AccueilSociétéLe numérique au cœur du Congrès des maires de France

Le numérique au cœur du Congrès des maires de France

Le 104e Congrès des maires et présidents d’intercommunalité de France a été l’occasion d’aborder le grand thème de la transition numérique des mairies et le passage au “tout dématérialisé”.
La conférence était animé par Patrick Molinoz et Michel Sauvade, tout deux co-présidents de la commission Numérique de l'AMF.
© AP - La conférence était animé par Patrick Molinoz et Michel Sauvade, tout deux co-présidents de la commission Numérique de l'AMF.

Société Publié le ,

« Il faut que le numérique soit pris au sérieux dans nos communes ». Tel est le message qu’est venu transmettre Patrick Molinoz, maire de Venarey-Les-Laumes (21), vice-président de l'AMF et co-présidents de la commission “numérique”. Selon lui, la transition numérique n’occupe pas une place assez grande, au niveau local. « Comme citoyens, comme élus, nous sommes confrontés à ces problématiques du numérique sous toutes ses formes, avec des attentes et des espérances, parfois des risques et des paradoxes. Dans notre société, on a l'impression qu'on a de plus en plus de moyens pour communiquer. Et ce n'est pas forcément toujours pour ça qu'on communique mieux les uns avec les autres. ».

Pour Patrick Molinoz, « ce sujet du numérique, comme on l'a dit l'année dernière et comme malheureusement comme on le dira, sans doute, l'année prochaine, n'est pas encore suffisamment compris comme un sujet fort. C'est un sujet politique au sens noble du terme ». Ce n’est plus qu’un outil qui sert à l’administration, mais il est désormais dans notre quotidien, « partout et tout le temps ».

« Il faut pouvoir s’emparer de la question »

« Le plus compliqué pour nous est de s’emparer de l'action pour ne pas avoir à subir, soit techniquement, soit stratégiquement, tous les enjeux du numérique. » L’un des principaux freins à cette transition numérique concerne le financement mis à disposition des moyennes et petites communes. « Malheureusement, dans 99 % des communes de ce pays, il est très compliqué de s’emparer de la question du numérique parce que nous n'avons pas d'ingénierie pour bien nous accompagner. Globalement, toutes les communes de moins de 5 000 habitants n'ont pas ou très peu de compétences en informatique. Cette carence nous touche dans toutes nos dimensions d'action municipale. ».

Pour pallier ce problème, Patrick Molinoz propose une idée qui peut sembler simpliste, mais qui est longuement réfléchie : le fonctionnement du monde numérique ne doit pas être considéré différemment du monde physique. « Si on veut que le numérique soit un outil et un moyen qui améliore les choses pour nos concitoyens et pour nous-mêmes, il faut respecter nos règles de vie en société, en matière de sécurité et de transparence. ».

Sur le sujet de l’obligation de la dématérialisation, qui est une des facettes de cette transition numérique, l’AMF a réalisé un sondage en octobre dernier. Sur les 4 800 communes interrogées, 43 % ne se sentaient pas toujours concernées par cette obligation. Par ailleurs, les deux tiers des communes qui l'avaient mise en place étaient assez mitigées.

Partager :
Articles similaires
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 02 décembre 2022

Journal du02 décembre 2022

Journal du 25 novembre 2022

Journal du25 novembre 2022

Journal du 18 novembre 2022

Journal du18 novembre 2022

Journal du 11 novembre 2022

Journal du11 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?