AccueilEntrepriseVie des entreprisesLe Sénat défend la filière française de la lavande face à la réglementation européenne

Le Sénat défend la filière française de la lavande face à la réglementation européenne

Menacée par une réglementation européenne, elle s’attache à rappeler que les huiles essentielles de lavande ne sont pas des produits chimiques.
Le Sénat défend la filière française de la lavande face à la réglementation européenne
© Adobe Stock

EntrepriseVie des entreprises Publié le ,

Portée par le Sénateur Jean-Michel Arnaud (Union Centriste – Hautes-Alpes), la commission des affaires européennes du Sénat a pris l’initiative de s’engager pour sauver les huiles essentielles de lavande françaises. Menacées par une réglementation européenne sur les produits chimiques, la commission a adopté une proposition de résolution européenne qui rappelle que les huiles sont des produits agricoles artisanaux non chimiques et que la filière de l’herboristerie fait partie du patrimoine immatériel français.

Les producteurs nationaux de lavande s’étaient déjà et jusqu’à présent conformés aux obligations européennes, non sans mal. Ils avaient suivi deux règlements de l’Union, le premier (REACH) sur les substances chimiques, le second (CLP) sur l’étiquetage et la classification des produits dangereux.

Une révision des deux règlements à l’origine des sénateurs

Or, la Commission européenne entend, d’ici la fin de l’année 2022, procéder à la révision de ces deux règlements. Avec à la clé un accroissement substantiel du niveau d’exigence requis, entraînant des dépenses supplémentaires très coûteuses pour les petites exploitations et les petites distilleries, au risque de remettre en cause 70 % de la production…

La proposition de résolution adoptée par les sénateurs demande, en particulier, une évaluation dans sa globalité de l’huile essentielle de lavande, en ayant recours au maximum aux données existantes, épargnant ainsi aux producteurs d’huiles essentielles la réalisation de tests sur chacun de leurs constituants. De même, la commission demande à clarifier la notion de perturbateur endocrinien, afin d’éviter le risque que ne soient apposés des pictogrammes dissuasifs sur les produits mis en vente, ce qui pourrait conduire les industriels à privilégier à l’avenir des substances de synthèse faisant intervenir du pétrole, au détriment des huiles essentielles à base de lavande.

Des inquiétudes persistantes

Enfin, elle sollicite un accroissement du soutien financier des Pouvoirs publics français à la filière, strictement proportionné au renforcement des exigences requis. Ces inquiétudes, déjà mesurées par les Pouvoirs publics français et portées à la connaissance des services de la Commission européenne, n’ont pas encore reçu d’assurances suffisantes. Le texte adopté en commission des affaires européennes du Sénat deviendra définitivement une résolution européenne du Sénat dans quelques semaines.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 01 juillet 2022

Journal du01 juillet 2022

Journal du 24 juin 2022

Journal du24 juin 2022

Journal du 17 juin 2022

Journal du17 juin 2022

Journal du 10 juin 2022

Journal du10 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?