Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Le tourisme francilien en baisse, le monde des affaires résiste

le - - Actualité - Région Île-de-France & Grand Paris

Le tourisme francilien en baisse, le monde des affaires résiste
@Wikimedia Commons - Le CRT relève - 11,4% de nuitées hotelières sur Paris

Le Comité régional du tourisme (CRT) francilien annonce une baisse de 6,4% de la fréquentation. Une situation jugée inquiétante par le comité, qui craint pour la santé économique de la destination Paris - Île-de-France.

Il faut remonter à 2010 pour retrouver une telle baisse de la fréquentation touristique en Île-de-France. Le Comité régional du tourisme (CRT) annonce une réduction sans précédent depuis 6 ans, avec un million de réservations hôtelières en moins par rapport au premier semestre 2015.

Ceci équivaut, comme annoncé par François Navarro, directeur général du CRT, à une perte de 750 millions d'euros de consommation touristique au 1er semestre 2016 (sur les 21 milliards générés par la filière). Ou encore à une réduction de 6,4 % du nombre de touristes, dont 9,9 % d'internationaux et 3,5 % de français. Les coupables avancés par le CRT sont bien connus : les attentats de Paris, Nice ou même Bruxelles, les mouvements sociaux (grèves, poubelles…) ou encore les inondations. D'autant que depuis 2008, le secteur était en croissance chaque année, c'est donc un renversement inédit qui touche le secteur.

C'est un « contrecoup sévère » pour le CRT, qui ajoute que l'Euro de football n'a pas permis de redresser la barre. L'organisme note également un effondrement des clientèles japonaise (-46,2 %), qui quittent le Top 10 du CRT pour la première fois, mais aussi italienne (-27,7 %) et russe (-35 %), soit au total une perte de 283 000 touristes.

De même, les visites américaines et chinoises commencent à chuter de façon inquiétante, déplore le CRT (-5,7 % et -19,6 %). La désertion de ces visiteurs explique en grande partie la perte conséquente de chiffre d'affaires (-750 millions d'euros) pour les professionnels du tourisme parisiens et franciliens, ces nationalités étant généralement les plus dépensières.

Le CRT précise en outre que toute la chaîne touristique a été touchée, et qu'aucun secteur d'activité n'a été épargné (hôtels, cafés, musées, grands magasins, excursions, croisières…). Frédéric Valletoux, président du CRT, avance même le chiffre de 1,5 milliard de pertes dans le cas où la tendance se poursuivrait.

Le président du CRT note tout de même une bonne résilience des touristes français, qui ont été plus de huit millions à venir en Île-de-France sur les six premiers mois de l'année. De même, la Grande couronne résiste, affichant une baisse de fréquentation de 4,4 % (en termes de nuitées hôtelières) contre 11,4 % pour Paris et 6,1 % pour la Petite couronne.

Cette différence vient d'une certaine « appétence » des touristes à contourner Paris, provoquant un effet d'évitement de la capitale, qu'ils soient français ou non. Les grands sites parisiens sont également les plus touchés, avec -43,9 % de fréquentation au Grand palais, -34,8 % à l'Arc de triomphe, mais seulement -3,8 % au château de Fontainebleau et -16,3 % au Domaine de Versailles.

En outre, le point de vue des professionnels rejoint ces chiffres en berne : 71 % d'entre eux estiment que l'activité est en baisse par rapport à 2015 pour le mois de juillet, et 78 % confirment cette tendance pour le mois d'août (selon le baromètre du CRT).

Le tourisme d'affaire résiste

Les résultats les plus encourageants restent ceux du tourisme d'affaires, qui sont en progression par rapport au 1er semestre 2015. Le CRT relève plus de 3,1 millions de nuitées générées par les déplacements professionnels, soit 53,8 % du total des hébergements. En effet, il est plus difficile d'annuler un salon ou un congrès prévu longtemps à l'avance, selon les dirigeants du CRT. D'autre part, certains événements comme le mondial de l'automobile permettent au secteur de garder la tête hors de l'eau.

