AccueilActualitéRégion Île-de-France & Grand ParisLe périphérique, frontière en mutation

Le périphérique, frontière en mutation

Inauguré en 1973, la grande utilité du périphérique ne suffit pas à faire oublier ses inconvénients. Quarante mesures pour transformer cette autoroute urbaine en respectueux boulevard à l'horizon 2030 composent le rapport de la Mission d'information et d'évaluation (MIE) du Conseil de Paris sur le sujet.
Le périphérique, frontière en mutation

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

Parce que le monde se décline en nuances de gris, l'utilité du périphérique et des 1,2 million de véhicules qui l'empruntent quotidiennement a fini par être relégué au second plan derrière ses nuisances – bruit, pollution – et surtout le fait qu'il soit perçu comme une fracture entre Paris et les communes avoisinantes.

En marge de la remise du rapport par Laurence Goldgrab, présidente de la mission et présidente du groupe RCGI, et Eric Azière, président du groupe UDI-MoDem et rapporteur, Anne Hidalgo a salué ce consensus politique inédit et annoncé la création d'un groupe de pilotage métropolitain.

La maire de Paris a également exprimé son souhait d'effectuer ce travail de transformation du périphérique « main dans la main avec les communes voisines, car cet axe routier est un territoire que nous avons en commun. Si nous voulons effacer cette frontière entre Paris et ses voisins, il nous faut avancer tous ensemble.

Le but du groupe de pilotage sera donc d'intégrer les communes voisines en tant que partie prenante de cette transformation ambitieuse. Cela paraît judicieux lorsque l'on sait que l'ensemble des gens vivant en bordure du périphérique ne représente pas moins de 400 000 Parisiennes et Parisiens.

Cinq mois d'élaboration

L' élaboration du rapport s'est faite sur cinq mois, au cours desquels des élus parisiens ont travaillé de façon collégiale. L'horizon 2030 permet de tenir compte du défi climatique.

Les principales mesures du rapport sont triples, et se divisent elles-mêmes en plusieurs catégories. Dès 2020, la mise en place d'une gouvernance partagée inclura notamment la création d'une étude, renouvelée tous les cinq ans, en vue de recueillir des données précises sur les déplacements – origines/destinations –, les usages et les profils des usagers du périphérique.

De plus, un dialogue régulier sera institué entre Paris et les communes limitrophes, en créant une commission au sein de laquelle seraient étudiés les projets visant à transformer le périphérique d'une part et les projets d'urbanisme à proximité d'autre part.

D'ici à 2024, une voie réservée aux transports en commun sera créée, et la vitesse sera abaissée. Le rapport envisage d'autres actions pour limiter la pollution et se montrer à la hauteur des enjeux écologiques à venir.

A l'horizon 2030, le périphérique devrait devenir un boulevard traversable à pied, en réduisant le nombre de voies et en le végétalisant, afin d'ouvrir une large trame urbaine réunissant Paris et les communes limitrophes.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 09 décembre 2022

Journal du09 décembre 2022

Journal du 02 décembre 2022

Journal du02 décembre 2022

Journal du 25 novembre 2022

Journal du25 novembre 2022

Journal du 18 novembre 2022

Journal du18 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?