AccueilEntrepriseVie des entreprises« Le travail est le deuxième besoin des réfugiés, après l’hébergement », Alex de las Heras

« Le travail est le deuxième besoin des réfugiés, après l’hébergement », Alex de las Heras

Depuis quelques temps, la plateforme “Jobs for Ukraine”, de Welcome to the Jungle, propose aux réfugiés ukrainiens de trouver un emploi, dans leur pays d’accueil.
« Le travail est le deuxième besoin des réfugiés, après l’hébergement », Alex de las Heras
© Adobe Stock

EntrepriseVie des entreprises Publié le ,

Alex de las Heras, Head of communication de Welcome to the Jungle, compte parmi les salariés de la plateforme à l’origine de l’initiative “Jobs for Ukraine”. Elle explique comment la plateforme a été créée, à qui elle se destine et surtout, quelles sont ses pistes d’évolution pour la suite.

Affiches Parisiennes : Quand l’initiative “Jobs for Ukraine” est-elle née ? À l’initiative de qui ? Suite à quel constat ?

Alex de las Heras : Sensibles à la crise que traverse l’Ukraine, les employés de Welcome to the Jungle, de France et de République tchèque, ont souhaité apporter leur aide. Notre volonté d’agir était évidente, mais nous ne savions pas comment faire. Après un échange avec People in Need, une ONG tchèque basée à Prague et engagée dans des projets d’aide humanitaire, nous nous sommes aperçus que le travail était le deuxième besoin des réfugiés, après l’hébergement.
Nous sommes bien placés pour accompagner les demandeurs d’emploi. Nous devions juste trouver le moyen d’adapter notre aide aux ressortissants ukrainiens et de cibler au mieux notre action. C’est une initiative qui a été créée à 100 % en interne, en quelques semaines, avec les ressources de tous ceux qui ont souhaité participer au projet. Plusieurs salariés de Welcome to the Jungle sont d’ailleurs personnellement engagés dans l’aide aux Ukrainiens.

A.-P. : Lorsque l’on cherche “Jobs for Ukraine” sur les moteurs de recherche, on découvre de nombreux résultats. Je pense notamment à “Jobs for Ukraine de Jobful” ou à celle d’Adecco… Est-ce que cela impacte le nombre d’offres d’emploi, de la part des entreprises, sur votre plateforme ?

A. de las H. : Pour ce genre d’initiative, il est important d’avancer ensemble. C’est d’ailleurs pour cela que nous n’avons pas souhaité mettre en avant le nom de notre marque sur ce job board. Nous invitons toutes les plateformes à se joindre à nous pour travailler ensemble. Au vu du très grand nombre d’offres d’emploi publiées dès la première semaine, il y en a eu plus de 1 000, nous voyons qu’il y a de la place pour tout le monde. Nous avons d’ailleurs contacté de nombreux organismes et associations afin de partager cette initiative au maximum. Il y a une vraie volonté des entreprises françaises d’être solidaires avec les Ukrainiens affectés par cette situation.

A.-P. : Avez-vous eu des retours de chefs d’entreprise ou d’employés qui ont trouvé un travail grâce à votre plateforme ?

A. de las H. : Pas pour le moment. Le job board vient d’être lancé. Nous espérons avoir des résultats à la rentrée.

A.-P. : Quelle évolution voyez-vous pour Jobs for Ukraine ? Prévoyez-vous d’ouvrir des plateformes similaires d’offres d’emplois pour les réfugiés, sans distinction de pays de provenance ?

A. de las H. : Nous venons de lancer cette plateforme et nous ferons un bilan dans les mois à venir pour connaître son utilité. Nous espérons vraiment que cela aidera un grand nombre de personnes. Nous ne nous fermons pas à l’idée d’envisager de développer cette initiative plus largement dans le futur.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 05 août 2022

Journal du05 août 2022

Journal du 29 juillet 2022

Journal du29 juillet 2022

Journal du 22 juillet 2022

Journal du22 juillet 2022

Journal du 15 juillet 2022

Journal du15 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?