AccueilSociétéL'hôpital cherche son nouveau souffle

L'hôpital cherche son nouveau souffle

De plan blanc en vague de Covid, l'hôpital est à bout de souffle. A seulement quatre mois de l'élection présidentielle, les syndicats et les collectifs de soignants espèrent malgré tout « peser sur le débat politique ».
L'hôpital cherche son nouveau souffle
© Adobe Stock

Société Publié le , Margot HERRADA

Abattement, fatigue, perspectives négatives : l'hôpital présente plusieurs signes cliniques de dépression. « Le moral des troupes est clairement dans les chaussettes », résume Yann Le Baron, secrétaire national de l'Unsa-Santé.

Le plan blanc devenu normalité

Le constat est sans appel mais surtout, partagé. La gravité de la situation fait l’unanimité.

« Tout le monde à l'impression de hurler sans être entendu, d’être complètement inaudibles », explique Olivier Milleron, porte-parole du Collectif inter-hôpitaux.

Partout, les lits ferment par manque de personnel et l’offre de soins diminue de plus en plus. « La situation n'a jamais été aussi grave », confirme Marie-Pierre Martin, présidente du Collectif inter-urgences. Elle déplore que le recrutement ne soit « pas à la hauteur des départs » et qu’au final, ce sont les patients qui « en paient le prix fort ».

L’urgence déclarée

« L'hôpital n'est pas revenu en situation normale depuis des mois », affirme Patrick Bourdillon, secrétaire fédéral de la CGT-Santé, qui parle même « d'effondrement total ». « On le voit sur le taux d'absentéisme », assure-t-il, conséquence inévitable des épuisements professionnels.

Cet alarmisme généralisé est un paradoxe face au discours de l’État, qui relativisait encore mi-décembre les fermetures de lits et les pénuries de personnel.

« On ne nie pas les tensions », mais « il n'y a pas de saturation générale », affirmait ainsi le ministère de la Santé, reconnaissant cependant une « légère » hausse de l'absentéisme au début de l'automne.

Ce constat nuancé s'appuit toutefois sur des chiffres remontant à octobre et novembre, avant la double vague des variants Delta et Omicron, qui achève l’hôpital.

Les syndicats se mobilisent

De leur côté, la CGT-Santé et ses alliés de SUD et des collectifs appellent à une journée de mobilisation le 11 janvier, avant un mouvement interprofessionnel plus large (avec FO), le 27 janvier.

L'objectif est clairement de « faire revenir l'hôpital public sur le devant de la scène », souligne Patrick Bourdillon, secrétaire général de la CGT Santé, bien déterminé à « peser sur le débat politique » pendant toute la période électorale.

L'Unsa-santé détaillera également en début d'année son « plan Marshall du recrutement et de la formation », qui inclut entre autres une large titularisation des agents contractuels. En attendant, « nous ne prévoyons pas d'appeler à la grève », indique Yann Le Baron.



Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 27 mai 2022

Journal du27 mai 2022

Journal du 20 mai 2022

Journal du20 mai 2022

Journal du 13 mai 2022

Journal du13 mai 2022

Journal du 06 mai 2022

Journal du06 mai 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?