AccueilActualitéEuropeLes financements des formations politiques européennes

Les financements des formations politiques européennes

Stéphane Séjourné, directeur de campagne LREM pour les européennes.
Les financements des formations politiques européennes
DR

ActualitéEurope Publié le ,

Dans le prolongement de déclarations de plusieurs représentants de partis politiques concernant la relation entre la majorité et le parti Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe (ALDE), Stéphane Séjourné, directeur de campagne de La République En Marche pour les européennes a souhaité clarifier le positionnement de LREM.

« Ni La République En Marche ni le Mouvement Démocrate ne sont membres du parti libéral européen ALDE et n'ont vocation à être membres de ce parti. Par ailleurs, contrairement à ce qui est dit par d'autres partis politiques et affirmé par certains titres de presse, notre mouvement ni aucune formation politique française alliée à notre campagne n'ont bénéficié de financements par des lobbies et n'en bénéficieront jamais, conformément à la législation française.

Aucun de nos députés européens ne siègera lors de la prochaine mandature dans un groupe politique ou dans une formation politique européenne qui tolère de tels financements. Cette pratique est incompatible avec une vie démocratique irréprochable et nous ferons tout pour que la législation soit modifiée pour l'ensemble des formations européennes.

Fidèles à nos convictions et dans la continuité de notre action en France, nos députés européens, une fois élus, porteront au Parlement européen une réforme sur la moralisation du financement de la vie politique européenne. Ce projet est en préparation depuis plusieurs mois et sera présenté avec le programme de la liste.

Par ailleurs, dans sa tribune adressée à la presse européenne le 5 mars, le Président de la République a avancé son ambition d'interdire le financement des partis politiques européens pour interdire l'ingérence des puissances étrangères, publiques ou privées.

Enfin, nous rappelons que la majorité a fait de la moralisation de la vie publique l'une de ses priorités : le tout premier texte voté au Parlement français, sous la majorité actuelle, a été la loi sur la confiance dans la vie politique.»

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 24 juin 2022

Journal du24 juin 2022

Journal du 17 juin 2022

Journal du17 juin 2022

Journal du 10 juin 2022

Journal du10 juin 2022

Journal du 03 juin 2022

Journal du03 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?