Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Les juristes et la fabrique du droit : de la pyramide aux mobiles

le - - Droit - Actualité du droit

Les juristes et la fabrique du droit :  de la pyramide aux mobiles
@ DR

Il est un constat au cœur du Grenelle, maintes fois répété : les normes sont de plus en plus négociées et de moins en moins édictées. Derrière la pyramide de Kelsen se trouve sans doute un faisceau de normes éclaté, comme au-delà d'un prisme pinkfloydien pourrait-on dire si l'on s'aventurait à poursuivre les métaphores artistiques proposées. « Quelle place pour les juristes dans la fabrique du droit ? », la question, qui se pose dans ce contexte nouveau, était le sujet d'un deuxième atelier.

Les étudiants en droit ne peuvent sortir de l'université sans avoir entendu parler de la pyramide de Kelsen, cette représentation du juriste austro-américain de la hiérarchie des normes qui étale, de la Constitution au sommet jusqu'aux actes administratifs à la base, les différentes normes selon leur importance. Sa Théorie pure du droit de 1934, ouvrage fondamental du positivisme juridique, ne correspondrait-elle plus à la réalité ? Pour Marc Mossé, Président de l'AFJE, l'image des mobiles de Calder, animés par les mouvements de l'air, est plus en phase avec la réalité actuelle, faite de normes diverses dans leur origine et dans leur mise en œuvre.

Alors que les espaces de dialogue se multiplient, à l'image du Forum de Paris sur la Paix pris en exemple, que soft law et hard law se combinent allègrement, il est important pour lui que les juristes interviennent. Bruno Deffains, Directeur du Centre de Recherches en Economie et Droit ose le parallèle avec la fin du XIXème siècle, quand le socialisme a obligé les juristes à ouvrir leurs horizons à d'autres objets. En perte d'influence, dû notamment au développement des thèses durkheimiennes et de leurs recommandations, les juristes se sont alors mis à développer des approches plus transversales, à s'intéresser à l'Histoire et à la sociologie. Leurs travaux se sont mis à avoir d'autres objets que des articles de loi, les Capitant commençant par exemple à commenter les jurisprudences. Aujourd'hui, alors que la transversalité caractérise de moins en moins les plaquettes des enseignements de licence, qu'il n'y a plus de sociologie, plus trop d'histoire, les juristes doivent se réinventer et cela passe tout d'abord par l'innovation dans la formation.

Pour être « auteurs et acteurs », comme le dit Bruno Deffains, les juristes doivent aussi être des généralistes, qui maitrisent les fondamentaux du raisonnement et les méthodes de recherche, face à des machines qui ne savent pas qualifier ni interpréter. Leur valeur ajoutée viendra notamment de la réintégration des humanités et de la mise en valeur des soft skills dans les cursus d'étude. L'avenir du juriste se situe aussi, pour Deffains, dans l' « ingénierie du contrat », car il n'y a pas de blockchain sans contrat et que les clients voudront toujours des responsables.

Alexandre Menais, Vice-président exécutif d'Atos, n'en pense pas moins. L'avocat d'entreprise va autant contribuer à construire les normes générales qu'à choisir celles qu'il veut appliquer au sein de l'entreprise. Et alors que le numérique introduit des choses nouvelles, il affirme que « dans la guerre des talents entre les différentes professions, les soft skills vont être décisives : je pense que l'on va assister à un retour des humanités dans l'entreprise ». « On ne peut plus former les juristes comme avant » ajoute Marc Mossé. Ils vont devoir acquérir aussi bien les soft skills dont tous parlent, « savoir travailler en mode projet », savoir défendre « une éthique et une déontologie », savoir être « producteur de sens de l'entreprise » que des hard skills, apprendre la grammaire de la machine même sans en devenir des experts.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer