AccueilEntrepriseVie des entreprisesLe numérique au service d'une meilleure qualité de vie sur nos territoires

Le numérique au service d'une meilleure qualité de vie sur nos territoires

A l'occasion de la Ref Num 2020, une table ronde a réuni différents acteurs économiques pour débattre du rôle à jouer par le numérique dans les territoires de demain, plus attractifs, plus inclusifs, offrant une meilleure qualité de vie et de travail et s'appuyant sur une économie de proximité.
Le numérique au service d'une meilleure qualité de vie sur nos territoires
© DR

EntrepriseVie des entreprises Publié le ,

La deuxième table ronde de la journée a réuni Sébastien Missoffe, directeur général Google France et Vice-Président Google, Marta de Cidrac, sénatrice (LR) des Yvelines, Carlos Moreno, professeur des Universités, expert international de la Smart City humaine, expert villes, territoires de demain, Sophie Pelletier, présidente du PRIARTEM, Christian Poyau, président-directeur général de Micropole et co-président de la commission Mutations technologiques et impacts sociétaux du Medef et Valérie Pécresse, présidente du Conseil régional d'Île-de-France (IDF), sur le thème « le numérique, une solution pour les territoires, les citoyens et les entreprises ? ».

Le numérique est au cœur de nombreux enjeux de société, qu'ils soient d'ordre économique ou social. Il est actuellement l'un des outils d'aide à la gestion de la crise sanitaire les plus sollicités. En effet, il a été nécessaire d'apporter plus de services numériques pour répondre aux problématiques causées par la pandémie ainsi qu'aux attentes du grand public. A titre d'exemple, depuis le premier confinement et l'instauration du télétravail, l'usage de la visioconférence a augmenté de 30 %. C'est sans étonnement que la première demande des Français s'oriente vers davantage de connexion ainsi qu'un accès réel et effectif à la fibre et à la 4G. La France est en retard sur ce sujet et doit donc poursuivre ses efforts pour numériser l'ensemble du territoire national. Son objectif doit être de viser une croissance qualitative. Comme l'explique Christian Poyau, « Le numérique est positif pour l'environnement et le lien social : c'est une chance et une opportunité pour tous les territoires d'améliorer les choses, de créer du lien, travailler, produire, échanger. ». Les Français attachent de plus en plus d'importance à leur qualité de vie et à leur environnement de travail. Une préoccupation qui s'est exacerbée avec la crise sanitaire, qui a décuplé leurs exigences en termes de logement, d'organisation du travail et leur a insufflé une remise en cause de la pertinence de leurs déplacements et de leur mobilité. Dans le contexte actuel, il est d'autant plus urgent de s'interroger sur l'aménagement du territoire dans son ensemble et de définir ce que doit être le quotidien des Français au sein de leur territoire.

Le numérique au service de l'attractivité des territoires

Le numérique est apparu comme un atout majeur pour l'aménagement et l'attractivité des territoires, encore plus en période de crise sanitaire et économique. A titre d'exemple, le très haut débit apparait indispensable pour allier harmonieusement qualité de vie et télétravail, pour instaurer un lissage des heures de pointe mais également pour pouvoir créer son entreprise et avoir un statut d'indépendant. Comme l'a rappelé Valérie Pécresse, la région Ile-de-France a dépensé 100 millions d'euros pour le déploiement du très haut débit, qui atteint un taux de couverture de 96,19 %, même dans les zones rurales. Par ailleurs, 83 % de la population francilienne est éligible à la fibre. Grâce au numérique, la région a pu développer des tiers lieux où il est possible de télétravailler : 300 ont été créés depuis le début de la mandature, dont 139 via des subventions régionales, et 156 micros tiers lieux ont émergé dans les gares SNCF pour travailler en attendant son transport en commun. L'usage du numérique poursuit donc une logique de qualité de vie et de poursuite de l'activité. La région a d'ailleurs mis en place des chèques télétravail pour que les entreprises incitent leurs salariés à utiliser ces micros tiers lieux.

Le numérique a démontré à diverses reprises sa capacité à résoudre des problèmes économiques et sociaux. S'agissant du milieu éducatif, le déploiement du numérique dans les établissements permet de réduire les inégalités scolaires. C'est pourquoi la région IDF a décidé, en 2019, de se diriger vers le tout numérique. La moitié des lycées et 100 % de ceux professionnels sont désormais concernés. Un environnement numérique de travail a également été mis en place et recense 1,5 million de connexions par jour. Lors de la crise sanitaire, cette numérisation a permis aux élèves et aux enseignants de continuer à travailler grâce à la distribution d'ordinateurs portables. L'Ile-de-France est ainsi la première région de la pédagogie numérique en France.

