Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Le taux d'absentéisme en France atteint 5,11 % en 2019

le - - Entreprise - Vie des entreprises

Le taux d'absentéisme en France atteint 5,11 % en 2019
@ DR

Selon les résultats du 12e baromètre de l'Absentéisme et de l'engagement Ayming, la France recense un taux d'absentéisme de 5,11 % en 2019, avec 18,7 jours d'absence par an et par salarié en moyenne, des chiffres en augmentation, notamment chez les plus de 40 ans.

AG2R LA MONDIALE et Enquête Ayming-Kantar TNS ont réalisé une étude quantitative de l'absentéisme en France en 2019 auprès de 45 403 entreprises du secteur privé employant 1 921 000 salariés sur les arrêts maladie et les accidents du travail/maladies professionnelles, dès le 1e jour d'arrêt. Parallèlement, une étude qualitative a été menée en janvier 2020 par Kantar TN auprès de 1000 salariés du secteur privé sur leur absentéisme et leur engagement dans l'entreprise.

Il ressort de cette enquête la nécessité de renforcer les relations de proximité et de confiance au sein de la hiérarchie afin d'identifier les risques d'absentéisme et d'y répondre le plus tôt possible. Un cercle vertueux créé entre l'entreprise et le salarié permet de développer et assurer une qualité de vie au travail, où le salarié se mobilise également pour sa santé et son bien-être.

Forte augmentation de l'absentéisme de longue durée des jeunes

L'étude quantitative Ayming-AG2R LA MONDIALE fait état d'une stabilité du taux d'absentéisme au niveau national. Dans le détail, elle note une baisse de l'absentéisme pour les secteurs du commerce (-9 %), de l'industrie (-9 %) et de la santé (-8 %) et une hausse de 9 % de l'absentéisme du secteur des services dont le taux fluctuait d'une année sur l'autre.

Par ailleurs, l'écart continue de se réduire entre le taux des 40 ans et moins et celui des 41 ans et plus, le taux des premiers ayant augmenté de 6% en 2019 tandis que celui des seconds tend à diminuer. S'agissant des plus jeunes, le taux d'absentéisme de longue durée augmente de 9 % en 2019 et de 34 % sur les deux dernières années. Une tendance inquiétante, qui illustrerait le développement des situations de détresse psychologique dans cette catégorie de population.

L'étude met en lumière de nouvelles données, apparues en 2019. Tout d'abord, le taux d'absentéisme des salariés en temps partiel augmente et passe de 5,60 à 5,85 % en 2019, contre 4,58 % pour les temps plein. De plus, l'état de santé reste la première cause d'absence, suivi des facteurs professionnels. Enfin, la proportion des facteurs professionnels (AT/MP et épuisement professionnel) dans les absences de plus de trois mois augmente significativement.

Vers un cercle vertueux de la prévention

L'étude Ayming-Kantar TNS 2020 s'est intéressée à la dynamique mise en place au sein d'une entreprise pour freiner l'absentéisme qui s'y développe. Le premier constat est que l'absence engendre l'absence : 41 % des salariés absents en 2019 se sont absentés plus d'une fois.
De ce fait, le retour suite à absence est un moment crucial pour éviter de nouvelles absences. En effet, en 2019, 19 % des salariés se sont absentés une nouvelle fois en raison d'une mauvaise réintégration et 46 % s'agissant de salariés ayant été absents plus de 3 mois.

En réponse à cet absentéisme, les entreprises ont réagi et, pour 16 % des répondants, ont pu éviter une absence grâce aux actions mises en œuvre par leur entreprise. Il reste encore des efforts à faire puisque 49 % des absents estiment qu'ils auraient pu éviter leur absence par des actions de l'entreprise, notamment par des aménagement d'horaires ou de poste.

Face à l'absentéisme et pour le prévenir, l'important reste le dialogue entre le manager et le collaborateur afin de développer une relation de confiance et d'aborder plus facilement des problèmes tant professionnels que personnels dans l'optique de trouver des solution.

A ce titre, le salarié sait être acteur de sa santé et de son bien-être au travail puisqu'un sur deux identifie les actions qu'il pourrait mettre en place à titre personnel pour améliorer sa santé et son bien-être au travail comme améliorer son hygiène de vie, solliciter son manage et son médecin plus précocement.

C'est ainsi que, du cercle vicieux de l'absentéisme, l'entreprise arrive à un cercle vertueux de la mobilisation : 79 % des salariés dont les actions de l'entreprise ont permis d'éviter leurs absences estiment qu'ils auraient pu eux-mêmes mettre en place des actions à titre personnel, contre 44 % des salariés dont les actions de l'entreprise n'ont pas permis d'éviter leurs absences.

Ainsi, face à des situations d'absence, l'entreprise doit en tirer les enseignements pour mieux les gérer et les prévenir, parler plus ouvertement de ces situations au sein des équipes ainsi que promouvoir les actions déployées en termes de gestion de l'absentéisme pour favoriser la mobilisation de tous.

« La crise sanitaire que nous vivons a obligé les entreprises et les salariés à s'adapter à de nouvelles modalités de travail. Les managers ont pour une partie d'entre eux, renforcé le lien individuel avec leurs collaborateurs et pris régulièrement de leurs nouvelles. De même nous avons été sensibilisés à l'importance de préserver notre santé et d'être attentifs aux bonnes pratiques. Comme lorsqu'elles sont confrontées à une situation dégradée d'absentéisme, les entreprises se sont mobilisées et les salariés avec elles, le cercle vertueux est amorcé et doit maintenant être entretenu. », explique Christophe Godefroy, Directeur de l'activité RH chez Ayming.

« Favoriser le bien-être et l'épanouissement de ses salariés est un facteur clef de succès pour chaque entreprise, tant sur le plan humain qu‘économique, et cela quelle que soit la taille de celle-ci. La crise sanitaire, avec pour conséquence le très fort développement du télétravail et du management à distance, rend encore plus indispensable pour chaque chef d'entreprise et manageur de mieux comprendre en détail les causes de l'absentéisme de ses salariés. Cette meilleure compréhension doit permettre ensuite de mettre en œuvre des actions efficaces de prévention des situations à risque et ainsi améliorer la qualité de vie au travail. Dans le contexte bien spécifique créé par la crise sanitaire, les marges de progrès sont encore significatives, avec à la clef une mobilisation accrue des salariés et une performance renforcée de l'entreprise. », souligne Philippe Dabat, Directeur Assurances de Personnes AG2R LA MONDIALE.




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer