AccueilEntrepriseVie des entreprisesLe “titre-télétravail” bientôt adopté et déjà proposé par une start-up

Télétravail Le “titre-télétravail” bientôt adopté et déjà proposé par une start-up

Le 16 novembre dernier, la députée LREM Frédérique Lardet proposait une loi visant à créer un “titre-télétravail” de 600 euros par an. Worklife, une jeune start-up propose déjà des solutions pour sa mise en place.
Le “titre-télétravail” bientôt adopté et déjà proposé par une start-up
© Adobe Stock

EntrepriseVie des entreprises Publié le ,

La startup, créée en octobre 2020, a choisi de baser ses services sur l’accompagnement des entreprises vers les nouvelles formes de travail. Entre autres, l’entreprise accompagne ses clients vers le télétravail, très populaire depuis la crise sanitaire, et propose ainsi une solution numérique pour implanter un forfait télétravail directement dans les entreprises.

Le télétravail, de plus en plus populaire

Cette forme de travail gagne du terrain et elle est de plus en plus mise en avant dans les entreprises. D’après une étude de Worklife, 77 % des entreprises interrogées veulent pérenniser le télétravail, à raison de 2 à 3 jours par semaine. Inclure plus de télétravail passe aussi par une indemnité forfaitaire que 54 % des entreprises sondées sont prêtes à verser, proportionnellement au nombre de jours télétravaillés. Enfin, 46 % d’entre elles promettent une enveloppe destinée à l’achat de matériel pour améliorer le poste de travail à distance.

A ce jour, les dispositifs que l’Etat propose permettent la mise en place du titre télétravail avec une indemnité forfaitaire par nombre de jours de télétravail hebdomadaires. Par exemple, l’Etat verse 10 euros par mois et par salarié, pour une journée télétravaillée chaque semaine. De même, l’indemnité s’élève à 20 euros pour deux jours de télétravail chaque semaine et, ce jusqu’à une limite de 50 euros d’indemnité pour les salariés en télétravail 5 jours sur 7. Pour Worklife, le “titre-télétravail” a un double avantage : il permet d’allier bien-être du collaborateur et performance de l’entreprise. Le titre prendrait la forme d’une indemnité forfaitaire annuelle de 600 euros, permettant au salarié de couvrir tout ou partie des dépenses occasionnées par le télétravail, qu’il soit réalisé à domicile, en coworking ou en télécentre.

La solution Worklife

« Le titre-télétravail est le nouvel avantage incontournable dans le cadre des modes de travail hybrides. Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à vouloir le mettre en place pour améliorer les conditions de travail des salariés, ce qui a un impact direct sur la performance de l’entreprise », affirme Benjamin Suchar, le fondateur de Worklife.

La start-up propose une solution de paiement dématérialisée et prépayée pour permettre au salarié de procéder au règlement des frais engagés dans le cadre de son télétravail. Pour cela, une carte de paiement permettra à l’employeur de financer de 50 à 100 % des dépenses du salarié pour le télétravail, tout en bénéficiant d’exonération de charges. Ainsi, les salariés n’auront plus d’avances de frais à faire ni de justificatifs à présenter.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 14 janvier 2022

Journal du14 janvier 2022

Journal du 07 janvier 2022

Journal du07 janvier 2022

Journal du 31 décembre 2021

Journal du31 décembre 2021

Journal du 24 décembre 2021

Journal du24 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?