Accompagner les entreprises vers l'usage du numérique

Avec la crise, de nombreuses entreprises ont dû fermer ou revoir leur mode d'exercice pour s'adapter aux restrictions sanitaires. Le numérique est, là aussi, apparu comme l'outil indispensable pour y parvenir alors même que beaucoup d'entre elles sont en retard dans leur processus de numérisation. Comme l'avait souligné Bruno Lemaire, ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance, seules 37 % d'entre elles ont un site internet et 9 % un site marchand. Les commerçants qui le pouvaient ont alors utilisé des outils digitaux pour se tourner vers d'autres modes de vente, comme la vente à emporter ou le click and collect, particulièrement privilégié par les consommateurs depuis le début de la crise. Comme le souligne Sébastien Missoffe, les recherches sur Google à ce sujet ont augmenté de 7 %. Pour les y aider, la région IDF a d'ailleurs déployé des chèques numériques de 1 500 euros, à destination des commerçants, artisans et PME franciliens, 1000 chèques ayant déjà été versés pour permettre le click and collect et la vente à emporter.

Si le numérique est apparu comme le principal levier à la poursuite de l'activité en temps de crise, il est nécessaire que les entreprises comprennent et utilisent mieux les outils digitaux à leur portée. C'est dans cette optique que Google France, qui a formé plusieurs centaines de milliers d'entreprises depuis 2012 aux usages du numérique, s'est allié avec la Fédération Française des Associations de Commerçants (FFAC) pour développer un nouveau service aux commerçants de cette fédération, « Ma vitrine en ligne ». Cette dernière propose un accompagnement personnalisé par téléphone ou par téléconférence, des formations spécifiques sur les problèmes rencontrés par les dirigeants et des outils de vente en ligne.

Le numérique au service de la proximité

Les intervenants à la table ronde se sont accordés à dire que les territoires jouent un rôle clé dans l'amélioration de la qualité de vie de leur population. Ce sont les collectivités qui permettent l'inclusion sociale, professionnelle mais également numérique. Les citoyens ont besoin d'une proximité sociale, d'une proximité de services, d'une réduction des déplacements et du temps perdu. En cette période de crise, l'appétence des Français pour les services de proximité s'est d'ailleurs fortement amplifiée. « Le futur c'est la proximité », estime Carlos Moreno, initiateur du concept de la ville du quart d'heure et de la demi-heure, visant respectivement les villes et territoires de grande densité, et ceux de moindre densité. Derrière cette notion, il s'agit de restituer du temps utile aux habitants d'une ville, pour garder de la qualité de vie et développer de l'intensité sociale par exemple, de rendre accessible des services de proximité, de redécouvrir son quartier et ses ressources souvent ignorées. Il s'agit également d'un aménagement de la vie du territoire en fonction des manières de vivre et des usages des habitants, suivant une conception de la ville multi-servicielle. Le numérique joue un rôle important dans la Ville du quart d'heure, puisqu'il offre la possibilité de rapprocher ce qui ne pouvait l'être, de diffuser des informations, de faire connaitre les services de proximité et donc favorise aussi la création du lien social. Grâce au e-commerce, les petits commerçants de quartier peuvent mieux se faire connaitre et élargir leur clientèle. L'aide de 10 000 euros versées par la région IDF aux communes pour leur permettre d'agréger tous leurs commerces sur une seule et même plateforme et mieux les faire connaitre à la population locale, est une bonne illustration de l'apport du numérique au service du déploiement de la proximité. Le numérique peut également permettre aux collectivités d'aller elles-mêmes au-devant des problématiques des citoyens et de faciliter leur contact avec les services administratifs. Autant d'exemples qui prouvent que le numérique a toute sa place dans la recherche de proximité, au centre de la dynamique de développement des territoires de demain.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 23 septembre 2022

Journal du23 septembre 2022

Journal du 16 septembre 2022

Journal du16 septembre 2022

Journal du 09 septembre 2022

Journal du09 septembre 2022

Journal du 02 septembre 2022

Journal du02 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?