AccueilRégion Île-de-France & Grand ParisLe paradoxe des langues régionales

Le paradoxe des langues régionales

De plus en plus de jeunes Français apprennent des langues régionales dans un cadre scolaire, et cependant, la pratique de ces langues tend à diminuer.

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

Parmi les 75 langues régionales officiellement reconnues en France, les plus recherchées à l’école sont l’alsacien (73 000 jeunes), l’occitan (62 000), le breton (35 000) et le corse (34 000), ces quatre langues représentant les trois quarts des élèves. Certaines sont fort peu connues, comme le gallo, le flamand occidental, ou le dialecte francique de Moselle. On observe actuellement une forte progression du nombre d’élèves inscrits,12 % par an sur les deux dernières années, et l’Education nationale éprouve des difficultés à trouver des professeurs pour tous ces enseignements. La principale motivation des parents semble être la recherche d’une gymnastique intellectuelle pour leurs enfants. On pourrait imaginer comme autre motivation le fait de préserver un élément de patrimoine familial qui est en même temps un moyen de communiquer. Mais le breton enseigné au lycée n’est pas toujours compris par les grands-parents ! Ne serait-ce qu’en raison de la prononciation, trop calquée sur celle du français.

Malgré cette vogue des langues régionales à l’école, le nombre de Français qui les parlent effectivement ne cesse de diminuer, la principale raison invoquée étant la mobilité croissante des populations. Une étude de l’Insee, datant de 2011, montre que 86 % des personnes interrogées parlent exclusivement français, alors qu’elles n’étaient que 74 % dans leur enfance. D’autres études vont dans le même sens. Ainsi l’Association pour l’enseignement du catalan estime que 3 000 locuteurs de cette langue disparaîtraient chaque année dans les Pyrénées-Orientales, tandis que l’enseignement n’en forme que 300.

Cette tendance devrait se poursuivre, voire s’accentuer. A notre époque qui favorise les déplacements et la communication, il est plus intéressant, ne serait-ce que pour la vie professionnelle, d’apprendre l’anglais ou l’espagnol plutôt qu’un dialecte que l’on aura de moins en moins l’occasion de pratiquer.

Partage
Articles similaires
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?