AccueilActualitéRégion Île-de-France & Grand ParisLe para sport réussit sa prise de la Bastille

Le para sport réussit sa prise de la Bastille

Sur la place de la Bastille, le samedi 8 octobre, s’est déroulée la toute première journée Paralympique. Elle a tenu toutes ses promesses et réuni plusieurs dizaines de milliers de personnes.
La première journée paralympique de l'histoire a réuni plusieurs dizaines de milliers de personnes sur la place de la Bastille.
© AP - La première journée paralympique de l'histoire a réuni plusieurs dizaines de milliers de personnes sur la place de la Bastille.

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

Dans un décor emblématique en plein de cœur de la capitale, le Comité d’organisation des Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024, le ministère des Sports et des JOP, le Comité Paralympique et Sportif français et la ville de Paris, ont conjointement organisé la première journée paralympique de l’histoire. En effet, sur la place de la Bastille, le samedi 8 octobre, plusieurs milliers de personnes étaient rassemblées pour s’initier aux para sports, rencontrer des sportifs de haut-niveau et assister aux exploits sportifs de plus de 160 athlètes paralympiques. Une déambulation de la délégation des institutionnels a également eu lieu avec notamment Amélie Oudéa-Castéra, ministre des Sports et des Jeux Olympiques et Paralympiques, Clément Beaune, ministre délégué chargé des Transports, Marie-Amélie Le Fur, présidente du Comité paralympique et sportif Français et Tony Estanguet, président de Paris 2024. Ces derniers ont d’ailleurs participé à un match de basket fauteuil avec des sportifs olympiques et paralympiques.

« Il y aura un avant et un après Paris 2024 »

« C’était important pour nous de créer cette journée paralympique pour faire découvrir la pratique parasportive et permettre au grand public de mesurer le niveau des performances des athlètes en situation de handicap », s’est réjouie Marie-Amélie Le Fur, présidente du Comité Paralympique et Sportif français, et neuf fois médaillée aux Jeux Paralympiques. Un sentiment partagé par la ministre des Sports et des JOP, Amélie Oudéa-Castéra : « Le but c’est de célébrer le fait que notre pays va accueillir pour la première fois de son histoire les Jeux Paralympiques. Nous voulions qu’il y ait une résonnance sociétale pour mettre à l’honneur cette approche inclusive du sport qui procure du plaisir, du partage et de la mixité et qu’il est utile de promouvoir avant le début des jeux ».

Le choix de la place de la Bastille n’était pas anodin, comme l’a expliqué Tony Estanguet, président de Paris 2024 : « Ce lieu est un symbole très fort, ça montre l’ambition de notre projet. Nous sommes tous unis dans la même direction, nous allons continuer à mettre ces athlètes extraordinaires sur le devant de la scène pour faire grandir la passion des para sports dans le cœur des Français. Le grand public est venu en masse aujourd’hui pour les découvrir. Cette journée renforce ma conviction qu’il y aura un avant et un après Paris 2024. C’est tout une génération qui va être marquée par les Jeux Paralympiques ».

Union sacrée entre sportifs olympiques et paralympiques

Cette journée a été une grande réussite dans sa totalité et la participation de sportifs olympiques a démontré l’union entre les athlètes. Martin Fourcade et Florent Manaudou étaient notamment présents. « L’équipe de France Olympique et Paralympique a toujours été une même et seule équipe. Nous nous voyons et nous échangeons sur plusieurs événements. Nous essayons au maximum de nous mixer pour obtenir une équipe de France la plus soudée possible », s’est d’ailleurs félicité le nageur. Hugo Didier, para nageur, médaillé d’argent à Tokyo, a confirmé les paroles de son coéquipier : « Nous échangeons souvent avec les sportifs olympiques. C’est hyper gratifiant, nous parlons de nos expériences, de nos parcours et des spécificités de nos compétitions, puis nous nous donnons aussi des conseils ». Alexis Hanquinquant, para triathlète, médaillé d’or aux derniers jeux, a ainsi résumé : « Le slogan ‘équipe de France’ réunit sportifs olympiques et paralympiques. Nous sommes tous solidaires entre nous et nous voulons tous faire briller notre drapeau bleu blanc rouge à Paris 2024 ».

« Le niveau paralympique est de plus en plus élevé »

Tout au long de ce rassemblement, la place de la Bastille s’est transformée en un vaste terrain de jeu à ciel ouvert. Les trois terrains de sport aménagés pour l’occasion ont accueilli des démonstrations de sportifs paralympiques, notamment Sandrine Martinet en para judo, Nelia Barbosa en para canoë, Arnaud Assoumani en saut en longueur et triple saut, Perle Bouge en para aviron, ou encore Maxime Valet en escrime fauteuil, Marie Patouillet en para cyclisme et Mandy François-Elie en para athlétisme. « Le niveau paralympique est de plus en plus élevé, il devient de plus en plus professionnel, nous nous entrainons toujours plus pour repousser nos limites et rendre nos prestations encore plus impressionnantes » a précisé Alexis Hanquiquant. « Avec cette professionnalisation, le para sport devient spectaculaire et, je l’espère, donne envie aux gens de regarder ».

Découverte d’une quinzaine de para sports

Les fédérations ont par ailleurs organisé des initiations à une quinzaine de sports paralympiques tels que le basket fauteuil, la boccia, le cécifoot, le tennis fauteuil ou encore le volleyball assis. Les participants ont aussi pu essayer d’autres sports qui ne sont pas au programme officiel des Jeux, comme le BMX fauteuil et le showdown. « Cette journée est utile pour faire connaître le para sport, faire découvrir toutes les adaptations qui sont mises en place et montrer que c’est du sport avant d’être du handicap. Certes nous sommes en situation de handicap, mais nous pouvons pratiquer des activités sportives, faire des compétitions nationales, internationales et même aller chercher des médailles », a souligné Hugo Didier. Florent Manaudou, qui s’est essayé à plusieurs disciplines, s’est réjoui « de pouvoir tester le handisport. Ça permet de faire changer petit à petit les regards, c’est de mieux en mieux, mais pas encore au niveau que nous aimerions tous ».

Pour continuer le développement du para sport, la ministre des Sports a pour ambition de multiplier par quatre le nombre de clubs capables d’accueillir des paras sportifs. « Nous voulons inscrire le sport dans le quotidien des personnes en situation de handicap, qu’il rentre dans leur cœur de vie ».

« Nous aurons besoin du public »

Avec la présence de plusieurs dizaines de milliers de personnes pour cette toute première journée paralympique, les objectifs ont été atteints. « C’est une belle journée, il y a eu beaucoup de monde, mais nous devons faire en sorte que chaque année, le public soit de plus en plus nombreux, que notre mouvement soit encore plus connu. C’est une course, il faut continuer, la construire et la gagner. La victoire ? Des stades pleins, un soutien fort du public français pour les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris 2024 » a indiqué Nantenin Keïta, championne paralympique du 400 m à Rio en 2016.

Les Jeux Olympiques et Paralympiques Paris 2024 approchent à grands pas, ils se dérouleront respectivement du 26 juillet au 11 août 2024 et du 28 août au 8 septembre 2024. Les billets seront prochainement en vente. Vivement 2024 !

Partager :
Articles similaires
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 02 décembre 2022

Journal du02 décembre 2022

Journal du 25 novembre 2022

Journal du25 novembre 2022

Journal du 18 novembre 2022

Journal du18 novembre 2022

Journal du 11 novembre 2022

Journal du11 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?