AccueilEntrepriseVie des entreprisesLes soft skills, un atout stratégique des organisations publiques et privées

Les soft skills, un atout stratégique des organisations publiques et privées

France Stratégie présente, dans une synthèse de travaux d’experts, les compétences nécessaires aux individus pour réussir à innover et tente de comprendre leur rôle dans les activités d’innovation et de transformation des organisations.
Les soft skills, un atout stratégique des organisations publiques et privées
© Adobe Stock

EntrepriseVie des entreprises Publié le ,

Les sociétés modernes, qui font face à des transformations de différents ordres, sont de plus en plus complexes et incertaines, impliquant de nombreux enjeux auxquels doivent répondre les organisations, publiques comme privées. Si elles cherchent davantage de solutions dans les outils, processus et organigrammes, il s’agit avant tout d’une démarche collective de femmes et d’hommes.

C’est pour cette raison que France Stratégie a récemment publié un document de travail sur les soft skills comme vecteur d’innovation et de transformation des organisations. Il s’agit d’une synthèse des travaux de recherche réalisés par Brieuc du Roscoät, Romaric Servajean-Hilst, Sébastien Bauvet et Rémi Lallement, intitulée « Les soft skills liées à l’innovation et à la transformation des organisations. Comment agir dans l’incertitude ? » de mars 2022.

Après six années de recherche et 364 profils de managers analysés, les travaux présentés associent les points de vue de la psychologie de la personnalité, des sciences de gestion et de la sociologie. Ils identifient et évaluent les compétences et les contextes de travail qui favorisent ou freinent les innovations et les transformations, tant au niveau des individus que des collectifs. L’objectif étant donc de comprendre quelles sont les compétences transversales mobilisées par les individus pour innover et d’agir pour la transformation de leurs organisations.

Les soft skills pour être plus compétitifs et performants

Selon ces experts, pour mieux appréhender le phénomène d’innovation et de transformation dans les organisations, il est nécessaire, d’une part, de comprendre les caractéristiques individuelles, collectives et environnementales des acteurs qui y contribuent et, d’autre part, de comprendre quelles sont les compétences spécifiques des innovateurs.

Par ailleurs, l’étude souligne l’importance de former les femmes et les hommes à savoir reconnaître et développer leurs soft skills, engager et préparer les équipes à être moteurs de la transformation et de l’innovation. Ce sont des enjeux majeurs pour la croissance, la compétitivité et l’emploi qui peuvent permettre au pays de progresser davantage dans l’économie de la connaissance.

© France Stratégie

25 compétences engagées

Pour l’étude, des entretiens ont été menés auprès de personnes considérées comme des « innovateurs » (93 intrapreneurs et 33 startupers) afin de déterminer leurs parcours, leurs aspirations, ainsi que leurs représentations de l’innovation. Les réponses ont permis d’élaborer un outil original d’évaluation des soft skills de l’innovation et des environnements de travail.

En sont ressorties 25 compétences, constitutives du socle ensuite utilisé dans le volet quantitatif de l’étude. Une enquête en ligne a été diffusée auprès de 269 individus, regroupés en trois catégories : les intrapreneurs (du privé et du secteur public), les startupers et kes managers « classiques » (hors postes centrés sur l’innovation). L’étude a ainsi pu faire une typologie des innovateurs selon leurs profils de soft skills, ainsi qu’une classification des environnements de travail plus ou moins favorables aux activités d’innovation et de transformation des organisations.

Sept recommandations pour développer les soft skills

Le document de travail contient sept préconisations qui impliquent trois séries de leviers visant respectivement la formation et l’accompagnement des personnes, l’intégration d’une diversité de profils dans les équipes de travail, et le développement d’environnements propices à la pleine réalisation des compétences transversales.

Les recommandations établies par l’étude prévoient de :

  • Sensibiliser et former aux soft skills pour transformer et innover dès la formation initiale ;
  • Intégrer les soft skills et les méthodes de pédagogie active à la formation professionnelle ;
  • Faire de la diversité disciplinaire et culturelle une force exploratoire dans le travail d’innovation ;
  • Former les managers de proximité aux outils et indicateurs d’évaluation qualitatifs ;
  • Inclure dans les missions professionnelles des possibilités d’appropriation personnelle du poste de travail et d’exploration des environnements extérieurs ;
  • Créer des dispositifs de mobilisation des intelligences multiples des individus au service de la transformation et de l’innovation ; et de
  • Créer un centre de ressources sur les soft skills pour les professionnels.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 20 mai 2022

Journal du20 mai 2022

Journal du 13 mai 2022

Journal du13 mai 2022

Journal du 06 mai 2022

Journal du06 mai 2022

Journal du 30 avril 2022

Journal du30 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?