AccueilImmobilierLes recettes des annonces immobilières vont baisser

Les recettes des annonces immobilières vont baisser

Les recettes des annonces immobilières sur internet vont baisser en 2013 d'environ 5 %, à 208 millions d'euros, par rapport à 2012, en raison de l'effondrement du nombre de transactions immobilières, selon une étude du cabinet Xerfi-Précepta.

Immobilier Publié le ,

De plus, "le mouvement de transfert des annonces du print vers le Web ralentit", et les recettes devraient plafonner d'ici 2015, après une multiplication par 14 entre 2003 et 2011, selon cette étude. Xerfi-Précepta, qui prévoit une "baisse conséquente du nombre d'agences immobilières", souligne que "le poids des recettes d'annonces immobilières en ligne sur le marché total des annonces on line restera supérieur à 31%" du total, permettant à l'immobilier de demeurer le premier segment du marché des annonces sur Internet.

La montée d'Internet a en effet complètement redistribué les cartes du marché des annonces immobilières, les sites d'annonces occupant désormais une place prépondérante dans la diffusion d'offres de biens au détriment du papier. Le paradoxe réside dans le fait que ces plateformes Internet sont plus utilisées, d'une façon payante et non gratuite, par les professionnels que par les particuliers. Ce qui explique le succès du site leboncoin.fr (1,5 million d'annonces) qui est passé devant seloger.com (plus de 1,3 million d'annonces en septembre 2012), selon les chiffres de Xerfi-Précepta.

Mais par ailleurs "Internet a permis l'émergence de sites spécialisés dans les transactions entre particuliers, à l'image de pap.fr et entreparticuliers.com qui sont eux une menace pour les agences et le réseau d'agences immobilières", relève l'étude.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?