Fermer la publicité
Journal d'information juridique et d'annonces légales

DemanderJustice.com : Le logiciel qui règle les litiges du quotidien

le - - Droit

DemanderJustice.com : Le logiciel qui règle les litiges du quotidien

Jérémy Oinino, président cofondateur du site internet DemanderJustice.com, créé à la suite d'une expérience personnelle litigieuse contre un voyagiste, nous décrit comment fonctionne sa plateforme qui a déjà traité plus de 240 000 dossiers depuis sa mise en ligne en 2012.

Affiches Parisiennes : Comment l'idée de Demander Justice vous est-elle venue ?
Jérémy Oinino : J'ai eu un litige avec un voyagiste, pour une somme modeste d'environ 1000 euros. En essayant de le résoudre, je me suis rendu compte que la juridiction compétente était le juge de proximité et qu'il n'y avait pas beaucoup d'avocat sur ce type de juridictions, au regard des enjeux. Pour mille euros vous n'allez pas trouver d'avocat qui peut être compétitif sur un dossier où il va passer plusieurs heures. J'ai donc décidé de saisir le juge de proximité tout seul, et je me suis retrouvé face à un grand vide. S'il y a pas mal d'informations sur internet, aucun site ne propose d'entreprendre la procédure en ligne. C'est donc ce que j'ai développé, après avoir eu beaucoup de difficulté à arriver à enrôler mon affaire. Il m'a fallu 6 ou 7 tentatives ! En fait, pour qu'un dossier soit reçu il faut respecter une procédure précise, un formalisme avec de nombreux paramètres, et quand on est seul et qu'on ne s'y connaît pas trop c'est très compliqué.

A.-P. : Qui compose votre entreprise ?
J.O. : Les premières personnes que j'ai embauchées sont des ingénieurs informatiques pour développer notre logiciel. Au fil du temps, pour l'alimenter et le développer sur d'autres procédures comme les prud'hommes ou le tribunal de commerce, nous avons ajouté des juristes à l'équipe.

A.-P. : Comment fonctionne la plateforme ?
J.O. : On a créé un outil en ligne de résolution des petits litiges qui inclue la saisine du tribunal. Il ne faut pas raisonner par analogie avec la profession d'avocats car nos dossiers ne sont pas traités par des personnes physiques mais par notre logiciel. On a traité plus de 200 000 dossiers depuis la création du site, vous pensez bien qu'on n'a pas pu le faire avec nos petites mains ! On a créé des modèles de dossiers et de procédures pour chaque litige type. Quand l'internaute vient sur le site, il lui suffit de répondre à des questions très simples pour lesquelles il n'y a pas besoin de mobiliser de connaissances. Avec ces réponses, le logiciel va générer un dossier de procédure complet qui va d'abord faire l'objet d'une tentative de conciliation avant d'être envoyé au tribunal. Le dossier complet prêt pour le tribunal – avec l'ensemble des documents et le Cerfa - est envoyé à l'adversaire du client qui dans la moitié des cas transige à l'amiable lorsqu'il voit que c'est du sérieux. Si ce n'est pas suffisant, le client a la possibilité de transférer ce même dossier au tribunal pour obtenir une audience.

A.-P. : Que répondez-vous aux critiques qui vous accusent devant les tribunaux d'exercice illégal de la profession d'avocat ?
J.O. : Je pense que c'est assez révélateur du fait que ceux qui nous traînent en justice ne connaissent pas notre service. Ils raisonnent par analogie avec la profession d'avocat alors que Demander Justice opère un traitement automatisé des dossiers. Il est également certain que ces procédures judiciaires perdues d'avance visent à freiner notre développement. Toutefois, la Commission européenne commence à s'intéresser à notre cas particulier et nous n'excluons pas de saisir la justice à notre tour pour dénoncer ces manœuvres anticoncurrentielles.

A.-P. : Le retour-client est-il bon?
J.O. : Nous avons 82 % de taux de résolution pour tous les dossiers passés par Demander Justice. Les justiciables ont donc très souvent raison, et nous ne sommes là que pour leur donner les moyens d'aller jusqu'au bout de leur procédure. Il n'est encore jamais arrivé qu'un de nos dossiers ne soit pas enrôlé. Dans la très grande majorité des cas, nous n'avons pas de retour des utilisateurs. C'est un traitement automatisé suffisamment bien fait pour que les clients n'aient pas à faire appel à quelqu'un. Ils peuvent toutefois nous joindre sur notre ligne téléphonique ou par e-mails. Ce n'est encore jamais arrivé que des clients se plaignent de ne pas avoir gagné à cause de nous !

A.-P. : Combien ça coûte ?
J.O. : Nous donnons aux justiciables les moyens de passer devant le juge pour des prix extrêmement abordables. Certaines procédures sont gratuites, sinon cela va de 40 à 90 euros. On vient de lancer tout récemment le site litige.fr qui permet d'engager une procédure amiable gratuitement, comprenant même l'envoi du courrier à l'adversaire. Notre objectif est de faire de ce système un standard dans la résolution des litiges.

A.-P. : Quelle est la durée moyenne de règlement des différends ?
J.O. : Nous faisons pas mal de statistiques qui montrent que la durée est très variable suivant les tribunaux, mais il faut compter trois mois et demi – quatre mois en moyenne pour obtenir une audience.

A.-P. : Quels sont les litiges les plus communs ?
J.O. : Le « best-seller » absolu est la non-restitution du dépôt de garantie du bailleur. Ensuite viennent tous les litiges liés au e-commerce : problème de livraison, produit non-conforme, débité deux fois…et les litiges liés à l'habitation : problèmes avec EDF, les artisans, les voisins…des petits litiges de consommation.

A.-P. : Qui utilise votre site ?
J.O. : La majorité de nos clients a entre 45 et 60 ans et reflète la population. On ne retrouve pas de tendance particulière, ce n'est pas plus utilisé chez les jeunes. En fait, on retrouve la pyramide des âges française.




Anne MOREAUX
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Affiches Parisiennes Journal d'information juridique et d'annonces légales

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer