AccueilActualitéRégion Île-de-France & Grand ParisLes écologistes demandent la révision des terrasses estivales

Les écologistes demandent la révision des terrasses estivales

Les élus écologistes parisiens ont demandé la révision du règlement des terrasses estivales, en raison des nuisances, notamment sonores, qu'elles génèrent malgré la forte réduction du nombre d'autorisations en 2022.
Les écologistes demandent la révision des terrasses estivales
© Adobe Stock

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

« L'idée des terrasses estivales est une bonne idée qui deviendra une réussite si, et seulement si, nous nous donnons les moyens de les encadrer et de les réguler" avec "si nécessaire des sanctions », a déclaré la cheffe des élus écologistes au conseil municipal, Fatoumata Koné. Après le premier confinement de 2020, Anne Hidalgo avait autorisé bars et restaurants, sur simple déclaration, à déployer des terrasses dites “éphémères” sur les trottoirs, placettes et places de stationnement.

Un nouveau règlement a pérennisé de début avril à fin octobre ces terrasses, devenues “estivales” et désormais soumises à autorisation, ce qui a entraîné un important travail administratif pour les services de la ville.

Mais « plusieurs associations et collectifs de riverains alertent depuis deux ans sur les nuisances générées, sur la nécessaire régulation du dispositif et tout particulièrement sur le bruit », soulignent les élus écologistes et apparentés, qui pointent aussi du doigt les établissements s'étalant au-delà de l'espace autorisé, ce qui peut pénaliser « les plus vulnérables » comme les personnes âgées ou à mobilité réduite. Ils ont ainsi réclamé l'instauration « d'une règle d'adéquation entre le nombre de places disponibles en intérieur et en extérieur », ainsi qu'une réduction d'un mois de la saison des terrasses estivales afin de laisser plus de temps à l'instruction des dossiers. Leur demande a été rejetée à l'aide des voix des élus socialistes. L'adjointe (PS) au commerce Olivia Polski a réitéré son engagement de « faire un bilan » à la fin de l'année, soulignant que « 2 600 autorisations ont été délivrées à ce jour », contre 12 000 terrasses éphémères pendant la crise sanitaire. « Bien sûr, des abus ont été constatés. Il y a des secteurs sensibles sur lesquels nous concentrons nos efforts « a reconnu l'élue socialiste, soulignant les « 3 500 verbalisations qui ont été faites depuis le 1er avril ».

Partager :
Articles similaires
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 juillet 2022

Journal du01 juillet 2022

Journal du 24 juin 2022

Journal du24 juin 2022

Journal du 17 juin 2022

Journal du17 juin 2022

Journal du 10 juin 2022

Journal du10 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?