AccueilDroitActualité du droitLexbase se lance dans l'IA

Lexbase se lance dans l'IA

En l'espace de 15 ans, Lexbase a compilé la base de jurisprudence française la plus étendue et recueilli une doctrine considérable. Afin d'exploiter intelligemment ces données, Fabien Waechter, son président, et Fabien Girard de Barros, son directeur général, ont souhaité développer un outil de travail inédit, Legalmetrics, associant à la fois traitement sélectif des données et analyse juridique, tout en s'engageant dans une démarche éthique et scientifique.
Lexbase se lance dans l'IA
© DR - Fabien Girard de Barros et Fabien Waechter, président et directeur général de Lexbase.

DroitActualité du droit Publié le ,

Depuis sa création, Lexbase a compilé plus de 4 millions de décisions de justice, ainsi que les normes et la doctrine dans la quasi-totalité des matières du droit.

A l'heure de la révolution numérique, ces données juridiques constituent une nouvelle forme d'information qui revêt un caractère stratégique pour tous les professionnels du droit et les justiciables. Une sorte de pétrole juridique, pas encore exploité.

L'outil de « justice prédictive » Legalmetrics, élaboré en un an et demi par cet éditeur juridique grâce à la création d'algorithmes par une équipe composée de codeurs, data scientists et de juristes, permet d'aider à la détermination d'une stratégie judiciaire.

« La prédictivité n'est pas la vérité. Il s'agit d'attribuer un ”génome juridique” aux faits qui vont en justice, car, heureusement, tous les faits n'y vont pas », explique Fabien Waechter, président de Lexbase.

Intégrant de l'intelligence artificielle, ce service offre ainsi la possibilité de rassembler l'ensemble des données pertinentes autour d'une jurisprudence tout en disposant en simultanée des analyses juridiques permettant de les mettre en perspective.

« Certains expliquent que la justice prédictive consiste à faire des statistiques sur le passé pour pouvoir déterminer l'avenir judiciaire, mais c'est beaucoup plus subtil que ça. D'abord parce que la justice n'est pas un robot. Elle est intrinsèquement humaine donc variable. Ensuite, l'œuvre de justice consiste à juger au cas par cas, selon les circonstances qui ne sont pas révélées par des données. Chez Lexbase, nous préférons dire que nous utilisons les nombreuses données collectées pour en tirer des statistiques qui étayeront des stratégies judiciaires », précise Fabien Girard de Barros, directeur général de Lexbase.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 20 mai 2022

Journal du20 mai 2022

Journal du 13 mai 2022

Journal du13 mai 2022

Journal du 06 mai 2022

Journal du06 mai 2022

Journal du 30 avril 2022

Journal du30 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?