Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Les nouveaux défis et enjeux des dirigeants d'entreprise depuis la crise de la Covid-19

le - - Entreprise - Vie des entreprises

Les nouveaux défis et enjeux des dirigeants d'entreprise depuis la crise de la Covid-19
© Adobe Stock

Dans le cadre de son enquête annuelle Global CEO Outlook, le cabinet KPMG a publié les résultats de l'édition 2020, réalisée en janvier puis en juillet 2020 auprès de dirigeants d'entreprises du monde entier, qui s'est intéressée à l'impact de la crise sanitaire sur leur mode d'exercice et a révélé que cette dernière les a obligés à réinventer leur leadership et à réviser leurs priorités.

KPMG a récemment publié la 6ème édition de son étude annuelle Global CEO Outlook, qui, au regard du contexte sanitaire exceptionnel, a été réalisée en deux vagues, en janvier puis en juillet/août 2020, auprès de 1 300 dirigeants de grandes entreprises du monde entier, dont 75 en France, puis auprès de 315 dirigeants de huit marchés clés, dont la France. Cette enquête met en lumière la perception des dirigeants de l'avenir, tant d'un point de vue économique que de l'activité de leur secteur et des enjeux et risques auxquels ils seront confrontés.

« Cette crise sanitaire a mis en avant un certain nombre de valeurs : la résilience, le puissant levier des talents ainsi que la responsabilité vis-à-vis des autres et de l'environnement. Seules les entreprises qui développeront leurs activités de façon responsable sortiront renforcées, et finalement gagnantes de la crise. », déclare Jay Nirsimloo, président de KPMG France.

Parmi les principaux enseignements de l'étude, la perception des dirigeants s'agissant des enjeux de croissance auxquels ils sont confrontés a évolué au cours de l'année 2020. Cet été, le premier enjeu cité était la mobilisation et de la rétention des talents, à 21 % en juillet-août contre 1 % en janvier, devant les risques concernant la chaîne d'approvisionnement « supply chain », à 18 %, le repli sur les marchés nationaux, à 14 %, le changement climatique, à 12 % et les risques en matière de cybersécurité, à 10 %.

Autre constat, la confiance des dirigeants sur l'évolution de l'économie mondiale dans les trois prochaines années s'est fortement dégradée au cours de l'année, passant de 76 % à 45 % entre janvier et juillet 2020. A contrario, les dirigeants sont beaucoup plus optimistes s'agissant de la croissance économique de leur propre pays et 70 % d'entre eux affichent un réel optimisme concernant les capacités de rebond de leur propre entreprise. Les plus optimistes sont les Français, les Australiens, les Italiens, les Japonais et les Canadiens, loin devant les Américains, les Chinois et les Britanniques.

L'étude, dont seuls les résultats concernant les dirigeants français seront retranscrits, a identifié trois grands chapitres de préoccupations des dirigeants d'entreprise : la raison d'être, la prospérité et les priorités.

Redéfinir la raison d'être de l'entreprise

En pleine crise économique et sanitaire, les dirigeants sont davantage attentifs à la raison d'être et à la mission de l'entreprise et à créer un environnement à la fois rassurant et solide pour répondre aux grands défis sociétaux. Selon les CEO, la période récente les a amenés à vérifier que les objectifs de leur entreprise répondaient véritablement aux attentes de leurs parties prenantes. Par ailleurs, 80 % des dirigeants français déclarent avoir dû réévaluer les priorités de leur organisation à la suite de la crise du Covid-19 et 80 % affirment s'être davantage retrouvés dans la raison d'être de leur entreprise depuis le début de la crise.

Le Covid-19 a également eu un impact personnel sur les dirigeants puisque 63 % d'entre eux ont vu leur santé ou celle d'un membre de leur famille affectée par le virus et 55 % ont, en conséquence, modifié leur réponse stratégique à la pandémie. En outre, l'impact de l'épidémie a été financier.

L'étude met enfin en avant un plus fort engagement des entreprises pour l'égalité car si en début d'année, 65 % des dirigeants déclaraient que l'opinion publique attendait d'eux une contribution à répondre à des problématiques sociétales insuffisamment adressées, 83 % des CEO français affirment introduire de nouvelles mesures concrètes pour lutter contre le racisme, par exemple.

Assurer la prospérité de l'entreprise

En cette période de crise, les dirigeants ont recherché la croissance durable et la prospérité de leur entreprise, et ce malgré la dégradation de leur confiance dans l'économie. Celle des dirigeants français dans l'évolution de l'économie mondiale est passée de 72 % à 48 % entre janvier et juillet et seuls 45 % d'entre eux se disent confiants dans les perspectives de croissance de leur secteur d'activité. En revanche, ils restent optimisme quant à l'avenir de leur propre entreprise au cours des trois prochaines années, leur degré de confiance se stabilisant à 70 % entre janvier et juillet.

Parallèlement, les dirigeants ont beaucoup investi dans la technologie pendant la période de confinement et parient davantage sur les principales dimensions de la transformation digitale pour rendre le modèle opérationnel de leur entreprise plus résilient, plus agile et plus axé sur la dimension client. De ce fait, 8 dirigeants français sur 10 ont vu la transformation digitale de leur entreprise s'accélérer pendant la pandémie et ils sont aussi désormais plus enclins à investir davantage dans la technologie.

Enfin, la prospérité de l'entreprise implique la prise en compte de nouveaux enjeux de ressources humaines. Le confinement a nécessité un recours massif au télétravail qui a fait émerger de nouveaux enjeux en matière de ressources humaines. Désormais, les CEO réfléchissent à l'impact de l'extension du télétravail en termes d'attractivité et de rétention des talents et perçoivent l'accompagnement des talents comme la clé d'une croissance durable et de la prospérité des organisations dans le monde post-Covid.

De nouvelles priorités

Pour s'imposer dans le monde post-Covid, les CEO doivent actualiser leurs priorités et mettre en place des stratégies innovantes.

La première d'entre elles vise la RSE, qui est devenue l'une des principales priorités des dirigeants depuis le début de la pandémie. Près des deux tiers des dirigeants français ont mis l'accent sur la composante sociale et climatique. Ils reconnaissent que la gestion de cet enjeu environnemental sera essentielle et déterminante pour leur réussite, et plus précisément pour le maintien de l'emploi au cours des cinq prochaines années.

Autre enjeu, la généralisation de nouvelles organisations du travail ou « Future of work » : 85 % des dirigeants français affirment qu'ils continueront à s'appuyer sur les outils de collaboration digitale utilisés pendant le confinement, et 60 % estiment que le travail à distance a élargi leur vivier de talents disponibles.

Enfin, les dirigeants français énoncent, à 83 %, devoir repenser leur chaîne d'approvisionnement en raison de l'aggravation du risque lié à la « supply chain » depuis le début de la pandémie de Covid-19. Les dirigeants souhaitent donc saisir l'opportunité de cette crise pour repenser leur chaîne d'approvisionnement et en faire un avantage concurrentiel.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer