Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Les legaltechs de Station F au service des TPE-PME

le - - Droit - Actualité du droit

Les legaltechs de Station F au service des TPE-PME
© A.P. - Station F

Le nombre de legaltechs en France ne cesse d'augmenter. Ces services juridiques innovants sont d'autant plus attractifs pour les petites et moyennes entreprises, dont le développement est souvent freiné par les procédures juridiques et administratives.

Une étude réalisée par OpinionWay pour Captain Contrat révélait en début d'année qu'une majorité des TPE-PME (99,8 % des entreprises françaises) « boudaient » les avocats, se tournant plus aisément vers leur expert-comptable. Pas moins de 1,8 million de TPE-PME françaises seraient ralenties dans leur développement par les démarches juridiques et administratives.

Les TPE-PME s'orientent très majoritairement vers leur expert-comptable (68 %), loin devant un avocat (30 %) ou un collaborateur interne (18 %). Dans 20 % des cas, les dirigeants recherchent également des réponses sur internet.

Les raisons de cette défiance ? Une dépense trop importante pour leur entreprise (55 %), une procédure trop longue (47 %), la crainte de ne pas maîtriser les coûts (43 %), les difficultés à identifier le bon avocat (43 %), voire la méconnaissance du moindre avocat (30 %).

Les legaltechs comme réconciliateurs

Les legaltechs ont vocation à rendre le droit plus accessible aux professionnels et aux particuliers, en fournissant un service rapide et sécurisé. Hamdi Ouaissi, co-fondateur de LexDev, et Galahad Delmas, juriste chez Case Law Analytics, étaient invités par le Club Nelson, mardi 19 mars, à présenter leur solution aux entreprises réunies à la CCI Hauts-de-Seine. Ces deux entreprises du droit ont plusieurs points communs : elles résultent de la collaboration de scientifiques et de juristes, sont toutes deux incubées au sein de Station F et leur solution est adressée aux professionnels (BtoB).

Des innovations telles que l'automatisation des documents juridiques permise par les algorithmes de LexDev, ou la quantification des risques d'un contrat ou d'un contentieux réalisée par l'intelligence artificielle (IA) de Case Law Analytics pourraient permettre aux TPE-PME de se réconcilier avec les avocats et le monde du droit.

Case Law Analytics possède deux établissements, à Nantes et à Paris. Fondée par Jacques Lévy Véhel, docteur en mathématiques, Case Law Analytics était à l'origine un projet de recherche sur l'utilisation de l'IA en droit. L'outil a d'abord été développé pour quantifier le risque dans le cadre contentieux et vient d'être étendu au domaine du patrimoine contractuel des entreprises. Il permet aujourd'hui de faciliter et d'accélérer l'accès aux données juridiques pertinentes mais constitue surtout un outil d'aide à la décision en reproduisant notamment l'éventail des décisions qui seraient prises sur un dossier donné par une cour d'appel.

« L'IA a une capacité de modélisation énorme qui permet d'aller plus loin qu'une simple recherche juridique », explique Galahad Delmas, juriste chez Case Law Analytics.

La solution de LexDev devait quant à elle être développée en quelques mois, pour faciliter le travail des avocats du cabinet Cassius Avocats. Pour Hamdi Ouaissi, ancien avocat en droit du travail, il s'agissait d'optimiser le temps passé à rédiger des documents juridiques afin d'apporter une réelle valeur ajoutée à chaque dossier. Face à l'absence d'offre sur le marché, LexDev devient finalement une legaltech à part entière. Ses quatre fondateurs, deux avocats et deux ingénieurs, proposent aujourd'hui une solution d'automatisation de documents juridiques. Deux possibilités s'offrent à l'utilisateur (juriste, avocat ou entrepreneur) : un catalogue de documents rédigés par les avocats et enrichi mensuellement, ou bien l'automatisation de ses propres documents.

Un poids croissant en France

La levée de fonds colossale (plus de 15 millions d'euros) récemment effectuée par Legalstart reflète l'intérêt croissant des investisseurs pour ces start-up du droit.

« Les legaltechs ont ceci de particulier : ces outils servent aux professionnels du droit, qui eux-mêmes servent les justiciables », commente Hamdi Ouaissi, co-fondateur de LexDev.

Mais pour lui, la legaltech cherche encore ses lettres de noblesse dans l'Hexagone. La France est en effet loin d'être une pionnière en la matière. Aux États-Unis par exemple, les professionnels du droit ont désormais largement adopté la technologie dans leur activité quotidienne.

« Elle permet une vraie valeur ajoutée », explique Hamdi Ouaissi. « C'est un outil d'aide à la décision et rien de plus », insiste Galahad Delmas.

Au-delà de l'aspect technologique, l'adoption d'outils issus de la legaltech peut conduire à d'autres évolutions positives. L'automatisation des documents proposée par Lexdev, à partir des éléments fournis par les utilisateurs, permet un gain de temps considérable. Or, le plus souvent chez les avocats, c'est le temps passé qui est facturé. L'utilisation d'une telle solution invite donc aussi à une évolution des modes de facturation, plus en phase avec les attentes des clients. C'est ce qui explique que la solution est désormais largement considérée comme un gage d'efficacité.

De leur côté, les fondateurs de Case Law Analytics se sont souvent vus opposer le terme de “robot-juge”. « Une décision de justice est une décision humaine, donc fondamentalement imprévisible », souligne Galahad Delmas, ajoutant « cet aléa, nous ne cherchons en aucune manière à le supprimer, mais plutôt à le modéliser pour le maîtriser».

Legal F, une association fructueuse

Legal F, au départ, c'est quatre start-up de la legaltech, toutes membres du vivier innovant parisien Station F. Aujourd'hui, l'association regroupe Case Law Analytics, Lexdev, Share Your Knowledge, Le droit pour moi et, depuis peu, Votre Robin.
Réunies autour de valeurs communes, ces legaltechs proposent des offres groupées et structurées à la fois aux professionnels du droit, mais également aux entreprises.






Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer