Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Les avocats battent le pavé

le - - Droit - Actualité du droit

Les avocats battent le pavé
© A.P. - Au centre, Christiane Féral-Schuhl, présidente du CNB, et Marie-Aimée Peyron, bâtonnier de Paris.

Vent debout contre le projet de loi de programmation pour la Justice, le Conseil national des barreaux (CNB), la Conférence des bâtonniers et l'Ordre des avocats du barreau de Paris ont appelé l'ensemble des avocats à une journée de mobilisation nationale le 11 avril. Une manifestation réussie dans les rues de la capitale.

Des milliers d'avocats en robe et de membres des professions judiciaires ont manifesté aujourd'hui entre les places du Châtelet et Vendôme.

Entre les classiques rock'n'roll et pop (Stones, Jackson…) ou bien du Higelin qui raisonnaient derrière le char du CNB, les robes noires chantaient « la balade des justiciables » sur l'air de la célèbre chanson de Gérard Lenormand.

Moult drapeaux, pancartes et banderoles étaient agités en l'air tandis que le cortège scandait des slogans et parodiait des tubes avec ses doléances.

Cela fait déjà plusieurs semaines que les avocats sont mobilisés contre le projet de loi de programmation pour la Justice défendu par la garde des Sceaux, Nicole Belloubet.

Les instances représentatives du barreau continuent de porter avec force et détermination la question cruciale de la sauvegarde d'une justice de proximité indispensable à la vitalité des territoires. Elles sont d'ailleurs soutenues par la plupart des professions judiciaires (magistrats, greffiers, notaires, experts de justice…) dont certains représentants étaient présents à la manifestation.

Selon les instances, cette forte mobilisation « doit être entendue par le Gouvernement pour ce qu'elle est :
- une colère quant à la méthode retenue,
- la défiance face à une réforme menée au pas de charge,
- le rejet de la création de déserts judiciaires,
- une atteinte intolérable aux droits de la défense et des victimes,
- une régression de la politique d'accès au droit. »

Par ailleurs, le principe de spécialisation des tribunaux de grande instance (TGI) souhaité par la Chancellerie aboutira à terme, pour les représentants du barreau, à la création de déserts judiciaires sans, par ailleurs, garantir une meilleure qualité de la justice.

Pour Jérôme Gavaudan, président de la Conférence des bâtonniers : "l'une des grandes missions de l'État est précisément de faciliter l'accès au droit et à la justice pour tous, partout. De ce point de vue en particulier, la réforme, en l'état, affaiblit l'institution judiciaire et fragilise fort inutilement, le lien déterminant que jouent quotidiennement la justice et les avocats auprès des Français, notamment dans les territoires".

Comme ils l'avaient fait les années précédentes contre la loi Macron réformant les professions réglementées ou la réforme de l'aide juridictionnelle, les avocats se sont lancés dans une grande campagne de lobbying.

Christiane Féral-Schuhl, présidente du CNB,‏ a ainsi participé aux Matinales radios de France bleu et France culture mercredi matin afin d'expliquer au grand public les raisons de la mobilisation des avocats. « Derrière une plateforme en ligne vous n'avez pas nécessairement des professionnels du droit habilités à délivrer du conseil juridique », a-t-elle souligné, déplorant le mouvement de digitalisation de la justice initié par le Gouvernement.

Elle ajoutait plus tard sur Franceinfo que «beaucoup trop de dispositions sont dictées par des soucis d'économies. On a besoin d'un vrai rattrapage budgétaire. La France consacre deux fois moins de moyens pour la justice que l'Allemagne».

A l'arrivée du cortège fourni place Vendôme (entre 6000 et 7000 avocats venus de tous les barreaux de France selon certains organisateurs), les robes noires se sont allongées à terre, non pas pour profiter du soleil radieux, mais pour symboliser la mort de la justice de proximité.

"Merci pour cette mobilisation ! Cette manifestation marquera l'Histoire du barreau", a remercié Christiane Féral-Schuhl, présidente du CNB, lors de son discours de clôture.

Marie-Aimée Peyron, bâtonnier de Paris, a ajouté que le barreau « espère non seulement être entendu mais aussi écouté ».

A la fin de cette « marche des droits » dans la capitale, la présidente du CNB a appelé solennellement tous les avocats à continuer la mobilisation tant que le projet de loi n'est pas à la hauteur de la justice française.

Si le Gouvernement a déjà modifié le texte sous la pression du barreau, celui-ci compte bien « le faire modifier encore de manière à avancer vers une justice de qualité ».

La présence massive des robes noires sur les pavés parisiens devrait permettre non seulement de sensibiliser l'opinion publique mais surtout de faire modifier le projet de loi et d'envoyer un signal clair aux parlementaires qui devront bientôt en débattre.




Anne MOREAUX
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer