AccueilActualitéRégion Île-de-France & Grand ParisLes nouveautés de la rentrée dans les lycées franciliens

Les nouveautés de la rentrée dans les lycées franciliens

La présidente de Région Valérie Pécresse est revenue sur l’ensemble des nouveaux équipements proposés dans les lycées franciliens pour cette nouvelle rentrée.
IDFCD Chevilly Pauline Roland
© Sergio Grazia - IDFCD Chevilly Pauline Roland

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

En cette rentrée des classes, le contexte n’est pas des plus faciles. L’inflation est toujours bien présente et le pouvoir d’achat des Franciliens est largement impacté. De ce fait, la Région multiplie les aides aux familles mais s’engage aussi à promouvoir l’égalité des chances et à développer des valeurs écoresponsables au coeur des lycées.

Le pouvoir d’achat au centre des préoccupations

Si l’inflation concerne largement les fournitures scolaires, elle ne touche pas aux tarifs de la restauration scolaire, ni à ceux des transports scolaires et du passe Imagine R. De plus, la Région fournit gratuitement des ordinateurs à tous les lycéens franciliens scolarisés dans le public, lors de leur entrée en seconde. Dans le privé ou les lycées technologiques, les lycéens boursiers auront également droit à cet équipement, soit une dépense moyenne de 600 € par élève en comptant aussi les manuels scolaires fournis gratuitement par la Région. Les élèves de première et de terminale bénéficient aussi des manuels scolaires financés par la Région, ce qui représente environ 200 € par an, « soit 1 000 € de pouvoir d’achat donné aux familles pour l’ensemble des rentrées de lycée », affirme Valérie Pécresse.

Des réformes sociales importantes

La rentrée 2022 signe aussi de nouveaux engagements de la part de la Région, notamment l’équipement de la totalité des lycées franciliens au wifi dès le 15 octobre prochain. Côté langues étrangères, la Région met à disposition de tous les Franciliens dès l’âge de quinze ans le site d’apprentissage des langues étrangères accessibles à tous Qioz. Ce dernier compte d’ores et déjà 350 000 utilisateurs et permet d’apprendre gratuitement six langues vivantes : l’anglais, l’allemand, l’espagnol, le français langue étrangère, le portugais et le chinois mandarin. « Avec ce genre d’initiatives, nous voulons multiplier les échanges d’études à l’étranger », explique Valérie Pécresse. Grande nouveauté également, la totalité des lycées franciliens seront désormais équipés de distributeurs de protections hygiéniques périodiques 100 % gratuites. Fabriquées avec du coton bio et sans perturbateur endocrinien, elles seront disponibles dans les toilettes de l’ensemble des lycées de la Région dès la rentrée.

Le plan d’urgence

Le Plan d’urgence concernant les lycées franciliens pour la période 2017-2027, adopté en 2017 et actualisé en 2021 a augmenté son budget de 6 milliards d’euros à 6,6 milliards d’euros afin d’absorber tous les surcoûts liés à la crise sanitaire et la guerre en Ukraine. Le plan concerne notamment la rénovation de nombreux établissements, puisqu’un tiers des lycées franciliens étaient encore vétustes en 2016, ainsi que la création de nouvelles places pour faire face aux besoins démographiques de la population. Il était indispensable de créer 30 600 places de lycée en Île-de-France d’ici 2028 et toutes le seront « en dehors du périphérique », affirme Valérie Pécresse.

La rentrée verra également quinze nouvelles opérations livrées, dont la rénovation et l’extension de 600 places du lycée Mendès France à Ris-Orangis, l’extension du lycée Jacques Moreau à Clamart ou encore celle du lycée Gabriel Péri à Champigny. Pour cette rentrée, 2 400 nouvelles places ouvriront donc en banlieue parisienne, un lycée neuf de 1 200 places sera livré à Cormeilles-en-Parisis et des rénovations à gros budget seront réalisées au lycée international de St-Germain-en-Laye et au lycée franco-allemand de Buc. 300 nouvelles places d’internat seront également créées à la rentrée et le plan d’urgence sera accéléré dans les années à venir. Ainsi, la présidente de Région a confirmé que onze lycées neufs seraient créés d’ici 2028 avec trois d’entre eux en Seine-Saint-Denis, un dans les Yvelines, un dans les Hauts-de-Seine et deux dans le Val-d’Oise.

Sécurité et lycées écolos

Côté sécurité, la présidente de la Région a annoncé le doublement des Brigades régionales de sécurité (BRS) dans les lycées, face à la demande croissante des établissements sur tout le territoire. Ces brigades, au nombre de dix en Île-de-France, étaient déjà mises en place depuis avril 2019. Depuis leur création, les brigades ont réalisé 1 900 interventions de sécurisation à la demande des chefs d’établissements et 3 800 missions d’îlotage consistant à surveiller et contrôler les accès des lycées, à réguler les flux, effectuer de la médiation, surveiller les chantiers de travaux dans les lycées, etc. Les lycées franciliens s’inscrivent également dans une dynamique de stratégie de construction tournée vers les chantiers circulaires, incluant notamment les concepts de l’éco-construction avec des systèmes tels que la ventilation nocturne ou l’utilisation de matériaux vertueux pour l’environnement et biosourcés. Pour le chauffage des classes, le débat est encore plus d’actualité face aux tensions d’approvisionnement en gaz à cause de la guerre en Ukraine, les classes sont chauffées à 19 degrés l’hiver et les ateliers en lycée professionnel à 16 degrés depuis 2016. Sans compter sur les lycées qui se sont engagées dans la labellisation de lycée éco-responsable, ils sont 256 à l’avoir fait cette année.

Vers une restauration plus durable et de qualité

Depuis 2017, la Région accompagne les lycées pour que, d’ici 2024, 100 % d’entre eux soient approvisionnés en produits locaux, dont 50 % de produits bio. Pour cela, la Région s’associe au département de la Seine-et-Marne afin de constituer, sous forme de société publique locale, une plateforme de transformation des produits qui sera installée à Provins. Sa mise en service est prévue à la rentrée 2024. Cette année, la Région finance également une partie des repas des élèves, à hauteur de 21 centimes d’euros par élève et par repas, afin d’encourager et de promouvoir les produits bio et locaux.

Consommer plus responsable, oui, pourtant la question du gaspillage alimentaire dans les cantines scolaires se pose toujours. « Nous ne voulons qu’aucune des ressources qui est mise dans les cantines des lycées ne soit perdue », défend Valérie Pécresse. C’est pourquoi la Région participe à plus de 200 actions de lutte contre le gaspillage alimentaire et propose un guide de lutte contre ce dernier, afin de sensibiliser et éduquer à cette cause importante.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 30 septembre 2022

Journal du30 septembre 2022

Journal du 23 septembre 2022

Journal du23 septembre 2022

Journal du 16 septembre 2022

Journal du16 septembre 2022

Journal du 09 septembre 2022

Journal du09 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?