Le président du CRT ne mâche pas ses mots, qualifiant cette situation de « catastrophe industrielle », et demande la mise en place d'un « plan Orsec à effet immédiat ». C'est pour cela que le Comité régional du tourisme lance une « demande forte au gouvernement d'accompagner la mobilisation de la région pour soutenir la filière ».

Des fonds d'urgence avaient déjà été débloqués par Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, dès les premiers signes de réduction de la fréquentation, et l'État avait initié des campagnes de communication pour tenter de relancer la filière.

Mais ces mesures ne suffisent plus pour Frédéric Valletoux, qui indique que la question sécuritaire revient fréquemment depuis quelque temps sur la destination Paris - Île-de-France, et demande à l'État une forte mobilisation qui ne se limite pas à la communication pour l'attractivité.

Le président du comité demande donc à Jean-Marc Ayrault, ministre des Affaires étrangères et du Développement international, « la tenue immédiate d'une réunion avec les professionnels du tourisme franciliens et leur représentant ». L'État pourrait notamment apporter certains accompagnements concernant la fiscalité, les investissements ou les dettes sociales.

Ces leviers que « seul l'État peut mobiliser » sont nécessaires pour Frédéric Valletoux, dès lors que la tendance actuelle menace la santé économique des sociétés touristiques franciliennes. Il faut dire que le secteur compte 75 000 entreprises et emploie 500 000 personnes, obligeant l'État à agir, au risque « d'assister à un plan social sans précédent », prévient le CRT.

Un service touristique vieillissant

Les attentats et autres mouvements sociaux ne doivent pas « occulter les quelques faiblesses de la destination », incarnées par un tourisme francilien qui vieillit et pâtit de ses sites naturels ravagés par les déchets. En outre, la question sécuritaire, même hors attentats, reste un point crucial sur lequel il faut travailler, afin d'attirer à nouveau les touristes étrangers, qui se sont dirigés cette année vers des destinations telles que la Grèce, l'Italie ou les Balkans.

De même, la clientèle chinoise est particulièrement sensible aux attaques dont sa communauté a fait l'objet à plusieurs reprises (les vols se sont multipliés cette année), et attend donc des mesures en matière sécuritaire. Le CRT précise qu'il est également nécessaire de mieux informer les populations (surtout asiatiques) sur la signification réelle de l'état d'urgence, et de mettre en valeur la diversité de l'offre touristique à Paris et en Île-de-France.

L'accent sera mis sur la Grande couronne, dont l'offre est à pérenniser et à développer, même si Paris « reste la porte d'entrée de la destination », indique Frédéric Valletoux. Enfin, on remarquera que certains concurrents tels qu'Airbnb amènent à nuancer les résultats, leurs données touristiques n'étant pas prises en compte dans ces calculs.

Malgré tout, les professionnels restent optimistes quant aux réservations de cette rentrée. Selon le baromètre du CRT, 43 % d'entre eux projettent un état des réservations « moyen », 38 % le considèrent « bon » voire « très bon », et seulement 19 % « mauvais » ou « très mauvais ».

Une conjoncture économique favorable

Sur la même période (1er semestre 2016) selon le FMI et l'Insee, la croissance serait de 1,6 % pour la zone euro, avec des leaders tels que l'Espagne (+2,6 %) et l'Allemagne (+1,6 %). Les pays avancés, émergents ou en développement devraient bénéficier du redressement des marchés financiers et pétroliers, bien que la croissance mondiale ait été quelque peu revue à la baisse dans le contexte du Brexit (+3,6 %
sur l'année 2016).

Concernant l'économie nationale, la croissance a connu une légère hausse (+0,6 %) au 1er trimestre, et atteindrait sur l'année 2016 +1,5 %, un record depuis 2011. Ceci permettant au chômage de baisser jusqu'à 9,8 % en fin d'année, et à l'inflation de ne pas dépasser les 1 %. La consommation des ménages devrait augmenter corrélativement (+1,6 % en moyenne en 2016 contre +1,5% en 2015).




Quentin CLAUZON
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer