AccueilVie des entreprisesLe train de la Relance est parti de Paris et sillonne la France pendant tout le mois de septembre

Le train de la Relance est parti de Paris et sillonne la France pendant tout le mois de septembre

Il y a déjà un an que le plan de relance est opérationnel, permettant à de nombreuses entreprises de bénéficier de subventions de l'Etat. Pour le premier anniversaire de ce plan, un train va sillonner la France pour en présenter les actions, comme l'a dernièrement fait à Paris le porte-parole du Gouvernement, Gabriel Attal.
Le train de la Relance est parti de Paris et sillonne la France pendant tout le mois de septembre

EntrepriseVie des entreprises Publié le ,

Pour maintenir l'activité en France malgré le contexte sanitaire, la France a mis en place le plan de relance. A hauteur de 100 milliards d'euros, il a pour mission d'accompagner les entreprises et de leur permettre de continuer à investir et à se développer. Depuis un an, de nombreuses entreprises ont pu en bénéficier pour financer leurs projets. Pour le premier anniversaire de ce dispositif, le Gouvernement a mis en place un train qui va se rendre dans plusieurs grandes villes pour y présenter les actions permises par ce dernier. Le train s'est récemment élancé de la Gare de l'Est à Paris pour un tour de France qui s'achèvera le 2 octobre, après être notamment passé par Amiens, Caen, Rennes, Le Mans, Orléans, Limoges, Toulouse, Marseille, Saint-Etienne, Besançon et Strasbourg.

C'est Gabriel Attal, le porte-parole du Gouvernement qui l'a présenté, lors d'un déplacement sur le lieu de départ du train. Il a rappelé que la création de ce plan de soutien a été essentiel dans la gestion de la crise économique, causée par les différents confinements. Il a appuyé son propos en rappelant que la France enregistrait un taux de croissance de 6 % pour l'année en cours et que le taux de chômage est revenu à son niveau d'avant crise, avec 8 % de demandeurs d'emplois au deuxième trimestre 2021.

Défendre le plan de relance

Lors de son discours de présentation, Gabriel Attal n'a pas caché l'intérêt d'un tel dispositif du point de vue de la communication : « Nous voulons, avec ce train, faire découvrir la Relance partout en France, jusqu'au dernier kilomètre. Trop de dispositifs sont encore méconnus. Il faut que chaque Français comprenne ce que change la relance dans son quotidien », a-t-il affirmé. Après son discours, le porte-parole a visité les quelques wagons du train de la Relance. Il était notamment accompagné par le préfet de la région Ile-de-France Marc Guillaume et de la sous-préfète à la relance Myriam Abassi. Ils ont à nouveau rappelé les trois volets de la relance qui sont l'écologie, la compétitivité et la cohésion. Après cette visite du train, Gabriel Attal a cédé sa place au ministre délégué auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères, Franck Riester.

Ce dernier a visité le village de l'emploi situé devant la Gare de l'Est avant de participer à une émission de radio animée par les équipes de la radio Reporters d'Espoirs et enregistrée à l'intérieur d'un des wagons du train. Dans chaque ville traversée par le train se tiendra un village de l'emploi, similaire à celui de la Gare de l'Est. Ouvert à tous, ils permettent à plusieurs entreprises lauréates par le plan de relance de réaliser des entretiens pour recruter des salariés dans les secteurs souhaités.

Aider les demandeurs d'emploi

A Paris, on retrouvait entre autres, EDF, la SNCF, la Police Nationale… Régis Moreno, brigadier de police, délégué au recrutement était présent au village de l'emploi pour trouver de nouvelles recrues. Il était séduit par ce dispositif et appelle les demandeurs d'emploi à venir se renseigner sur les perspectives d'emploi au sein de la Police Nationale : « Il faut savoir qu'il existe 350 métiers rien que sur l'Île-de-France. Il y a des métiers techniques, on prend des contrats en alternance au sein du ministère de l'Intérieur, il y a également des métiers scientifiques et administratifs. Nous recherchons vraiment des profils variés, de nombreux métiers de la police sont encore peu connus du grand public. »

Sur un autre stand, c'est EDF qui cherche de nouvelles recrues. De nombreux emplois sont à pourvoir notamment pour accompagner l'entreprise dans sa transition énergétique comme l'explique Hélène Milot, directrice Action régionale d'EDF Ile-de-France : « EDF c'est 30 000 salariés en Ile-de-France, sur plus de 150 sites. Notre objectif principal aujourd'hui est de relever le défi climatique et la transition énergétique. Nous sommes engagés sur des projets visant à décarboner le territoire et pour mener à bien ces projets, nous recherchons des personnes compétentes et donc des besoins de recrutement. EDF recrute 1600 personnes en Ile-de-France chaque année. Nous recrutons beaucoup de jeunes, notamment à travers des contrats d'apprentissage. » explique la représente d'EDF Ile-de-France.

En plus de cette participation au village de l'emploi, EDF a présenté plusieurs projets qui pourraient être financés en partie grâce au plan de relance : « Nous avons déposé plusieurs projets autour de la production d'énergie décarbonée, de la rénovation énergétique des bâtiments. Les dossiers sont déposés, nous attendons maintenant la réponse des institutions », conclut la directrice aux affaires régionales d'Ile-de-France.

Rappel des trois principaux volets

Le plan de relance visait principalement trois priorités : l'écologie, la compétitivité et la cohésion. Pour le volet écologie, le Gouvernement a investi 30 milliards d'euros qui seront principalement destinés au financement de la transition écologique. Cela passe par la rénovation thermique des bâtiments, la décarbonation de l'industrie, l'aide à l'achat d'un véhicule propre ou encore l'accompagnement de la transformation du secteur agricole. L'objectif est de réduire les émissions carbones pour atteindre la neutralité carbone d'ici 2030.

Le second volet est celui de la compétitivité qui vise à créer de l'emploi en baissant notamment les impôts de production pour les entreprises, en investissant également dans les technologies vertes, en renforçant le soutien aux secteurs de la recherche, de la formation ou encore du développement de compétences.

Enfin, le dernier volet de ce plan France Relance est celui de la cohésion pour éviter une hausse des inégalités en France pour que la relance soit également sociale. On retrouve notamment dans ce volet des dispositifs tels que le Ségur de la Santé ainsi que d'autres dispositifs à destination des jeunes et des plus vulnérables pour les rediriger vers l'emploi. Pour réaliser cet objectif, le projet un jeune, une solution a été mis en place.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?