AccueilDroitLes directions juridiques en pleine transformation

Les directions juridiques en pleine transformation

« Aujourd'hui, il faut savoir apprendre à travailler avec la machine », explique Marc Mossé, directeur des affaires publiques et juridiques de Microsoft Europe et président de l'AFJE, lors d'un atelier des Débats du Cercle Montesquieu 2019.
Les directions juridiques en pleine transformation
© A.P. - Marc Mossé (Microsoft), Eric Ravy (Oui SNCF), Isabelle de la Gorce (PWC), Mona Bercaud (SNCF) et Sandrine Asseraf (Webhelp) ont débattu des nouvelles façon de travailler.

Droit Publié le ,

En effet, la digitalisation des directions juridiques s'opère tant par les nouveaux outils mis en place que par la manière dont les juristes délivrent leurs prestations.

L'avantage est de pouvoir confier aux logiciels les tâches rébarbatives, peu intéressantes et faciles à réaliser pour les juristes, tout en mettant en avant la valeur ajoutée de leur travail d'expertise.

Avec 160 legaltechs sur le marché, il faut savoir faire le tri, mettre en place des bonnes pratiques d'expérimentation et de retour d'expérience, et savoir quantifier le retour sur investissement sur les nouveaux outils mis en place. Isabelle de la Gorce, associée chez PWC, conseille ainsi aux directeurs juridiques d'aller à la rencontre des legaltechs et de coconstruire des outils sur-mesure avec eux.

Il y a souvent une grande réticence au changement, même chez les plus jeunes. « Avec les meilleurs outils de la planète, sans accompagnement au changement on va dans le mur », souligne l'avocate fondatrice d'une plateforme d'aide à la création d'entreprise.

« Il y a un décalage entre les outils dont on dispose, leur utilisation et une vraie conduite du changement à opérer », confirme Eric Ravy, directeur juridique de Oui SNCF.

L'important est de partir des besoins particuliers de la direction juridique en les définissant correctement. Pour Eric Ravy « ça permet de s'orienter vers les outils les mieux adaptés aux opérationnels ».

« Ce qui est central est de ne pas partir de la technologie car il y a un risque d'irritant et de rejet de la part des équipes », ajoute Marc Mossé.

« Le sujet clé est la collaboration », explique Sandrine Asseraf, secrétaire générale de la licorne française Webhelp.

Si elle confie ne pas être technicienne du tout, l'ancienne avocate sait expliquer aux ingénieurs informatiques ce dont elle a besoin.

De multiples outils font ainsi leur arrivée dans les directions juridiques : chatbot, logiciels de gestion de contrats, clausiers digitalisés, application de télétravail, legal design, data management...

Oui SNCF a par exemple mis en place un chatbot construit en interne pour gagner du temps et aider les opérationnels. Victime de son succès, « cet outil va être mutualisé avec d'autres directions de l'entreprise, dont les RH et la DJ du groupe », se réjouit Eric Ravy.

Le cabinet d'avocats PWC a, quant à lui, adopter une nouvelle façon de travailler « en flex office et paperless » avec un jour de télétravail par semaine et un management réinventé.

« Cette flexibilité casse la hiérarchie et booste l'efficacité des collaborateurs », témoigne Isabelle de la Gorce.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 20 mai 2022

Journal du20 mai 2022

Journal du 13 mai 2022

Journal du13 mai 2022

Journal du 06 mai 2022

Journal du06 mai 2022

Journal du 30 avril 2022

Journal du30 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?