recense 228 700 recrutements, soit 50 000 en moins en 2020 par rapport à 2019. « La chute est comparable aux grandes crises précédentes », a relevé sa présidente.

Selon cette dernière, 2021 montre des « premiers signes de redémarrage » : 247 000 embauches attendues, soit +8 % par rapport à 2020 mais -12 % par rapport à 2019. Cette progression reste hétérogène selon les secteurs. En effet, l'informatique, les professions juridiques et du chiffre ou encore l'ingénierie sont ceux qui affichent la plus haute intention de recrutements. Toutefois, prévient l'Apec, les niveaux d'avant-crise ne seront pour autant pas atteints en 2021. Enfin, l' Agence a alerté sur la situation des jeunes diplômés, dont la proportion de ceux ayant trouvé un emploi un an après leur diplôme a chuté d'environ 16 points.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?