Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

Le forfait Navigo et la carte Imagine'R au tarif unique au 1er septembre

le - - Actualité - Région Île-de-France & Grand Paris

Le forfait Navigo et la carte Imagine'R au tarif unique au 1er septembre

À compter du 1er septembre, le forfait Navigo toutes zones et la carte Imagine'R passent au tarif unique de 70 euros par mois. Ce nouveau pass toutes zones (annuel, mois et semaine) offre l'accès à l'ensemble du réseau de transport d'Ile-de-France : métro, RER, bus, tramway et réseau RATP.

Bonne nouvelle pour les Franciliens. Ils ne paieront désormais plus que 70 euros par mois maximum pour régler leurs déplacements en transports en commun. La promesse de "pass unique" était portée à la Région par Europe écologie les verts et le Parti socialiste.

Le Conseil d'administration du Stif (Syndicat des transports en Île-de-France) a ainsi fixé le tarif unique mensuel maximum à 770 euros l'année, 70 euros le mois et 21,25 € le tarif hebdomadaire. Pour le forfait Imagine R, le prix à l’année est de 333,90 euros.

Une bonne nouvelle pour les jeunes et les étudiants

En Île-de-France, il y avait 2 214 000 utilisateurs de Navigo en 2013 tandis que 825 000 jeunes (collégiens, lycées et apprentis) utilisaient la carte Imagine’R.

Pour les élèves du secondaire (collèges et lycées), cette mesure sera appliquée « après discussion avec les conseils départementaux », qui subventionnent le dispositif, et « après consultation des parents d'élèves », car les fédérations de parents d’élèves ont émis des craintes quant à savoir que les jeunes pourraient alors avoir accès à l’intégralité du territoire francilien.

Pour les étudiants, le prix sera fixé au tarif de la zone 1-2, hors mesure d'aides aux boursiers, après concertation avec les organisations étudiantes. Le forfait Imagine R étudiant ou scolaire passe à un seul prix fixe pour toutes les zones. Les forfaits Solidarité semaine et Solidarité mois sont également concernés par cette nouvelle mesure.

La tarification sociale, pour les plus démunis (chômeurs, bénéficiaires de la complémentaire universelle, de l'aide médicale d'Etat, etc.) est aussi concernée : le tarif mensuel unique sera de 17 euros et l'hebdomadaire de 5 euros.

Actuellement, les tarifs des transports publics en Ile-de-France (RATP, SNCF, Optile) s'échelonnent de 67,10 euros pour les zones 1-2 à 113,20 euros pour les zones 1-5.

Une réforme qui fait aussi grincer certaines dents

Si la grille des tarifs stagne voire diminue pour la plupart des usagers, une partie d'entre eux devra payer plus cher à la rentrée. C’est déjà le cas des Franciliens en zone 1-2 qui ont vu leurs tarifs augmenter de 67,10 € à 70 € au 1er janvier 2015. Le pass Navigo augmente aussi pour les retraités. Les nouveaux tarifs de la carte Améthyste et de la carte Émeraude (réservée aux Parisiens) prévoient une augmentation pouvant s’élever à plus de 400 % pour certains. Les forces de l’ordre perdent aussi leur carte de transports gratuite (prise en charge à 100 % par le ministère de l’Intérieur).

(sources Stif)

 

Le souci du financement de la mesure

Selon le Stif, cette mesure devrait lui coûter 400 millions d’euros par an. Or, la Région s'était engagée à ne pas diminuer les investissements annuels pour assurer la réforme. Elle doit donc trouver de nouvelles sources de financements. En contrepartie, cette mesure devrait permettre 400 euros d'économie à un étudiant non-boursier. 250 euros par utilisateur réguliers du trajet Paris-banlieue.

Afin de financer le passe unique sur les derniers mois de 2015, le Conseil régional a adopté une convention de financement avec le Stif pour les quatre derniers mois de 2015 à hauteur de 47 millions d'euros. Mais des inquiétudes apparaissent déjà pour 2016.

Car les 400 millions à trouver serait réparti entre les entreprises qui vont subir une hausse du versement transports (une augmentation du taux plafond validée dans la dernière loi de finance rectificative), ce qui rapporterait 210 millions euros. Le reste étant alors à la charge de la Région qui prévoit de devoir trouver entre 150 et 200 millions d'euros par an «par redéploiement interne de crédits» pour financer le reste.

Or, le relèvement des seuils sociaux d'une partie du versement transport qui aurait dû revenir à ce financement va absorber une partie des 210 millions (une cinquantaine environ). Le Conseil régional devra obtenir une compensation du gouvernement de manque à percevoir dans la loi de finances pour 2016.






Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer