AccueilDroitLe ministère de la Justice ne veut plus de "fuites" dans la presse

Le ministère de la Justice ne veut plus de "fuites" dans la presse

Le cabinet de Christiane Taubira a fait contrôler des ordinateurs au sein du ministère de la Justice et rappelé ses membres à leur obligation de "discrétion", après la fuite le 12 septembre dans la presse d'un projet de circulaire de la Chancellerie.

Droit Publié le ,

Ce contrôle de 18 ordinateurs de la Direction des affaires criminelles et des grâces (DACG) a été révélé par lepoint.fr et confirmé vpar la Chancellerie, selon laquelle l'opération, qualifiée de "rappel à l'obligation de discrétion", a été menée en toute "transparence" par le responsable informatique du ministère et en présence des intéressés, dont les messageries n'ont pas été inspectées. L'origine de la fuite n'a pas été identifiée.

Le Nouvel Observateur avait publié le 12 septembre un projet de circulaire définissant les lignes directrices de la politique pénale qu'entend appliquer Mme Taubira pour lutter contre la récidive et la surpopulation carcérale notamment. La présentation en conseil des ministres de cette circulaire avait été plusieurs fois repoussée et a finalement eu lieu le 19 septembre.

Selon Le Canard Enchaîné de cette semaine, le président François Hollande aurait invité d'un ton "grinçant" Christiane Taubira à présenter son texte à ses collègues ministres. "Communication dont nous avons déjà appris une partie du contenu par la presse", aurait-il déclaré. Le nouveau syndicat "Magistrats pour la justice" (MPJ, droite) s'est indigné contre ce qu'il a qualifié de "véritable perquisition administrative", menée en dépit des promesses du nouveau gouvernement quant à la protection renforcée des sources des journalistes.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?