Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Les huissiers, acteurs de la justice sociale de proximité et partenaires du développement économique

le - - Droit - Actualité du droit

Les huissiers, acteurs de la justice sociale de proximité et partenaires du développement économique
@ DR

à la suite la 20e édition de leurs universités, tenue les 17 et 18 octobre à Lyon, l'Union nationale des huissiers de justice rend publics les résultats d'une enquête réalisée en partenariat avec l'Ifop. La synthèse est floquée d'un titre au ton enthousiaste : « Oui les Français et les dirigeants d'entreprise sont attachés à la profession d'huissier de justice ! »

Si la profession recouvre différentes missions qui sont mal connues et parfois mal perçues (constat, recouvrement de créances, médiation, inventaire, saisie…), les Français, et notamment les dirigeants d'entreprise, semblent tenir à leurs huissiers. Ils sont 83 % à trouver que les huissiers sont utiles au fonctionnement de la société. Ce qui est analysé comme un attachement est encore plus prononcé chez les 65 ans et plus et chez les catégories professionnelles supérieures, les scores s'élevant respectivement à 91 % et 87 %.

Au-delà, l'étude affirme que l'huissier est vu comme un acteur juridique de proximité par 77 % de la population. Il y apparaît aussi comme un professionnel légitime en qui les Français ont confiance. 74 % d'entre eux le jugent digne de confiance et n'hésiteraient pas à faire appel à lui si besoin était. Ils utiliseraient ses services pour le constat de dégât des eaux ou de nuisances sonores (76 %), la collecte d'un impayé (58 %) ou encore le conseil juridique (56 %). Dans le cas précis des saisies et des recouvrements de créances, les Français jugent que les huissiers ont toute leur légitimité (73 %), bien plus que les forces de l'ordre (15 %) ou les sociétés privées spécialisées (12 %) comme cela peut être le cas dans d'autres pays.

L'huissier se retrouve aussi en première ligne des problématiques des entreprises. Alors que 56 milliards d'euros sont passés chaque année en France en perte pour créances impayées, engendrant 25 % des défaillances d'entreprises (notamment des plus petites), l'huissier semble être « le tiers de confiance vers lequel le dirigeant se tourne naturellement ». Lorsqu'on demande aux dirigeants d'entreprise à qui ils feraient appel en cas d'impayé, 21 % d'entre eux citent l'huissier de justice, devant un avocat (19 %), une société de recouvrement privée (10 %) ou une banque (10 %). Ils sont en tout cas 72 % à être favorables à l'instauration d'une procédure simplifiée et déjudiciarisée pour le recouvrement de leurs créances commerciales, ce qui va dans le sens des demandes de l'UNHJ. Une proposition de loi en ce sens vient d'ailleurs d'être déposée par François Patriat, ancien ministre et président du groupe LREM au Sénat. L'étude conclut, optimiste, « Grâce à leurs différents champs de compétence et à leur connaissance pointue des territoires, les huissiers de justice pourraient ainsi devenir les nouveaux acteurs de la justice sociale de proximité et être le partenaire de confiance nécessaire au développement économique des entreprises. » Nous voulons désormais asseoir notre profession aux croisements des besoins de chacun », ajoute Patrice Gras, président de l'UNHJ.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer