Le tourisme à la fête

Les chiffres de fréquentation touristique de l'année 2013 ont le vent en poupe. Capitale et Petite Couronne restent une destination privilégiée des touristes et des hommes d'affaires. Si le tourisme en provenance d'Europe a diminué, l'Asie, l'Amérique du Nord et le Moyen-Orient ont tiré cette fréquentation vers le haut.
Le tourisme à la fête
Sophie Robichon / Mairie de Paris

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

Cette année, l’Office du tourisme et des congrès de Paris a décidé de passer à une vision métropolitaine pour étudier la fréquentation touristique. Ainsi, le périmètre étudié pour fournir les résultats de fréquentation concerne Paris et les trois départements de la Petite Couronne. Il s’agit de tenir compte de la création de la Métropole du Grand Paris en janvier 2016 et surtout de restituer une vision plus pertinente des tendances du tourisme dans la capitale. En effet, les touristes ignorent les frontières territoriales administratives et pour ces derniers la capitale ne s’arrête pas au périphérique. Et ce qui est vrai pour le tourisme de loisirs et depuis plus longtemps encore pour le tourisme d’affaires.

Forte progression des arrivées hôtelières internationales

Au global, toutes origines confondues, les arrivées hôtelières restent stables (-0,4 %) se maintenant au niveau record de 2012 : 22,6 millions d’arrivées hôtelières, avec un été record de 8 millions d’arrivées entre juin et septembre, en progression de 1,3 % par rapport à l’été 2012. Les arrivées hôtelières internationales, elles ont progressé de 7,2 % en 2013. Cette forte progression, supérieure à la croissance mondiale du tourisme en 2013 estimée par l’OMT (+5 %), confirme l’incontestable attractivité touristique de Paris. Cette croissance de la fréquentation touristique en 2013 a été tirée par les clientèles extra-européennes, issues de marchés lointains, fidèles comme les Etats-Unis (15 % d'augmentation), ou de marchés à fort potentiel de croissance à l’exemple de la Chine (27 % d'augmentation), de l’Australie ou encore du Moyen-Orient. On assiste à un recul des arrivées hôtelières françaises : 10 919 000 (-8,6 %), comme de certains pays européens (Espagne, Italie et Pays-Bas), malgré la progression notable des Britanniques.
Côté perspectives, l'Office du tourisme souligne que sur les deux premiers mois de 2014, on assiste au retour de visiteurs européens que la crise économique avait particulièrement touchés : l'Italie (+15,8%) et plus particulièrement l'Espagne (+12,1%). De même, les Etats-Unis poursuivent une croissance à deux chiffres (+12,9%), tout comme la Russie (+19,2%), la Chine (+26,5%), et le Proche et Moyen-Orient (27,2%). Ces premiers signaux augurent d'une année encore dynamisée par la fréquentation étrangère, même si la fréquentation française est orientée à la baisse avec -6,4 % d'arrivées hôtelières en moins.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 12 août 2022

Journal du12 août 2022

Journal du 05 août 2022

Journal du05 août 2022

Journal du 29 juillet 2022

Journal du29 juillet 2022

Journal du 22 juillet 2022

Journal du22 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?