AccueilRégion Île-de-France & Grand ParisLe nouveau ballon Generali dans le ciel de Paris

Le nouveau ballon Generali dans le ciel de Paris

Annoncé cet hiver, le dernier né d'Aérophile vient de s'élever dans le ciel de la capitale. Plus beau, plus écologique, plus haut, le nouveau ballon de Paris est baptisé « Observatoire atmosphérique Generali ».
Le nouveau ballon Generali dans le ciel de Paris
Generali, Mairie de Paris

ActualitéRégion Île-de-France & Grand Paris Publié le ,

La gigantesque enveloppe bleu ciel arbore deux séries de pictogrammes : des véhicules clignotants d’une part, et les principaux monuments de Paris, d’autre part. Visibles de jour comme de nuit, véhicules et monuments sont éclairés par 6400 ampoules LED et indiquent, grâce à leur couleur, le niveau de pollution, respectivement à hauteur du trafic et dans l’air ambiant selon l’indice européen CITEAIR fourni en temps réel par AIRPARIF. Ainsi, lorsque la silhouette de la Tour Eiffel, passera du vert au jaune, cela indiquera que la qualité de l’air ambiant est passée de bonne à médiocre. Grâce à son intensité lumineuse, alimentée en énergie « propre » grâce à un textile photovoltaïque fixé sur l’enveloppe du ballon, le ballon est visible par 400 000 Parisiens chaque jour.

Un laboratoire volant

Fruit d’une collaboration avec le CNRS et Environnement SA, un appareil de mesure d’une précision inédite, le LOAC (Light Optimal Aerosol Counter) est en permanence embarqué dans le ballon. Capable à la fois de compter et d’identifier les particules, le LOAC se focalise sur les plus petites, à savoir les particules ultrafines, inférieures à 1 micromètre (PM1). Grâce à l’Observatoire Atmosphérique Generali, le laboratoire pourra mener cette étude, en pleine ville, 7 jours sur 7, réalisant en permanence une véritable "carotte" de l’air parisien. Dans la billetterie située au pied du ballon, les visiteurs trouveront affiché sur un écran plat en temps réel, l’ensemble des données fournies par les capteurs du CNRS, c’est-à-dire le niveau et la nature des particules ultrafines dans l’air.

Des vols autorisés jusqu’à 300 m !

Jusqu’à présent, le public pouvait voler jusqu’à 150 m. Désormais, les matins de beau temps, quelques privilégiés lève tôt, pourront s’envoler à 300 m d’altitude et rivaliser avec le point le plus haut de Paris, la Tour Eiffel. Ce vol « scientifique » permettra également d’effectuer des études sur la qualité de l’air à des hauteurs très différentes et de pousser plus loin les analyses.

Partage
Articles similaires
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?