AccueilActualitéRégion Île-de-France & Grand ParisLes Franciliens délaissent peu à peu la voiture

Les Franciliens délaissent peu à peu la voiture

A la lecture du dernier baromètre sur la mobilité en Ile-de-France, il apparaît que les Franciliens se tournent de plus en plus vers les mobilités douces au détriment de la voiture qui est désormais minoritaire.
Les Franciliens délaissent peu à peu la voiture
© Adobe Stock

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

L’Ifop a récemment publié son baromètre concernant la mobilité des actifs franciliens dans le cadre des déplacements effectués entre leur domicile et leur lieu de travail. Plusieurs tendances ressortent de cette étude. La première étant que les Franciliens utilisent beaucoup moins leur voiture que le reste de la population française et que cette utilisation a tendance à diminuer année après année. En effet, selon l’institut Ifop, moins de la moitié des habitants de la région se rend sur son lieu de travail en voiture (49 %). C’est largement en dessous des chiffres de la moyenne nationale où plus de trois habitants sur quatre utilisent leur voiture (76 %).

On compte dans la région 49 % d’utilisateurs de modes de « transports doux » classiques tels que la marche à pied, le vélo ou la trottinette. L’Ifop estime à 7 % le taux d’utilisateurs de modes de « transports doux » à assistance électrique, tels que les vélos ou les trottinettes. Là encore, la moyenne francilienne est bien au-dessus des chiffres nationaux qui sont de 33 % pour les mobilités douces et de 5 % pour les transports électriques. Les transports en commun sont utilisés par 51 % des actifs de la région contre 20 % dans le reste de la France.

La mobilité impacte le bien-être au travail

Selon cette étude, la question de la mobilité a un impact direct sur la sensation de bien-être au travail. C’est notamment la durée du trajet entre le domicile et le lieu de travail qui est évoquée ici. Au niveau national, la durée de trajet est de 24 minutes, contre 33 minutes en Ile-de-France. C’est également en région parisienne que la mobilité liée aux déplacements dans le cadre du travail impacte négativement la qualité de vie au travail de la plus grande part d’actifs : 34 % contre 24 % pour la moyenne nationale. C’est le cas pour seulement 16% des actifs du Sud-Ouest.

Parmi les désagréments mentionnés par les Franciliens, on retrouve la perte de temps, évoquée à 69 %, vient ensuite le stress lié à la fréquentation accrue des transports en commun à 56 % et enfin le manque de ponctualité lié au transport, cité à 46 % par les actifs d’Ile-de-France.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 05 août 2022

Journal du05 août 2022

Journal du 29 juillet 2022

Journal du29 juillet 2022

Journal du 22 juillet 2022

Journal du22 juillet 2022

Journal du 15 juillet 2022

Journal du15 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?